Accueil > Emploi > Pas assez de femmes dans les entreprises adaptées
Moins de quatre salariés d'entreprises adaptées sur 10 sont des femmes. © Sébastien Le Clézio

Pas assez de femmes dans les entreprises adaptées

Les entreprises adaptées comptent 37 % de femmes dans leurs effectifs. Leur part augmente progressivement avec la diversification du secteur vers les services, mais beaucoup de ces sociétés ne sont pas assez volontaristes.

Il y a quatre ans encore, Amandine Dumetz ne connaissait quasiment rien aux espaces verts. Aujourd’hui, la qualité de son travail est unanimement reconnue à l’atelier Malecot. Cette entreprise adaptée (EA) de Lille l’a recrutée en 2011, dans le cadre de sa toute nouvelle politique d’égalité professionnelle hommes/femmes. « Jusqu’alors, le travail endurant et physique avait orienté notre recrutement exclusivement vers un public masculin », raconte Frédéric Formont, le moniteur de l’atelier. Après avoir suivi sa scolarité dans un Institut médico-professionnel, Amandine Dumetz, alors âgée de 19 ans, recherchait un emploi. À l’atelier Malecot, elle a appris sur le tas, suivi des formations et obtenu son permis auto et remorque. Depuis, sa sœur jumelle, Julie, a également été embauchée.

trophee handireseauCe beau parcours leur a valu de recevoir un trophée lors de la première journée Femmes en entreprises adaptées, organisée par Handiréseau (photo ci-contre). « Notre objectif est de mettre en valeur des femmes aux parcours souvent méconnus, dont les exemples pourraient permettre à d’autres femmes de penser que tout est possible », explique Dominique du Paty, la directrice de Handiréseau.

 À finalité sociale, les EA doivent veiller à l’égalité hommes/femmes

« Les femmes handicapées cumulent les difficultés pour accéder à l’emploi », souligne Pascale Lecoq, dirigeante de l’EA Acvo à Compiègne (18 % des EA sont dirigées par des femmes salariées, contre 17 % dans l’ensemble des sociétés). Elles sont femmes et doivent donc notamment assurer la plus grande part des tâches domestiques. Ainsi, plus les enfants sont nombreux et le dernier-né jeune, plus le taux d’activité féminin faiblit. De plus, handicapées, elles restent victimes des traditionnels freins à l’embauche (sous-qualification, préjugés, etc.). « Les entreprises adaptées ont une finalité sociale, insiste Pascale Lecoq. Elles doivent particulièrement veiller à l’égalité hommes/femmes. »

Des métiers historiquement moins attractifs pour les femmes

En 2013, les femmes ne représentaient pourtant que 37 % des effectifs des entreprises adaptées. C’est moins que dans l’ensemble de la population exerçant une activité professionnelle (47 %). « Ce différentiel s’explique par le fait que, historiquement, les activités de ces structures étaient essentiellement axées sur la production et la sous-traitance industrielle, avec des métiers moins attractifs pour un public féminin, précise Stéphanie Benaroc, la responsable de la communication de l’Union nationale des entreprises adaptées. Toutefois, depuis quelques années, avec le développement des activités de service et des prestations tertiaires, les entreprises adaptées se féminisent. »

Une EA sur deux n’a ni accord ni plan égalité hommes/femmes

Elles ne semblent toutefois pas avoir pris la pleine mesure des enjeux. La loi impose en effet aux sociétés d’au moins 50 salariés de conclure un accord d’entreprise ou d’établir un plan d’action sur l’égalité professionnelle hommes/femmes. Or, près de la moitié des EA n’ont ni plan, ni accord. Dans les entreprises de moins de 50 salariés, ce pourcentage grimpe même à 87 %.

« Un accord ou un plan permet pourtant de formaliser les actions à mettre en place, explique Pascale Lecoq. L’organisation du travail, par exemple, doit permettre aux femmes de mener de front carrière professionnelle et vie familiale. Dans mon EA, nous ne programmons pas de réunion en fin d’après-midi, nous faisons preuve de souplesse la semaine de rentrée scolaire… » L’égalité passe aussi par là. Franck Seuret

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Handicap : Solid’Agri ou l’inclusion socio-professionnelle par les champs

D’un côté, des personnes en situation de handicap ayant du mal à trouver un emploi …

Un commentaire

  1. Avatar

    Merci bien à « Faire face » d’avoir repris notre évenement « Handireseau, femmes en EA » pour reprendre et approfondir dans son article les sujets abordés lors de notre évenement.
    La suite au prochain numéro d’Handireseau, femmes en EA en 2017 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial