Accueil > Société > “Un fauteuil sur la route” : un périple de 100 km en 10 jours pour sensibiliser au handicap
Suresnes-Omaha Beach en 10 jours c'est le défi d'Anne Morelli-Jagu. @ DR

“Un fauteuil sur la route” : un périple de 100 km en 10 jours pour sensibiliser au handicap

Polyhandicapée âgée de 75 ans, Anne Morelli-Jagu, qui doit être dialysée tous les deux jours, a un objectif ambitieux. Relier, du 5 au 15 septembre et en fauteuil roulant, la ville de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, aux plages normandes du débarquement. Un périple de 110 kilomètres baptisé “Un fauteuil sur la route”. Un défi pour sensibiliser au handicap et rendre hommage aux personnels soignants.

Faire-face.fr : Vous comptez parcourir plus de 100 kilomètres sur une durée de onze jours, assise sur un fauteuil roulant électrique. Dans quel but ?

C’est un film de Claude Lelouch qui a donné à Anne Morelli-Jagu l’idée de son périple en fauteuil. © Marine Volpi

Anne Morelli-Jagu : À travers mon projet “Un fauteuil sur la route”, je veux d’abord sensibiliser les pouvoirs publics et le grand public au handicap. Je souhaite également redonner courage et énergie à celles et ceux qui souffrent dans la solitude d’un lit d’hôpital.

Enfin, je tiens à exprimer ma reconnaissance et ma gratitude aux personnels hospitaliers qui accompagnent et soutiennent les patients. Moi-même, je dois me rendre très régulièrement à l’hôpital pour mes dialyses. C’est donc pour cela que je tiens absolument à remercier les soignants de leur engagement.

« Je suis folle mais raisonnablement »

F-f.fr : Comment vous est venue l’idée de ce périple ?
A.M-J : J’ai trouvé l’inspiration dans un film de Claude Lelouch, La Belle Histoire, sorti en 1992. On y voit une jeune femme qui décide, après un accident, de se rendre en fauteuil roulant à Lisieux. Cette scène m’est revenue en mémoire lors d’une nuit d’insomnie et j’ai eu un déclic. Je me suis mis alors en tête d’entreprendre une aventure similaire.

Si dans mon cas, le parcours consiste à relier le cimetière américain de Suresnes à celui de Colleville-sur-Mer, c’est pour me permettre de rendre un hommage aux disparus cette fois, c’est-à-dire à tous ces jeunes soldats tombés sur les plages normandes pour notre liberté.

« Le développement de l’accessibilité, un enjeu urgent »

F-f.fr : Se lancer dans une aventure aussi folle à votre âge, avec une mobilité réduite et ce besoin constant de dialyse, n’est-il pas quelque peu déraisonnable ?
A.M-J : Je suis folle mais raisonnablement ! En effet, j’ai préalablement à mon départ obtenu l’aval de mon médecin traitant. Puis, j’ai sollicité, le Lions Club de Suresnes qui se charge de toute l’organisation du projet.

Enfin, le parcours, qui va se faire par petites étapes avec des plages de repos (lire encadré), a été reconnu. D’ailleurs, faute de voies accessibles, le trajet initial a dû être entièrement modifié au profit des seules portions sécurisées. Ce qui illustre combien le développement de l’accessibilité est un enjeu urgent et majeur pour les personnes en fauteuil roulant.

Calendrier et listes des étapes parcourues par Anne Morelli-Jagu
Dimanche 5 septembre : cérémonie au cimetière américain de Suresnes.
Lundi 6 septembre, 1re étape : Suresnes – Poissy (26,5 km).
Mardi 7 septembre, 2e étape : mairie d’Épône – Mantes-la-Jolie (12,3 km).
Mercredi 8 septembre, 3e étape : Saint-Georges-Motel – Bueil (24 km).
Jeudi 9 septembre, 4e étape : Évreux – centre hospitalier Eure-Seine (6,5 km).
Vendredi 10 septembre, 5e étape : Évreux – Le Neubourg (24,5 km).
Samedi 11 septembre, 6e étape : Le Neubourg – La Neuville-du-Bosc (11 km).
Dimanche 12 septembre, 7e étape : circuit dans Lisieux (6 km).
Du 13 au 14 septembre : repos et route vers Saint-Laurent-sur-Mer.
Mercredi 15 septembre, 8e étape : Omaha Beach – cimetière américain de Colleville-sur-Mer (7 km).

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Journaliste aides techniques, sciences, santé et recherche.

Lire aussi

Pour les Français, être handicapé, c’est d’abord souffrir

Une enquête, aussi intéressante que rare, montre à quel point les Français associent le handicap …

3 commentaire

  1. Bonjour à vous, nous nous rencontreront à Poissy lundi en soirée. Je suis comme vous une personne et je m’etais même proposé de vous accompagné sur 1 étape si mon fauteuil l’avait permis. Il a 6 ans et je n’ai pas les moyens de payer 3.200€ pour un fauteuil électrique Sécu avec option; éclairage et assise adaptée. Nous en reparlerons car les élus présent avec lesquels je serai, ne bouge pas beaucoup pour le Handicap, en tout cas, à lundi et bravo.. Gros bisous ❤❤

  2. Bravo à vous pour cette belle aventure que je vais relayer c’est très inspirant et cela donnera beaucoup d’espoir à des Dialysés qui ont perdu l’envie de bouger et se déplacer.

    Ci joint mon témoignage (j’ai 45 ans, 24 ans d’hémodialyse, toujours en attente d’une future Greffe (échec greffe et hyperimmunisé) et 23 ans d’activité pro à temps plein (actuellement en reconversion).
    Je suis l’auteur de cet article, ci dessous : ⬇️
    https://t.co/JhlgHVBwsw,

    Si vous voulez aller plus loin , vous pouvez visionner le film 1h dont je suis co-auteur pour informer et sensibiliser à une offre de soin innovante et efficiente : la dialyse longue nocturne en chambre individuelle (type : hôtel-dialyse) : https://t.co/UbFKGNNgXp

  3. Bonsoir Madame ,Bravo à vous belle initiative , très courageux de votre part , belle leçon de moral aux personnes qui nous ignorent , c’est avec grand plaisir que j’aimerai bavarder avec vous ou vous rencontrer . je suis handicapée depuis l’age de 4ans (1953 polio) , me déplace en fauteuil à l ‘extérieur , à l’intérieur quand je ne suis pas appareillée (orthèse jambe gauche , chaussures orthopédiques . Compliments à vous , Cordialement .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial