En Gironde, le programme « Boostons les talents » aide à trouver du travail

Publié le 16 novembre 2021 par Emma Lepic

Soutenir des personnes en situation de handicap dans leur recherche d’emploi, c’est ce que propose la délégation APF France handicap de Gironde avec son programme “Boostons les talents”. La quatrième et dernière session de 2021 se tient au mois de novembre.

« C’est très valorisant de gagner une part de mes revenus grâce à mon travail, et cela m’a donné un rythme de vie. Ce que je peinais à conserver lorsque je cherchais un emploi », confie Nicolas Paiva. Le jeune homme de 24 ans est intérimaire – en contrat à durée déterminée depuis le 1er mars dernier. Il travaille 20 heures par semaine. Son infirmité motrice cérébrale causant une fatigabilité, il ne peut en effet occuper un poste à temps plein. Malgré un titre professionnel d’accueil et d’administration, obtenu en juin 2019, il a d’abord cherché un emploi pendant plus d’un an et demi. En vain.

C’est pourquoi, lorsqu’il entend parler de “Boostons les talents”, un programme de soutien aux demandeurs d’emploi conçu par la délégation girondine d’APF France handicap, il pose sa candidature. Et participe ainsi à la première session, en janvier 2021.
L’objectif de ce programme ? Lever ce que les spécialistes appellent les freins périphériques à l’insertion professionnelle. Soit la perte de confiance en soi après un accident de vie ou de parcours ; le manque d’estime de soi ; la difficulté à se présenter de façon soignée à un entretien d’embauche…

Estime de soi et pouvoir d’agir

Durant quatre semaines, ce programme propose de nombreux ateliers, le plus souvent d’une demi-journée. Du théâtre pour gagner en assurance, de la sophrologie pour gérer le stress et les émotions, de la socio-esthétique pour apprendre à soigner son apparence…
La rencontre de responsables de ressources humaines, une séance photo, quelques ateliers sur la gestion du réseau social professionnel Linkedin complètent le programme. Tout comme des ateliers collectifs à l’issue de chaque semaine.

 J’ai découvert la socio-esthétique, confie Nicolas Paiva. J’ai compris l’importance d’arriver présentable à un entretien. Le théâtre m’a conduit à m’ouvrir aux autres, moi qui me montre plutôt réservé. »

Mission accomplie, donc, aux yeux d’Hélène Cakir, chef de projet emploi et mécénat. Une des porteuses du programme qui estime que « le but consiste avant tout à renforcer l’estime de soi et le pouvoir d’agir des participants ».

Accompagnement personnalisé

Ces derniers ne sont pas plus de douze par session pour un accompagnement personnalisé. Porteurs de divers handicaps, ils sont plus ou moins âgées et bénéficient de niveaux de qualification variés. Pour les réunir, les structures internes à APF France handicap, tels que les instituts d’éducation motrice (IEM), ont été sollicitées, aux côtés de partenaires comme les missions locales, les club-houses, Pôle emploi… Seule condition requise : disposer d’un projet professionnel et témoigner de la volonté d’accéder à un emploi.

À lire aussi : Jeunes en situation de handicap, des travailleurs bientôt comme les autres ?

Nicolas Paiva se réjouit. Son emploi lui a permis de lancer d’autres chantiers qui lui tenaient à cœur : la recherche d’un domicile personnel grâce au 1 % logement et l’aménagement de son véhicule grâce au soutien financier de l’Agefiph.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.

Sujets :
Emploi