Accueil > Société > Maladies rares : vers un 3e plan national ?
En France, trois millions de patients sont touchés par une maladie rare.

Maladies rares : vers un 3e plan national ?

La France a connu deux plans nationaux concernant les maladies rares. Mais, parce que les défis restent nombreux, les principaux acteurs appellent à la mobilisation et réclament un troisième plan.

En France, trois millions de patients sont touchés par une maladie rare. Un chiffre atteignant 30 millions au niveau européen. La situation dénoncée par la plateforme Maladies rares s’avère inquiétante : un accès inéquitable au diagnostic, une prise en charge non harmonisée dans tout le pays et aucun traitement spécifique. Selon l’Observatoire des maladies rares de 2015, 21 % des personnes malades disposant d’un diagnostic ont eu une errance de diagnostic égale ou supérieure à six ans. À la fin de l’année, le deuxième plan arrive à son terme. Alors que le 29 février a lieu la 9e Journée internationale des maladies rares, les acteurs demandent des engagements à l’État. Même s’ils reconnaissent que les progrès ont été réels depuis 2004 grâce aux deux plans successifs, ils estiment qu’il reste de nombreux défis à relever.

L’Alliance Maladies rares, l’AFM-Téléthon, Eurordis, Orphanet, la Fondation Maladies rares et Maladies rares Info Services demandent au gouvernement français « un plan doté d’un véritable pilotage interministériel disposant de réels moyens d’impulsion, de suivi et d’injonction ». Pour les 30 millions d’Européens et les 3 millions de Français concernés, la plateforme estime que ce nouveau plan doit mobiliser les associations de malades, les professionnels de santé mais également les industriels du médicament.

Un maître mot : la co-construction

L’appel pour ce troisième plan national souligne également que son « efficacité passe nécessairement par un positionnement dégagé des enjeux d’un seul ministère ». Ainsi, la plateforme Maladies rares demande la constitution d’une mission ad-hoc dotée d’un « mandat interministériel couvrant les champs de la santé, de la recherche, des affaires sociales, de l’économie et de l’industrie ». Pour avancer contre les maladies rares, les besoins doivent pallier la diversité des pathologies : infectieuses, cancers rares, maladies neuromusculaires, etc. Les deux tiers des maladies rares sont graves et invalidantes. Dans presque la moitié des cas, le pronostic vital reste engagé. Par Johanna Amselem

 

 

A propos de Johanna Amselem

Johanna Amselem
Journaliste spécialisée dans les thématiques de santé.

Lire aussi

Falc et langue des signes : la crise sanitaire les a mis à l’honneur

Des interventions présidentielles qui se multiplient, des consignes sanitaires à transmettre… La crise liée au …

3 commentaire

  1. Avatar

    Bonjour,
    Depuis de nombreuses années je reçois votre journal .J’ai une sep et je n’ai jamais reçu votre journal « en juin et décembre de l’année.
    Merci pour votre réponse en ‘espérant que vous ferez le nécessaire.

    • Valérie Dichiappari
      Valérie Dichiappari

      Bonjour,

      Le magazine a changé de formule. Il est désormais bimestriel et il ne comporte plus de supplément sep. En revanche, la rubrique santé traite régulièrement de cette pathologie. Bien cordialement, la rédaction

  2. Avatar

    Merci du renseignement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial