Accueil > Emploi > Ressources > Par elle, l’Aspa ne passera pas
Depuis son lit-bureau, Martine Deniau réconforte les allocataires, prodigue conseils et interpelle les autorités.

Par elle, l’Aspa ne passera pas

Martine Deniau veut obtenir que les Caf n’obligent plus aucun allocataire de l’AAH à demander l’Aspa, arrivé l’âge de la retraite. Un combat qu’elle mène malgré la maladie qui la fragilise.

C’est un bloc de douleur et de ténacité. « Depuis son lit-bureau », Martine Deniau mène la fronde contre les Caisses d’allocations familiales. Atteinte d’une maladie rare qui martyrise ses muscles, elle est contrainte de rester alitée la plupart du temps. Dans sa petite chambre, dont la porte reste constamment tirée pour l’isoler. Comme dans un cocon.

Tout en parlant, elle remonte son châle bleu sur ses épaules pour se protéger du moindre courant d’air. À portée de mains, sollicitées avec précautions, un vieux téléphone fixe à haut parleur et des dossiers. Mais pas d’ordinateur, ni de mobile car cette Toulonnaise de 65 ans est électro-sensible.

Privée d’AAH pendant 33 mois

Pas plus que les ondes électro-magnétiques, Martine Deniau ne supporte les injustices. Depuis trois ans, elle écoute et conseille des bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH) arrivant à l’âge de la retraite qui se heurtent à l’application, par les Caf, de la réglementation sur l’AAH et l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa).

Martine Deniau est passée par là. En 2013, sa retraite approchant, sa Caisse exige qu’elle demande l’Aspa, en lieu et place de l’AAH, en complément de sa pension de retraite. Mais cette prestation est récupérable sur succession. Martine Deniau refuse. La Caf lui coupe alors l’AAH. À tort estime la justice. En janvier 2016, le tribunal des affaires de Sécurité sociale du Var condamne sa caisse à lui rétablir le versement de l’AAH et à lui rembourser les 33 mensualités non payées. Une première, à notre connaissance.

« Une discrimination fondée sur l’âge. »

Le 1er janvier 2017, la réglementation a changé de manière favorable. Elle précise explicitement que les allocataires de l’AAH ayant un taux d’incapacité d’au moins 80 % ne sont pas tenus de demander l’Aspa. Mais les Caf considèrent que cette disposition ne s’applique qu’aux personnes nées à partir de 1955. C’est-à-dire ayant atteint l’âge légal de la retraite, soit 62 ans, après le 1er janvier 2017.

Martine Deniau conteste cette interprétation. « Une discrimination fondée sur l’âge » s’insurge-t-elle. Et de dénoncer cette « manipulation » qui fait les affaires des Caf : « Le basculement des allocataires de l’AAH à l’Aspa leur permet de faire des économies : elle n’ont plus à leur verser l’AAH et l’Aspa est financée par les caisses de retraite. »

À l’écoute et à l’attaque

La Toulonnaise réconforte les allocataires en détresse. Prodigue conseils à leurs avocats. Relance tous ceux qui peuvent servir de relais, dans l’administration, la presse, les ministères… En appelle au président de la République.

Un activisme qui en irrite certains mais Martine Deniau ne lâche rien, persuadée de la justesse de sa cause et de ses arguments, qui prêtent parfois à discussion. Trois autres récentes décisions de justice, favorables aux plaignants, sont venues la conforter dans son analyse. Le bras de fer n’est pas fini. Texte et vidéo Franck Seuret

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Le gouvernement va-t-il dire oui à l’AAH à vie ?

Les deux rapporteurs d’une mission gouvernementale avancent 113 propositions pour simplifier les démarches administratives des …

7 commentaire

  1. Bravo Mme DENIAU !!!
    Ne lâchez rien !
    Ce passage de l’AAH à l’ASPA est totalement scandaleux.
    Et ceci également pour les allocataires au taux inférieur à 80%. A quoi rime cette discrimination entre allocataires de l’AAH ?
    Encore un combat que les associations devrait considérer comme primordial, au même titre que l’AAH/couples, et pour lequel elles ne se mobilisent absolument pas…
    A croire qu’il ne faut surtout pas trop gêner ces sinistres personnages au pouvoir. Trop d’intérêts personnels en jeu ?… On peut se le demander…

    • Entièrrement d accord avec vous , évidemment les handicapés sont dans l’ombre ne reventiques pas dans la rue . Et sa n’empêchera pas les transports de fonctionner !!
      Alors ! Quest ce que l’ on en a faire des handicapés
      Ou sont les associations ?

  2. merci à Martine pour son admirable combat. Malgré l’APF qui prétendait qu’elle avait tort, elle a tenu bon et d’autres ont suivi. Merci à faire Face pour son soutien mais qu’attendent les parlementaires et le gouvernement pour mettre fin à cet acharnement des CAF, un Etat dans l’Etat sans contrôle car la chasse aux pauvres, c’est plus facile que la lutte contre l’évasion fiscale…

  3. Bravo à Martine qui, malgré son handicap, se bat et continue d’aider les personnes handicapées.
    Pour le reste, je suis d’accord avec Copello, il fut un temps où les associations nous représentaient beaucoup plus.

