Accueil > Vie Sociale > Sports > Mille kilomètres à vélo pour casser les clichés sur les troubles psy
Affiche de la PsyCyclette
Cette grande randonnée cyclotouriste est l'occasion de sensibiliser aux maladies psychiques encore trop stigmatisées. © DR

Mille kilomètres à vélo pour casser les clichés sur les troubles psy

L’Unafam organise la septième édition de sa PsyCyclette, du 6 au 13 septembre. Sportifs vivant avec des maladies psychiques, soignants et proches vont rallier à vélo le Mont-Saint-Michel à Toulouse pour faire parler d’eux.

Un autre Tour de France a lieu en cette rentrée. Ce lundi 6 septembre, plus de 70 cyclistes s’élancent pour 1 000 kilomètres à la force des pédales, du Mont-Saint-Michel à Toulouse. Personnes vivant avec une maladie psychique, proches, bénévoles, et simples fans de vélos : tous, vêtus de bleu, entament la septième édition de la PsyCyclette.

Un événement à dimension thérapeutique

Cette grande randonnée de cyclotourisme est portée par l’Unafam (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques). Elle vise à déstigmatiser les troubles psychiques auprès du grand public et à permettre aux personnes touchées de se lancer un défi sportif.

« L’effet de groupe est très positif, souligne Michel Lacan, organisateur et participant. Les cyclistes vont parcourir en moyenne 100 kilomètres par jour. Cela demande plusieurs mois de préparation. Pour des personnes qui vivent avec une maladie psychique, se projeter sur cette durée n’est pas facile. Il y a une vraie dimension thérapeutique. »

Sans compter les effets indéniables sur l’estime de soi. Pour Adrien, qui y a déjà participé, « PsyCyclette représente un peu notre vie, avec des hauts et des bas. Dans ce parcours, il y a des montées et des descentes. Cela représente un peu le moment où ça va mieux, c’est beaucoup plus facile d’avancer quand on se sent mieux. Pouvoir se sentir bien quand on est malade, c’est important ».

Échanger sur les maladies psy

En outre, la PsyCyclette est une façon de mieux faire connaître les maladies psychiques. Chaque étape se termine par une réception publique dans la ville d’accueil. Cela permet d’échanger et de mettre en avant le combat de l’Unafam.

En France, les troubles psychiques sont encore l’objet d’une trop grande stigmatisation. « Qu’on soit un citoyen vivant avec des troubles psychiques ou non, l’aventure humaine qu’est PsyCyclette montre que le lien est réel, il est là, il est possible », souligne Marie-Jeanne Richard, présidente de l’Unafam.

Le parcours de la course est disponible ici.

A propos de Pauline Hervé

Journaliste indépendante spécialisée dans la santé, l'inclusion et les solidarités.

Lire aussi

Flashback : « Les Paralympiques de Tokyo 1964, c’était l’époque des pionniers »

Tokyo organise pour la deuxième fois les jeux Paralympiques. La première remonte à 1964. René …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial