Première en France : l’autonomie respiratoire pour des patients tétraplégiques

Publié le 19 janvier 2022 par Pauline Hervé
La pose du stimulateur du diaphragme est effectuée par cœlioscopie. © CHU Nantes

Le CHU de Nantes a implanté à trois personnes un stimulateur du diaphragme. Cette prouesse leur permet de ne plus être dépendantes d’un respirateur artificiel à vie : la voie vers plus d’autonomie.

Les lésions de la moelle épinière (ou lésions médullaires) peuvent chez certaines personnes empêcher le contrôle naturel du diaphragme, principal muscle inspiratoire. Cela a pour conséquence l’impossibilité de respirer sans un dispositif médical (respirateur artificiel) à vie. Les équipes du CHU de Nantes ont effectué début 2021 une opération encore unique en France.

En effet, elles ont implanté par cœlioscopie* un stimulateur du diaphragme à trois patients tétraplégiques. Cette neuroprothèse permet de stimuler ce muscle par des électrodes. Les impulsions électriques entraînent alors les contractions du diaphragme qui assurent la respiration de façon “naturelle”.  Il n’y a  donc plus besoin, pour le patient, d’être “branché” à un respirateur.

Faciliter le retour à domicile

« Le premier patient opéré est depuis complètement autonome sur le plan respiratoire. Cela facilite son retour à domicile et sa réinsertion », précise le Pr Brigitte Perrouin-Verbe, cheffe du pôle de médecine physique et réadaptation neurologique. Faire Face l’avait d’ailleurs rencontrée en 2021, lors d’un reportage La haute technologie au service de l’autonomie (À lire dans le magazine n° 776 p. 46).

« Nous sommes un des seuls centres en France à prendre en charge les atteintes les plus hautes de la moelle épinière, dont les patients qui doivent être ventilés en permanence », avait expliqué le professeur. « Cette première médicale s’inscrit dans notre mission : accompagner ces patients tout au long de la vie et éviter toute perte de chance. L’idée est qu’ils mènent une vie la plus autonome possible. »

Expertise unique en France

Le CHU de Nantes a développé une expertise unique autour des blessés médullaires. C’est le résultat d’un travail d’équipe réunissant les acteurs de la phase aiguë (juste après l’accident : réanimateurs chirurgicaux, neurochirurgiens). Auxquels s’ajoute, l’équipe de médecine physique et de réadaptation neurologique. Ainsi que l’ensemble des disciplines impliquées dans la prise en charge des blessés médullaires (urologues, plasticiens, orthopédistes, neurophysiologistes, chirurgiens digestifs).

* Technique chirurgicale qui permet d’opérer à l’intérieur du ventre en ne faisant que des petites incisions.

Comment 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.