  4. Bravo madame et aussi on devrais se révolte pour D autre injustice de la nouvelle réforme attention l ahh n est plus versé à la retraite 50 à 79 % !!! Injuste Réforme !!! Viellesse et handicap on se fou des personnes âgées handicapée !!!!

  5. Bravo Martine pour l’exercice de votre volonté et de votre détermination; merci Emmanuelle de m’avoir transmis ce message. Concernant Frankie, né en 60, il ne sera pas concerné, mais sur le fond le problème de la discrimination demeure!

  6. j’ai une l’AAh pendant plus de 20 ans ( taux entre 50 et 79%). A 62 ans au moment du passage à la retraite c’est un cauchemar invraisemblable. Je n’ai plus rien pour vivre à ce jour. Ma demande d’ASPA n’est pas traitée, j’en suis rendue à la limite, d’autant que c’est cumulé avec d »importants dégâts des eaux ont dévastés chez moi en plus.
    J’ai eu 62 ans en mars et je ne sais pas quand j’aurais l’ASPA. Si je l’aurai, si ce sera rétroactif, bref aucune info
    Je voudrais savoir s’il est vrai que la CAF devrait continuer à me verser l’AAh puisque j’ai donné la preuve que j’ai bien déposé la demande de retraite et d’ASPA en temps en en heure. ( une dérogation qui dit que…)
    la CAF m’avait dit cela avant de dire le contraire, puis redit cela, puis redit de contraire. La Caf a aussi expliqué à un service social que c’est cela la loi (me verser l’ AAH en attendant car j’ai bien donné la preuve que j’ai demandé la refaite et l’ASPA) mais a aussi dit le contraire à ce même service. Un coup oui, un coup non. Toujours est-il que la CAF m’a versé un mois en plus d’AAH en assurant que c’était normal, au nom de cette « dérogation » et que la MSA allait faire la même chose ensuite. Puis la CAF a clos mon dossier (m’a radiée) pour me « balancer » à la MSA et de me dire ensuite qu’ils avaient fait cela ( radier) parce qu’ils s’étaient trompés en me disant que j’aurais encore l’AAH en attendant d’avoir l’ASPA ,et encore plus trompés en me filant un mois d’AAH en plus par « erreur » !!! les comiques ! Dans ces cas-là n est viré sans explications !!!
    c’est quand j’ai cherché les explications que j’ai appris que c’était une erreur, « euh…c’était une « erreur  de la CAF»…Pourquoi ? « ben, vous n’avez pas 80 %. « 
    La MSA quant à elle fait comme si je n’avais jamais été une personne handicapée, c’est à dire que son assistante sociale ne m’a pas proposé quoi que ce soit de concret comme si elle é tait payée pour faire de la figuration… je suis allée deux fois la voit pour rien. Je la plains.
    J’ai demandé à ces braves gens (CAF, MSA) de me sortir les textes de loi, mais on m’a dit qu’il y en avait trop !!! la MSA ne veut pas entendre parler ce ce prétendu droit. Le MSA ici ne communique pas, n’explique rien, il faut leur arracher des bribes d’explications, c’est incroyable, c’est le pire que j’aie connu.

    Je vis cette chose : être passée sans préavis du statut de personne handicapée à celui de vieux débris qui peut crever. On voudrait précipiter ma mort qu’on ne s’y rendrait ps autrement car je dois encaisser un stress énorme ( en même temps que des dégâts des eaux qui m’ont fait partir de ma maison, moment idéal pour ne plus du tout avoir de revenus!!!) et ma santé s’aggrave à grande vitesse. Sans parler des douleurs qui sont déjà intenses d’ordinaire. Il y a une violence sociale inouïe en même temps que Jupiter du haut de l’Olympe parle de comment il aide « les accidentés de la vie à  rebondir ». Comment peut-il se servir de nous de cette façon ? Moi je rebondis à grands coup de pieds au cul vers le gouffre.

    Je croyais que je serais un minimum protégée en tant que personne handicapée !
    Je ne pense pas avoir la force d’aller faire la manche à mon âge car pour des raisons trop longues à expliquer mon dossier ASPA va être encore un bon moment au frigo. J’ai pensé à une grève de la faim. J’ai pensé à écrire au Canard enchainé, entre autres. Et tant de choses encore. . Une amie m’accueille ponctuellement. Je suis e Dordogne, je vous jure que c’est gratiné. Une situation ubuesque est au delà de ce que j’aurais pu imaginé car là, je n’en ai écris qu’une fraction.

    Je me demande «  as-tu envie de continuer à vivre dans une société qui t’oblige à ton âge à mendier auprès d’administrations sourdes comme des pots ton droit à la survie ? ».
    Le type de la banque m’a dit ce jour qu’il « bloquait » mon compte. Plus du tout gentil ce cher « conseiller » que je trouvais sympathique.
    Ce message posté ici est une bouteille à la mer. Parceque je suis tombée sur la vidéo de cette femme magnifique qui se bat dans son lit. J’aimerais qu’il soit publié comme témoignage .
    mais si quelqu’un a des infos sur ce prétendu droit à une « aah transitoire » cette « dérogation » pour ne pas laisser les handicapés sans rien et éviter un passage entre AAH et retraite + ASPA aussi calamiteux, merci de me le dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *