Pour les Français, être handicapé, c’est d’abord souffrir

Publié le 24 septembre 2021 par Franck Seuret
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Une enquête, aussi intéressante que rare, montre à quel point les Français associent le handicap au malheur et à la souffrance. Ils perçoivent les personnes handicapées comme moins capables d’être membres à part entière de la société. 36 % estiment même qu'il est juste de leur restreindre l'accès à certains droits.

Une grande campagne nationale de sensibilisation. Emmanuel Macron l'avait promise, lors de la conférence nationale du handicap de février 2020. Elle arrivera sur les écrans à la mi-octobre pour contribuer à « changer le regard » de la société sur le handicap.

Il y a du boulot, à en croire les résultats d'une étude commandée par la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) sur les représentations et les préjugés. Le Gouvernement a, en effet, confié à cette autorité indépendante la mission de l'éclairer sur la préparation de la campagne.

Un échantillon de 2 000 répondants

La sociologue Cindy Lebat a réalisé cette étude pour le compte de la CNCDH. ©DR

En avril 2021, plus de 2 000 femmes et hommes ont répondu à un quest

La suite est réservée aux abonnés du magazine. Déjà abonné ? Se connecter