Accueil > Société > 28 jours sans manger pour dénoncer la précarité des personnes handicapées
Cette action radicale, mettant en danger sa santé, a permis à Laurent Alleaume d'obtenir quelques retombées médiatiques et l'écoute d'une députée et d'une préfète. ©capture d'écran, Zinedine Zolive

28 jours sans manger pour dénoncer la précarité des personnes handicapées

Après avoir obtenu un rendez-vous avec la préfète du Puy-de-Dôme, Laurent Alleaume a décidé de cesser sa grève de la faim. Il réclame davantage de moyens pour la politique du handicap.

La grève de la faim de Laurent Alleaume a duré presque un mois.

Laurent Alleaume est tenace. Et convaincu de la justesse de son combat : attirer l’attention sur la précarité subie par de nombreux citoyens handicapés. En juin 2018, le tout juste sexagénaire, insuffisant respiratoire, a marché de Lisseuil à Paris. 350 km entre cette petite commune d’Auvergne, où il habite, et la capitale. En vain. Son action est passée quasi inaperçue.

Porté par les gilets jaunes

Le mouvement des gilets jaunes lui a redonné un nouvel élan. Il a décidé de frapper plus fort. La tunique pétard en étendard, il a entamé une grève de la faim, le 21 mai. Pour demander une revalorisation de l’AAH qui sortirait les allocataires de la pauvreté. Ou la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint pour le calcul de ce minima social.

Des revendications portées de longue date par les associations de personnes handicapées. Laurent Alleaume demande également une taxation sur les grandes entreprises pour financer la politique du handicap.

Retombées médiatiques

Sur le site de France Bleu Pays d’Auvergne.

Cette action radicale, mettant en danger sa santé, lui a permis d’obtenir quelques retombées médiatiques. Sur le site de France 3 Auvergne – Rhône Alpes, sur France Bleu Pays d’Auvergne, dans La montagne, le quotidien régional… Et de nombreux soutiens sur les réseaux sociaux.

« Vous avez une force en vous. »

De plus, il a décroché un rendez-vous avec la préfète du Puy-de-Dôme, jeudi 20 juin. Et Christine Pires Beaune, une députée du département, lui a assuré qu’elle remonterait ses doléances à l’Assemblée nationale. Des victoires symboliques sans retombées concrètes.

Mais Laurent Alleaume croit en l’engagement. « Les personnes handicapées ont une force qu’elles ne connaissent pas, explique-t-il au média citoyen Zinedine, dans une vidéo en ligne sur Facebook. Vous avez une force en vous. Celle de vous lever un jour et de hurler non à l’injustice. »

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Élise et Louis : leur voyage après l’AVC

Élise Mathy, 30 ans et Louis Gustin, 29 ans, partagent le vécu de s’être relevés …

10 commentaire

  1. Felicitation mais on oublie les personnes qui sont prives de aah car la caf les obligent a la pension invalidite remboursable
    Les personnes qui touchent la pension invalidite avec minimum de 50e sont prives de primes d’activite. Et s’ils avaient pas la pension invalidite mais l’aah a la place il aurait la prime d’activite. Les defenseurs des handicapes svp il est temps de se battre pour faire annuler tout cela

    • Non je n’oublie invalidité tous les personnes son comserner .il faut faire table rase et repartir a zéro ,mais refait par toutes tous les handicapés pas per des technocrate

      • Bonjour M. Alleaume. Je vous remercie de votre action en faveur des personnes handicapees. La Société nie de plus en plus le handicap. On nous maintient dans la survie et la dépendance. Vivre dans la maltraitance c’est notre lot quotidien Une personne handicapee n’est pas une personne lambda. Elle a dès besoins propres pour vivre son quotidien. Qui s’en soucie ? Vous êtes une personne remarquable car vous avez le courage de mettre votre vie en danger pour dire l’indiciblé’ de la souffrance des personnes handicapees que la Société ne veut pas entendre. À quand l’euthanasie pour les non rentables ? Qu’on en finisse avec l’hypocrisie

  2. Bjr moi aussi je me bat pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap moi même je suis handicapée j ai une maladie handicapante je me bat aussi pour que le compte de CONJOINT ne soit pas pris en compte j ai écris au député de la Seine st Denis qui est md marié George buffet j ai écrit au premier ministre et au président tous m ont répondu mais refuser à l assemblée
    C est la ministre qui s occupe des handicapée qui refuse bonne chance

  3. Tout à fait d’accord
    Je soutiens Laurent

  4. Bravo me Alleaume pour votre combat. Je suis également handicapée et chaque demande pour obtenir une aide et le parcours du combattant.

  5. Bonjour, je combats aujourd’hui car mes soins dentaires ne sont pas pris en charges par la cmu . En invalidité et ass donc à la cmu , depuis plusieurs années aucun dentiste ne veux me soigner car les seules soins possibles adaptée pour ma santé sont hors de prix.
    Je suis à 8 dents retirer, bientôt 3 de plus si je ne trouve pas l argent nécessaire.
    Suivie par la faculté dentaire, mon protocole de soins est accepté par la cpam mais sur les 11500€ de reste à charge 1000€ peuvent m être accordé.
    J ai écris partout en expliquant ma situation, mediateur de la cpam, prefet, présidence de la république, ministre de la santé…. essayé d obtenir un crédit à été ma 1er priorité mais refusé de partout, les associations en bains.
    Je suis malade et en invalidité, je cherche juste à pouvoir travailler, me soigner et enfin avoir ma place dans cette société .
    Mes dents sont importantes pour la santé, ma vie professionnelle que j essaie de reconstruire, mais aussi pour mon moral , et la vie de tout les jours.
    Donc vu qu un seule protocole de soins est possible mais que je suis depuis etre tombé malade dans une situation financière très difficile, je n ai pas le droit de garder mes dents ….. et tout le monde s en fiche car cette case de prise en charge pour des soins dentaires spécifiques a une maladie n existe pas …. un conseil même si cela peu arriver a tous  » ne tombé ni en invalidité, ni d être handicapé  » car on n existe plus , pire on préfère nous laisser mourir…

  6. Je fais partie des personnes à qui on a supprimé l’AAH, à l’âge de 67 ans, pour m’obliger à prendre l’ASPA !
    Je refuse cela, et je vis avec 300 euros par mois depuis plus de 2 ans !!!
    Je suis allée en justice et j’ai perdu !
    Donc, je ne sais plus que faire, et j’ai dû vendre mon appartement !
    Elle est belle la justice !
    Et les droits de l’Homme ?
    Macron, Cluzel, tout le monde s’en fout !

  7. 1)Pour les soins dentaires il existe des cabinets dentaires de la CPAM. Je connais des personnes à la CMU qui ont pu se faire faire des appareils dentaires et n’ont rien payé. Renseignez vous pour savoir où se trouve le plus proche. Bonne chance.
    2) Je touchais l’AAH taux plein + complément AAH + APL majoré. A 60 ans on m’a obligé à prendre ma retraite. J’ai été 15 ans inapte au travail reconnue à 80% d’invalidité. J’ai eu droit à la retraite mais si les trimestres ont été validés, je n’avais pas les points de retraite donc je me retrouve avec 480€ de retraite seulement au lieu des 980€ de prestations. Mon mari a une petite retraite mais en y ajoutant la mienne nous dépassons le plafond pour toucher un complément d’AAH.
    Je ne suis hélas pas la seule.
    Cerise sur le gâteau on vient de me retirer 45h de PCH. Mon mari est également handicapé et n’a que 28h d’APA.

  8. Je soutiens Laurent pour sa détermination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *