Accueil » Autonomie » Aides Humaines » handivalise.fr, pour voyager avec un accompagnateur
handivalise.fr, pour voyager avec un accompagnateur
Dans le train, les accompagnateurs pourront bénéficier des avantages tarifaires consentis par la SNCF.

handivalise.fr, pour voyager avec un accompagnateur

Publié le 22 avril 2016

Une plate-forme de mise en relations entre voyageurs handicapés ayant besoin d’un accompagnateur et personnes prêtes à les accompagner va être lancée en juin. Un service à prix réduits.

ACTUALISATION DU 4 AOÛT : le site handivalise.fr a été officiellement lancé fin juillet. Les internautes peuvent créer leur profil et poster leurs demandes/propositions d’accompagnement pour les trajets qu’ils souhaitent.

Besoin d’être accompagné pour aller de Paris à Marseille ? Handivalise.fr propose de vous aider à trouver un voyageur faisant le même trajet et prêt à vous aider. Cette plate-forme de mise en relation entre voyageurs handicapés et accompagnateurs n’en est encore qu’à l’état de projet. « Mais, explique Anne Keisser, sa co-fondatrice, nous allons lancer une version test en juin, sur un Paris-Lyon, pour être opérationnel en juillet sur un plus grand nombre de destinations » Et sur tous les modes de transport : train bien sûr, la cible prioritaire, mais aussi avion ou voiture. En attendant sa mise en service, la page d’accueil du site propose un questionnaire pour mieux connaître les besoins et les attentes des uns et des autres.

Faire correspondre une demande et une offre

Handivalise fonctionne selon les mêmes principes que les autres sites de mise en relation, comme Blablacar, Kelbillet ou bien encore Wheeliz : faire correspondre une demande et une offre, entre particuliers. « Tout le monde est gagnant, se félicite Anne Keisser : la personne handicapée trouve l’aide humaine dont elle a besoin pour effectuer son voyage  ; l’accompagnateur, qui avait prévu de faire ce trajet, bénéficie d’un défraiement ou d’une réduction sur son billet de train. »

Handivalise ambitionne d'englober tous les types de transport.

Handivalise ambitionne de concerner tous les types de transport : train, avion, voiture et autocar.

En train, une réduction ou la gratuité pour l’accompagnateur

La SNCF garantit en effet, de longue date, des avantages tarifaires aux accompagnateurs : la gratuité ou un une réduction de 50 % dès lors que le voyageur en situation de handicap présente un taux d’incapacité au moins égal à 80 %. « Dans les autres cas ou pour d’autres modes de transport, le voyageur handicapé pourra, s’il le souhaite, proposer une participation aux frais de son accompagnateur, précise Anne Keisser. Cette contrepartie n’est pas obligatoire et nous veillerons à ce qu’elle reste modeste, pour qu’elle ne constitue pas un obstacle financier. » L’utilisateur handicapé devra également verser au site une commission pour la mise en relation, dont le montant variera en fonction du nombre de kilomètres parcourus : 3 € pour moins de 100 km  ; 6 € au-delà. Quant à l’accompagnateur, il s’engagera à suivre une courte formation, a minima via Internet.

Un projet « contre-productif » ?

Ce projet suscite les critiques d’Elena Chamorro. Cette enseignante, qui vient de co-fonder le Collectif lutte et handicaps pour l’égalité et l’émancipation (Clhee), analyse dans un billet publié sur son blog « cette idée apparemment chouette » : « La plateforme proposerait ainsi une solution en attendant les vraies réponses qui, il est vrai, on attend toujours, car ni toutes les gares sont accessibles, ni les personnes handicapées bénéficient des aides humaines qui leur permettraient de mener une vie autonome. Est-il bon ou plutôt contre-productif d’avoir recours à des solutions “en attendant“ ? Je pense qu’il est clairement contre-productif de favoriser des « en attendant » qui risquent d’être faits pour durer. »

Agir plutôt qu’attendre

« Le problème existe depuis toujours et je veux contribuer à y trouver une solution, se défend Anne Keisser. Je l’ai moi même vécu avec ma sœur, handicapée mentale. Comme elle ne peut pas prendre le train seule pour venir me voir, je dois faire 200 km pour aller la chercher. Bien sûr, l’État doit prendre ses responsabilités en favorisant l’autonomie, mais son inertie ne doit pas freiner les initiatives visant à faciliter la vie de nombreuses personnes en situation de handicap.» Le débat est lancé… en attendant le site. Franck Seuret. Photo Nelso Silva 

Un autre service, bien plus cher

Les Compagnons du voyage proposent déjà les services d’accompagnateurs. Mais il ne s’agit pas d’une plate-forme de mise en relations entre particuliers. Cette association créée par la SNCF et la RATP facturent cette prestation. 138 €, par exemple, pour un accompagnement sur un Paris-Lyon. Auxquels il faut ajouter le prix du billet aller-retour de l’accompagnateur. Cher…

5 commentaires

  1. Je trouve que c’est une bonne initiative.
    Je suis moi-même en situation de handicap et, incapable de me débrouiller tout seul en cas de déplacement.
    Pour contrer les arguments selon lesquels on ferait du provisoire plutôt que de trancher dans la durée… Personnellement je ne crois pas qu’il soit bon de mettre tous nos œufs dans le même panier !
    Comprendre : que l’on puisse bénéficier d’une assistance de type « régulière » au titre de la PCH NE DOIT PAS EMPÊCHER… surtout pas de pouvoir tisser d’éventuels AUTRES LIENS relationnels.
    Bah oui : il y a fort à parier sans pour autant être doux rêveur hors des heures autorisées… qu’il puisse s’établir des liens si pas d’amitié du moins de « on remettra cela » au cours des rencontres incidemment créées… par ce type de réseau !
    Je trouve cela générateur de nouvelles relations humaines. De nouveaux contacts ! (Qu’il ne s’agisse pas non plus d’un réseau de rencontres… Ça doit demeurer bien clair !)
    Beaucoup moins sclérosant que les situations actuelles que l’on puisse connaître : UNE PERSONNE en situation de handicap + 1 INTERVENANT DÉFINI. C’est-à-dire le propre du système français : l’institutionnel érigé en dogme ou presque.
    Ce type de réseautage, c’est pour moi facteur de mobilité.
    Je trouve ça très bien.
    CE QUI NE DOIT PAS EMPÊCHER que les gares continuent d’être rendues + accessibles voire accessibles-tout-coup !
    Naturellement.
    Mais à toujours vouloir crier haro sur la nouveauté au prétexte qu’elle va constituer un palliatif -trop- durable ne fait pas avancer le schmilblik !
    Encore une fois : je me permets de souligner le caractère « renouvellement social » (potentiel, certes) de tels contacts enfin permis…
    Il ne faut pas décourager l’initiative. Surtout dans une France tellement frileuse en termes de rapports humains.
    Handis-valide… !
    Si l’on compare à nos voisins espagnols, par exemple… !

  2. Quelle bonne initiative ! J’ai une fille qui a besoin d’aide pour ses déplacements, et dès lors que je ne peux lui apporter, tout se complique …
    Et dans le sens ouverture d’esprit et interaction entre le « monde du handicap » et le « monde de la normalité » c’est super.
    Il reste à faire en sorte que le site soit le plus possible « sécurisant » pour les utilisateurs en situation de handicap, parfois très démunis pour se défendre. On rencontre encore trop de personnes pour lesquelles le « profit » quel qu’il soit, pour ne pas penser à pire, est ligne directrice de toute action.
    Il faut donc être assuré, autant que faire se peut, que tous les intervenants soient dans une même démarche humaine et saine, et ce n’est pas simple.
    Tout le monde peut y gagner effectivement, alors gagnons en respectant tout le monde …
    Merci à tous ceux qui ont pensé à ce projet, et qui ont permis sa mise en place.

  3. Bonjour

    Je vais créer ma statut auto entrepreneur comme apporteur d’affaires dans le domaine accompagnement de personnes en situation de handicap
    Pour cela je cherche plus d’accompagnatrices

    Pour plus d’infos

    Voici mes coordonnées

    0663186403

    Ou a sebastienduplan@free.fr

    Au plaisir

  4. MALSERVET Anne marie

    Si mon profil peut interesser quelqu’un :infirmière DE, retraitée depuis 15 mois,
    DU en rééducation- réadaptation, j »ai travaillé 16 ans avec des enfants en situation de handicap, 20 ans avec des adultes handicapés.

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*