Accueil > Société > Envole-moi : le feel-good movie aux faux airs d’Intouchables
Envole-moi tire surtout sa force du tandem Thomas-Marcus incarné par Victor Belmondo, très spontané, et Yoann Eloundou, dont c'est la première apparition au cinéma. © Julien Panié

Envole-moi : le feel-good movie aux faux airs d’Intouchables

À l’affiche ce mercredi 19 mai, jour de réouverture des salles de cinéma, Envole-moi de Christophe Barratier met en scène la rencontre entre un fils de chirurgien dilettante et un jeune garçon atteint d’une grave malformation cardiaque. Inspiré d’une histoire vraie, ce feel-good movie au casting convaincant rappelle par moments Intouchables, le film d’Éric Toledano et Olivier Nakache, sorti il y a dix ans.

Thomas, fils d’un chirurgien renommé, mène une vie facile et débridée. Il dépense l’argent de son père et fait la fête tous les soirs. Après un énième écart de conduite, son père l’investit d’une mission. Histoire de lui mettre un peu de plomb dans la tête. Malgré lui, Thomas devient l’auxiliaire de vie de Marcus, né avec une grave malformation cardiaque. D’abord déboussolé par la maladie, Thomas va ensuite se révéler à lui-même en décidant d’embellir la vie du jeune garçon.

La liste de ses envies

Tout de suite, Thomas propose à Marcus d’établir sa bucket list (liste de ses envies). Et entreprend de satisfaire, un à un, ses souhaits les plus chers. Au fil des jours, de désirs matériels, ils dévient vers des aspirations plus existentielles. Et là, le film gagne en densité. Plus l’amitié grandit entre les deux héros, plus Envole-moi devient attachant.

Ça vous rappelle quelque chose ? Forcément, un peu Intouchables pour ceux qui l’ont vu. Et les pics de vitesse au volant d’une voiture de sport ne sont pas le seul moment du film qui évoque le gros carton cinématographique de ces dix dernières années. Mais, Envole-moi propose hélas des scènes un peu trop artificielles, ou lestées par le placement de produits, qui nuisent à sa réussite.

Les tourments et les exaltations d’un jeune ado gravement malade

Inspiré d’une histoire vraie, déjà portée au cinéma en 2017 en Allemagne, Envole-moi tire surtout sa force du tandem Thomas-Marcus incarné par Victor Belmondo (petit-fils de Jean-Paul), très spontané, et Yoann Eloundou, dont c’est le premier film. L’un se glisse avec beaucoup de naturel dans le rôle de ce jeune adulte oisif. Le second exprime très bien les tourments et les exaltations d’un ado gravement malade. Le moment où Marcus crache au visage de sa mère sa colère de ne « pas avoir de vie » est sans nul doute le plus réussi de cette comédie dramatique.

Envole-moi de Christophe Barratier avec Victor Belmondo, Yoann Eloundou, Gérard Lanvin… Durée : 1 h 31.

 

 

A propos de Claudine Colozzi

Journaliste société - culture, mettant en valeur des femmes et des hommes au parcours inspirant.

Lire aussi

Béatrice, naturiste et lourdement handicapée : « Je n’ai pas honte de mon corps »

La Fédération française de naturisme a lancé une campagne pour promouvoir la nudité saine et …

4 commentaire

  1. helas, je suis encore sûre, même si le projet est noble, que les enfants en situation de handicap vus dans le film, ne le sont pas vraiment. J’ai moi-même une fille avec une maladie qui l’oblige à des longues stations en fautuil roulant et d’hospitalisations en ssr, elle et ses camarades seraient ravis et boostés de tourner dans un film sur leur quotidien, pensez-y messieurs les réamisateurs

  2. Film tres touchant et magnifiquement interprété par victor Belmondo et Marcus et en prime Gerard Lanvin .à voir

  3. Film formidable,très bien interprété !!!Des acteurs formidables….Une belle lecon de vie ,qui nous donne à réfléchir sur notre facon de vivre…Très bon choix de film pour la réouverture des cinémas.Bravo,et encore bravo,il faut absolument aller le voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial