Accueil > Droits > Handicap et simplification : Vers davantage de confiance et moins de contrôles ?
Le député Adrien Taquet (LREM) est « convaincu qu'alléger les démarches, les rendre moins complexes va aboutir à diminuer les délais de traitement des demandes. »

Handicap et simplification : Vers davantage de confiance et moins de contrôles ?

Le gouvernement a lancé, lundi 12 février, une consultation sur Internet. Elle alimentera la mission de simplification du parcours administratif des personnes handicapées et de leurs aidants. Une mission confiée à Adrien Taquet, député La République en marche, et à Jean-François Serres, du Conseil économique, social et environnemental. Adrien Taquet dévoile leurs pistes de travail à Faire-face.fr.

« Il faut améliorer la coordination entre les différents acteurs intervenant dans le champ du handicap aux côtés des MDPH. »

Faire-face.fr : Que peuvent attendre les personnes handicapées de votre mission de simplification ? Pouvez-vous nous donner deux ou trois pistes sur lesquelles vous travaillez ?

Adrien Taquet : Nous voulons d’abord améliorer l’accès aux droits. Ce qui passe par une meilleure information. Aujourd’hui, il n’existe aucun portail officiel comparable à celui destiné aux personnes âgées.

Nous allons également faire des propositions pour améliorer les délais de traitement des demandes. Et pour harmoniser les durées d’octroi des droits à l’AAH, à la prestation de compensation du handicap, etc.

 

« Partir des besoins des personnes pour construire des solutions collectives. »

Les personnes en situation de handicap ont actuellement le sentiment qu’elles doivent se justifier en permanence. L’idée serait d’aller vers un système davantage basé sur la confiance que sur le contrôle. Une personne dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer pourrait se voir attribuer un droit à vie. Charge à elle, si son état s’améliore, de le signaler.

De plus, il faut améliorer la coordination entre les différents acteurs intervenant dans le champ du handicap, aux côtés des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Aujourd’hui, l’usager se retrouve contraint de compenser le manque de coordination entre la Caf, sa MDPH, l’Éducation nationale, etc.

Vous avez jusqu’au 9 mars pour faire part de vos observations sur egalite-handicap.gouv.fr.

FF : Pourquoi avoir lancé cette consultation sur egalite-handicap.gouv.fr ? Les problèmes sont déjà connus, non ? 

A.T : Nous voulons partir des besoins des personnes et de leur famille pour bâtir des solutions collectives. Il est donc essentiel d’écouter ce qu’elles ont à nous dire sur les difficultés qu’elles rencontrent. C’est pour cela que nous avons lancé cette consultation sur egalite-handicap.gouv.fr.

Nous allons également auditionner 150 personnes handicapées et nous mettre nous-mêmes en situation, à partir de profils types. Objectif : mesurer les difficultés rencontrées pour connaître et faire valoir ses droits. Enfin, nous avons proposé aux 577 députés de passer une demi-journée dans leur MDPH afin de nous faire remonter des informations.

Nous rendrons notre rapport fin avril. Des mesures pourraient donc être annoncées lors de la Conférence nationale du handicap prévue en mai.

« Rendre le parcours des personnes handicapées plus transparent. »

FF : La complexité n’est qu’une petite partie du problème. Ce qui explique les longs délais d’attente pour obtenir une réponse de la MDPH, c’est aussi le manque de personnels. N’est-ce pas la limite de votre mission ?

A.T : Je suis convaincu qu’alléger les démarches, les rendre moins complexes va aboutir à diminuer les délais de traitement des demandes. Nos propositions permettront aux agents des MDPH de dégager du temps pour pouvoir jouer un rôle de conseil et non plus seulement de contrôle.

La mission qui nous a été confiée n’est pas technocratique. Elle vise à redonner confiance aux personnes handicapées, à rendre leur parcours plus transparent. C’est un vrai sujet politique au sens noble du terme. Propos recueillis par Franck Seuret

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

« Les personnes handicapées ont de plus en plus de mal à faire respecter leurs droits. »

Sur le front des droits, « la situation se tend », estime l’adjoint du Défenseur des droits …

8 commentaire

  1. Moi je souffre du matin midi soir et nuit de tout mon corps mais jambre ce dégradé conduire est un supplice
    Reconnu ahh 50 79% en invalidité inapte à tous postes de travail
    Je vis seul avec mon fils de 16 ans
    Je ne demande pas la charité mais on me refuse toujours la carte de stationnement me soulagerait énormément pour aller au kine medecin et cours des moments je tourne une demi heure pour trouver une place pour me garé devient un supplice de sortir
    Et je n arrivé pas à comprendre et véridique deux personnes qui ont aucun problème de marché et pas voiture on la fierté de me faire voir leur carte de stationnement
    Je dis rien c est bien
    Mais si il saurait la souffrance en moi qui me mine tous les jours
    Le critère de la mdph pas plus 200 m.
    Et bien moi je lève ma jambre pour la mettre dans ma voiture et des que je rentre je m allongé part épuisement de l effort
    Pourquoi au temp de différence de critère et reconnu à 80% et moi 79%
    Je me renferme sur moi sortir est dur.déjà trouver un place. Et c est jambres me fond souffrir ainsi tous le reste cmp refusé aussi
    Je me demande les personnes à mobilité réduite payé pour ce que leur médecin mente sur leur état sante pour certaines personnes et je ne suis pas la seule à être dans les mêmes
    Conditions
    Pourquoi nous sommes rejeté ainsi avec notre souffrance et seul.
    Cordialement

  2. Nous avons une fille porteuse d’une trisomie 21 beaucoup de recours auprès de la MDPH au départ notre fille etant reconnue en 3eme catégorie avec des spécilites libéraux nous avons eu un changement en 2eme catégorie et reconnue de 50% à 79% nous avons fait appel pour rectifier et qu elle soit reconnue à 80% avec la CPAM nous avons eu un refus de bon de transports pour l’orthophoniste nous disant que cela etait trop loin pourtant ayant commencé depuis des années nous avons fait ce choix parce que cette orthophoniste est plus adaptée à l’handicape pour notre fille
    Malheureusement,nous devons toujours faire des demarches,habitants dans une petite ville rurale on se sent bien seul.

  3. Vers davantage de confiance et moins de contrôles ?

    On peut toujours y croire…

  4. Oui aux simplifications administratives et à la cohésion entre les différents partenaires.
    Parcours du combattant notamment MDPH qui pert les dossiers sans arrêt et on se retrouve 7 Ou 8 mois sans ressources donc tout suit. Menacés d’expulsion. Logements non adaptés. Rien de mis en place même après passage du responsable social et des spécialistes. CPAM pas de lien avec CAF suppression des APLS.l’handicapé se désespère et les aidants vieillissants sont épuisés
    BRAVO SI VOU Y ARRIVEZ
    NOUS AVONS BESOIN D’AIDES PHYSIQUES /MORALES/FINANCIÈRES POUR VIVRE DIGNEMENT.

  5. Mon épouse est hémiplégique, donc impossibilité de se mouvoir seule, il faut la porter pour aller sur sa chaise pot, pour aller sur son fauteuil roulant. Une seule jambe et un seul bras valides c’est très compliqué. Je suis son mari aidant, et je suis atteint d’une maladie de reins qui mélimine les protéines du corps. Je n’ai donc plus de forces pour faire ces transferts et j’ai besoin d’une personne en permanence pour tout cela. Je ne peux par ma retraite que payer 4 heures par jour, malgré les aides. Le Conseil Général ne veut pas m’accorder davantage. Il ne veut pas non plus reconnaître mon invalidité et je n’ai pas droit à la carte handicapé ou à une incapacité de 80%. Que puis-je faire ?

  6. Bonjour,
    je suis Française et Bretonne de souche,J’ai 52 ans je suis Handicapée depuis l’âge de 15 ans des problèmes de dos du à la mal traitance que j’ai subit enfant,mes soucies de dos se sont aggravé au fils des années Lombalgie chronique,en 2011 j’ai du être opéré du dos du canal lombaire étroit plus grattage d’arthroses avant cette opération je marchais très mal je faisait des crises de paralysie des jambes,après cette opération je me suis senti un peu mieux cette même année j’ai été opéré d’un cancer féminin j’ai fait une grosse dépression et depuis je suis dépressif et reste fragile,en 2014 j’ai été opéré d’un nouveau cancer féminin,j’ai fais un IRM en 2012 des cervicales j’ai 3 vertèbres de fichu et 3 hernies,le neurochirurgien ma dit qu’il faut pas opéré l’opération se fera quand je ne pourrais plus me servir de mes bras hé oui je fais des crises de paralysie des bras presque tout les jours,2017 j’ai fais plusieurs crises d’amnésie totale de la mémoire et a ce jours je ne me souviens pas de tout se que j’ai vécu et j’ai la mémoire très fragile en ce moment je fais des examens IRM prises de sang je souffre à nouveau du dos et des hanches je fais à nouveau paralysie des crises des jambes et j’ai de le raideur dans les hanches et pleins d’arthrose je suis fatiguée de me battre tout les jours seule,je suis isolée du monde sociale je ne vois personnes être handicapé doit être contagieux,ma famille ma laissé tombé je n’est plus d’amies,pour se qui est de la MDPH je viens de renouveler mon dossier et je constate que plus ma santé se dégrade plus mon taux d’invalidité baisse j’était à 82% et la je suis entre 50 et 79 %,ont ma supprimé l’AAH sans me dire pourquoi,je me retrouve avec 704 euros de pension par mois alors les factures payés il me reste à peine 100 euros pour vivre pour le mois,il y a un gros travaille à faire pour que les dossiers MDPH soit traité plus vite il faut embaucher,j’ai le statut travailleur handicapé à quoi cela va me servir je ne peu déjà pas faire à manger pour moi et faire mon ménage c’est du n’importe quoi tout sa,quand à la pension d’invalidité ou AAH je pense qu’elle devrait être mise à 1200 euros un peu d’humanité pour vos invalides Français,je n’est pas choisi d’être handicapé,j’ai travaillé dans ma vie et j’ai élevé mes 3 enfants seule,je ne demande pas la lune juste pouvoir vivre ma vie d’handicapée avec dignité et pouvoir manger à ma faim,il faudrait avoir aussi plus d’aide financière pour le matérielle médicale et pour pouvoir en tant qu’ invalide avoir un vrai aide financière pour pouvoir acheter un véhicule moi je ne sort plus je ne peu pas marcher plus de 500 mètres alors un petit véhicule me sortirais de chez moi

  7. Bonjour.
    Je n.ai jamais compris pourquoi nous devons faire le renouvellement tout les 5 ans pour demander la aah / aides humaines / la rqth ou le renouvellement tout les ans pour la carte amethyste. les maladies qui font que nous sommes porteur d.un handicap ne change pas du jour au lendemain si ce n.est qu.une maladie evolutive mais celle-ci se degrade plus qu.elle s.ameliore. le probleme c.est que la France est un pays lourd et lent du coté administratif. Il faut toujours se justifier. Deja si la mdph ferait un dossier pour quelconques demandes ca degorgerait les services, il y aurait beaucoups moins de retard. Il est temps que notre paysface un pas en avant. On gagnerait du temps, on ferait des economies d.argents pour les organismes comme pour les alocataires (papiers fournitures de place…) et c.est plus ecoligique aussi.

  8. moi j’ai une spa depuis 24 ans j’en ai 54 pas de changement notable je souffre toujours traitement a
    vie et tous ce qui suit j’ai le 80 % depuis le debut de ma maladie en fin d’année je fait mon renouvellement et je recoit mon courrier ou l’on m’abaisse mon taux a 59%et 79% manque 1% sans visite medical et malgré le compte rendu du medecin recours amiable donc et rebelotte on me dit votre cas ne c’est pas agravé donc on reste comme cela sans visite et je passe en reunion le 20 mars mais avec un refus quel honte cette mdph des incompétents je ne resterais pas comme ça j’irais au tribunal
    des personnes juge votre etat sans vous voir et sur un coup de dés decide de votre etat de santé honte a eux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *