Accueil > Société > Télévision : mais où sont passées les personnes handicapées ?
En 2018, le handicap est resté quasi invisible à la télévision.

Télévision : mais où sont passées les personnes handicapées ?

Les années se suivent et se ressemblent. Selon le dernier baromètre CSA de la diversité, le handicap est toujours quasiment invisible à la télévision. Sa représentation est aussi très peu diversifiée.

Dans la vraie vie, quelque 20 % des Français sont en situation de handicap. Soit 12 millions de personnes avec à 80 % un handicap invisible. Les personnes à mobilité réduite, selon les chiffres de l’Insee, ne dépasseraient pas les 850 000 individus.

Pourtant, à la télévision, le handicap moteur est le plus représenté (26 %). Devant le nanisme – merci Mimie Mathy, alias Joséphine Ange gardien, et Peter Dinklage, le Tyrion Lannister de Game of Thrones –, les handicaps mentaux ou psychiques et les handicaps visuels et auditifs. La trisomie, elle, ne pèse pas plus de 1 % des représentations du handicap.

Moins de 1 % de personnes handicapées dans les programmes

Mais les apparitions ont beau se multiplier, comme celle de Mélanie à la météo ou celles de Florent et Justin dans La France a un incroyable talent, le handicap à la télévision reste ridiculement représenté selon le baromètre CSA 2018 de la diversité. Moins de 1 % depuis des années, avec 0,7 % en 2018 contre 0,67 % l’année précédente.

Pire, des 1 450 heures de programmes visionnées sur dix-huit chaînes de la TNT gratuite pour établir le baromètre, il ressort une image très unitaire du handicap. « Globalement, les personnes en situation de handicap sont des hommes blancs, de 35 à 49 ans, inactifs, ayant un rôle positif, habitant les quartiers périphériques », note le CSA. Il serait temps que les diffuseurs sortent des vestiaires et se jettent à l’eau.

A propos de Corinne Manoury

Lire aussi

CV vidéo : un atout pour un emploi ?

Ajouter à une lettre de candidature un CV vidéo augmente de dix points les chances …

3 commentaire

  1. Notre « cher » gouvernement nous annonce qu’il va « combattre » les demandeurs d’emplois !
    Qu’au bout de deux propositions d’emplois refusées, que des radiations seront mises en place !
    Pourquoi ne pas sanctionner plus sévèrement ce manque cruel de suivit et d’accompagnement, de propositions de formations et reconversion professionnelles, d’emplois envers les personnes handicapés, qui souhaite travailler, vivre et retrouver un lien social, et surtout sortir de la précarité ?
    Entre les paroles qui s’envolent à longueur de temps et les écrits qui s’effacent quotidiennement, le handicap malheureusement n’est qu’un business pour certain et la précarité pour ceux qui le vivent au quotidien.
    Et ça, c’est la réalité de « notre » triste démocratie.

  2. Sincèrement ce constat du CSA devient un peu risible:pour des raisons évidentes: 80% des handicaps sont invisibles, comment les représenter? Certaines émissions médicales éclairent tel ou tel handicap très invalidant, tant mieux pour informer le public et bien plus instructif que de montrer la personne en fauteuil sans plus. Non, le combat est ailleurs comme les enfants et leur formation, l’AAH et la PCH et bien d’autres. L’accessibilité forcément mais pas que pour les PMR. Comprenne qui voudra.

  3. Le handicap n’est pas vendeur, c’est simplement cela qui empêche sa représentation à la télé.
    Les télévisions sont des entreprises qui font dans la vente d’espaces publicitaires. Tant qu’il n’y aura pas d’attrait financier à le faire, le constat restera le même.
    Je suis pour une sanction financière basée sur le % de représentativité des handis, pour faire avancer les choses.
    Au-delà de ce constat, ne trouvez vous pas qu’il soit scandaleux que les allocations du président de la République ne soit pas sous-titrées à défaut d’être accompagnées d’un traducteur en langage des signes, alors que la moindre intervention d’un shérif américain ne se fait pas sans (cf. incendie en Californie) ?
    Ne voyez là aucun prosélytisme politique, en tant que PMR, j’ai beaucoup de reproches à faire à sa politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *