Marie Patouillet, première médaille française aux Paralympiques de Tokyo

Publié le 25 août 2021 par Florent Godard

Marie Patouillet ouvre le compteur de médailles de l’équipe de France aux jeux Paralympique de Tokyo. La cycliste a remporté le bronze en poursuite (3 000 mètres) sur le vélodrome d’Izu.

Le paracyclisme sur piste offre une première médaille à l’équipe de France paralympique. Pour ses premiers Jeux à Tokyo, la Française Marie Patouillet a fait preuve de ténacité sur le vélodrome d’Izu, à 100 kilomètres de Tokyo. Lors de la petite finale pour le bronze, elle a devancé la Néo-Zélandaise Nicole Murray en 3’39’’233.

À 32 ans, Marie Patouillet faisait déjà figure de référence dans sa discipline. © L.Percival- CPSF

« Dès ma première épreuve, je bats mon record personnel et je décroche une médaille. Pour le moment je ne réalise pas trop… », confiait à chaud l’athlète de 32 ans.

Née avec une malformation au pied gauche qui limite ses mouvements, Marie Patouillet était déjà vice-championne du monde en titre dans sa catégorie (C5).

Trois autres courses à venir

L’aventure se poursuivra encore dans les prochains jours. La paracycliste, licenciée à l’US Créteil, s’alignera encore sur trois autres épreuves.

Déception, en revanche pour le tandem Alexandre Lloveras et Corentin Ermenault qui échoue au pied du podium de la poursuite B (4 000 mètres).
Eux aussi auront de nouveau l’occasion de briller avant la fin de la quinzaine. Emmené par Alexandre Léauté, Dorian Foulon ou encore Kevin Le Cunff, l’équipe de France de paracyclisme pourrait remporter, à elle seule, une dizaine de médailles sur les 35 que la délégation tricolore ambitionne de décrocher.

L’argent en natation pour Ugo Didier

En dehors du cyclisme, la natation offre de belles chances de médailles. À seulement 19 ans, et pour ses premiers Jeux également, Ugo Didier a, lui, décroché le titre de vice-champion paralympique du 400 mètres nage libre catégorie S9, doublé d’un nouveau record d’Europe en 4’11″33. Une performance qualifiée de « supersonique et extraordinaire » par l’ancien médaillé olympique de natation Yannick Agnel, présent dans les tribunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *