Accueil > J'ai regardé pour vous > Établissements pour personnes handicapées : Sophie Cluzel veut « désinstitutionnaliser »
Sophie Cluzel : « Il faut arrêter de financer, par exemple, des murs qui coûtent très cher et financer des services d’accompagnement. »

Établissements pour personnes handicapées : Sophie Cluzel veut « désinstitutionnaliser »

La secrétaire d’État chargée des personnes handicapées veut que les établissements accueillant des personnes handicapées se transforment. Objectif : les aider à vivre comme tout le monde, hors les murs. Elle l’a répété sur Arte, dans le magazine Vox Pop.

C’est une petite musique que Sophie Cluzel fait entendre régulièrement. Dernièrement encore dans l’émission d’Arte, Vox Pop, diffusée samedi 27 janvier et visionnable jusqu’au 28 mars 2018 sur Internet.

« Il faut qu’on transforme notre offre médico-sociale, assure la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées. Il faut qu’on désinstitutionnalise en accompagnant. » Car « les personnes handicapées veulent une émancipation sociale. Elles veulent vivre comme les autres. »

Prendre exemple sur la Suède

Vox Pop étant un magazine européen, elle a commenté le cas de la Suède. « La Suède, depuis très longtemps, n’a pas voulu mettre d’argent dans des établissements, dans des institutions, payer des murs. Non, elle préfère compenser directement la personne, ce qui fait que cette personne est incluse depuis très longtemps. »

Cette déclaration fait ainsi écho à l’interview accordée au quotidien La Montagne, en décembre. « L’objectif de ma mission, ce n’est pas plus de moyens, c’est des moyens positionnés différemment, avec un déplacement du centre de gravité, expliquait-elle alors. (…) Il faut arrêter de financer, par exemple, des murs qui coûtent très cher et financer des services d’accompagnement. »

Une évolution nécessaire demandée par l’Onu

Un pas vers la désinstitutionnalisation, chère à la rapporteure spéciale des Nations unies sur les droits des personnes handicapées. À l’issue de son séjour d’étude en France, en octobre 2017, Catalina Devandas-Aguilara avait engagé l’État à adopter un plan pour fermer progressivement tous les établissements existants. On n’en est pas encore là mais l’idée progresse. Franck Seuret

Le journaliste et présentateur John Paul Lepers.

Des formules maladroites

« Comment doit-on changer notre regard ? », interroge John Paul Lepers. Le journaliste et présentateur de Vox Pop a visiblement besoin de conseils. 80 millions d’Européens « souffrent d’un handicap », explique-t-il maladroitement au début de la séquence. « Un de vos enfants est victime de trisomie 21 », poursuit-il , pour parler de la fille de Sophie Cluzel, qui le reprend.

L’interview ne lui aura pas suffi à « changer de regard ».  Au sortir du ministère, John Paul Lepers « embrasse les chers européens et européennes et ce soir, spécialement les familles des personnes handicapées ». Par solidarité avec ces proches de “victimes souffrantes” ?

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Ménopause et andropause, quand les hormones s’affolent

Que se passe-t-il quand le corps cesse de secréter les hormones sexuelles ? La ménopause …

9 commentaire

  1. Je vous demande comment vivre avec l’aah actuellement et se soigner je vis cela je suis seul j’ai personne pour me donner un coup de main en plus la cpam de Metz 57000 vous demande des indus de 2010 3900€ je me soigne plus depuis je veux pas perdre mon appartement que faire merci

    • Donner le droit comme en Belgique et en Suisse de demander d’ abréger la vie quand le handicap devient insupportable à tout point de vue. Ne vous cachez pas sous votre conscience de catholique. On sait bien que le gouvernement actuel n’ est pas un gouvernement de catholiques convaincus et tant bien même nous n’ avons plus les moyens de vivre et de payer pour des mouroirs et d’ imposer à nos proches de payer pour nous voir nous délabrer .une loi pour l’ euthanasie SVP!!!!****

      • je suis pour le droit à l’euthanasie mais devoir l’utiliser pour suppléer aux carences des pouvoirs publics qui ne permettent pas une vie digne serait une dérive! Droit de vivre dignement et de partir quand on le choisit

  2. Maryse Perrier Borgey

    Depuis plusieurs années qu’ été émise la »REC » de l’ONU , j’ai toujours défendu cela par conviction personnelle…le petit problème est que nous avons tous pu lire la semaine dernière que Mme la Secrétaire d’Etat avait déclaré que « la solidarité nationale doit venir en complément des solidarités familiales » donc attention à ce qui sera réellement fait pour financer l’accompagnement…justement LES ACCOMPAGNEMENTS…

  3. si désinstitutionaliser c’est comme pour les personnes âgées dépendantes, les laisser chez elles pour ne pas ouvrir de maisons de retraites, on a vu ce que ça donne ! Des services à domicile qui sont pensés comptablement mais pas selon les besoins de la personne, ça fait frémir ! Tout repose sur les aidants familiaux, sauf que les parents ne sont pas éternels et même s’ils vivaient centenaires, croyez-vous qu’ils auraient la capacité de s’occuper indéfiniment de leur enfant lourdement handicapé ? Désinstitutionaliser, ce sont encore les plus lourdement handicapés qui vont trinquer.

  4. Cluzel est téléguidée par la technocratie de l’Etat. Qu’elle nous explique d’abord avec quels moyens elle entend accompagner les personnes handicapées en milieu ordinaire. Si l’on prend exemple sur les AVS en milieu scolaire nous ne sommes pas sortis de l’auberge. L’Etat ne veut plus payer et préfère laisser les familles se débrouiller. Pas d’argent disent nos politiques parisiens bien installés dans les fauteuils dorés de la République. Mais ils en trouvent toujours pour fabriquer des avions, des canons et des armes pour aller déverser des bombes en Afrique. En cela nos actuels gouvernants sont dans le prolongement de leurs predécesseurs de gauche comme de droite. Ne laissons pas faire !

  5. Qu’en est-il des établissements pour personnes autistes ???
    Notre fils est en Belgique depuis 7 ans (depuis ses 18 ans) car aucun accueil possible en France.
    Je connais un peu Sophie Cluzel pour avoir été en commissions à ses côtés, c’est une battante à n’en pas douter, mais concernant l’autisme quelles avancées sont possibles aujourd’hui ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *