Budget du handicap : non, la France n’est pas au « troisième rang européen »

Publié le 27 octobre 2021 par Franck Seuret
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Sophie Cluzel, à la tribune du Sénat, le 12 octobre.

Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, a pris quelques libertés avec les chiffres pour assurer aux parlementaires que la France figurait dans le top 3 des pays européens consacrant le plus de dépenses publiques à la politique du handicap. C'est largement exagéré.

Sophie Cluzel en a fait l'un de ses arguments dans la bataille contre l'individualisation de l'AAH. « La collectivité consacre chaque année 52 milliards d’euros au handicap, soit 2,3 % du PIB, ce qui nous place au troisième rang européen », a plaidé la secrétaire d'État devant les députés, le 7 octobre.

Rebelote le 12, devant les sénateurs, lors de l'examen de la proposition de loi visant à supprimer la prise en compte des ressources du conjoint. Et de conclure que « notre pays peut être fier de conduire une politique ambitieuse pour nos concitoyens en situation de handicap ».

2,1 % du PIB et non 2,3 %

Mais d'où Sophie Cluzel sort-elle ces données ? Son cabinet, sollicité à deux repr

La suite est réservée aux abonnés du magazine. Déjà abonné ? Se connecter