Accueil » Emploi » Le gouvernement va piocher près de 90 millions d’euros dans les caisses de l’Agefiph
Le gouvernement va piocher près de 90 millions d’euros dans les caisses de l’Agefiph

Le gouvernement va piocher près de 90 millions d’euros dans les caisses de l’Agefiph

Publié le 17 septembre 2014

L’addition est de plus en plus salée pour l’Agefiph… Le gouvernement a annoncé son intention de prélever 29 millions d’euros sur les réserves du Fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

Une ponction reconductible en 2016 et 2017, soit 87 M€ au total. Le comité d’entente des associations de personnes en situation de handicap « s’oppose à cette nouvelle ponction qui vient s’ajouter aux prélèvements et transferts de charges opérés ces dernières années sur l’Agefiph. »

50 millions déjà en 2009

En 2009, déjà, l’État a puisé 50 M€ dans les caisses du Fonds. De plus, en 2011, il lui a transféré la gestion de dispositifs dont il assumait jusqu’alors la charge : la déclaration d’emploi de travailleurs handicapés que les établissements de 20 salariés et plus doivent effectuer chaque année ; le dispositif de reconnaissance de la lourdeur du handicap, etc. Coût estimé de l’opération: 40 M€ par an, en moyenne.

Aucune garantie sur l’utilisation de cet argent

De plus, « l’État n’apporte aucune garantie sur l’utilisation de cette ponction ». Cet argent ne servira vraisemblablement pas à financer des actions supplémentaires en faveur des demandeurs d’emploi handicapés mais devrait compenser les restrictions budgétaires de l’État.

Le nombre de demandeurs d’emploi handicapés a pourtant explosé

Ces prélèvements et transferts de charges interviennent dans un contexte financier plus tendu pour l’Agefiph : les contributions des entreprises ont chuté de 604 M€ en 2007 à 411 M€ en 2014. Cela va donc l’amener « à revoir le contenu ou le périmètre d’aides ou de prestations versées aux entreprises ou directement aux personnes en situation de handicap », avertit le Comité d’entente. Dommage car le nombre de demandeurs d’emploi a été multiplié par deux depuis 2007… Franck Seuret – Photo DR

9 commentaires

  1. Dans la phrase sur « déclaration d’emploi… » – § 3, vs répétez comme beaucoup l’erreur en disant « établissements de plus de 20 salariés » alors qu’il s’agit des entreprises de 20 salariés et plus. D’après d’autres sources, cette ponction participera au financement de certains emplois « aidés » dont bénéficient aussi les personnes handicapés avec des critères plus souples que pour les valides, âge entre autres.
    Les ressources de l’Agefiph diminuent parce que d’avantage d’entreprises ont intégré des salariés ou ont utilisé d’autres moyens contrat d’entreprise, sous-traitance avec Esat et EA…
    Exact que le chômage des P.H. a augmenté plus que pour les valides: une cause non contestée est le niveau de formation.

    • Valérie Dichiappari

      Bonjour Walter,

      Merci pour votre vigilance et votre lecteur attentive. L’erreur est corrigée.

    • Bonsoir Walter,
      Vous parlez  » d’autres sources  » selon lesquelles cette ponction pourrait contribuer à financer des emplois « aidés ». Quelles sont ces sources ? Je n’ai aucune confiance, les gouvernants qu’ils soient de gauche ou de droite semblent en totale déconnexion des réalités de la vie de leurs électeurs. De plus pour pouvoir travailler en ESAT il faut être capable d’avoir un certain rendement. Ma fille effectuait correctement ses tâches mais elle n’était pas assez rapide, elle n’a donc pas été embauchée.

      • Pour avoir sous traité le cablage d’une marque célèbre de machine à laver qui évitait ainsi d’employer les 5% obligatoires d’handicapés, je peut vous dire que les ensemble sortant de la bas était toujours parfaits.
        Mon père emploi des gens pour faire la taille de ces arbres et leur file toujours un billet à chacun pour leur excellent boulot.
        Après j’ai trouver certains animateurs très peu corrects avec les handicapés qu’il gèrent, mais ça n’est pas le cas général.
        @Chalain Isabelle, j’espère que votre fille sera embauchée, ou suivra une vraie formation dispensant d’une équivalence de type bac ou bac pro.

    • c’est normal , quand tu passes la visite médicale au travail, on te dit : si vous travaillez, vous prenez le risque de perdre votre pension…..

      il faut changer la mentalité sur l’handicap et le travail.

    • La meilleure formule pour refaire les fonds de l’Agefiph sera de veiller à la mise en conformité et prise en compte des Ad’AP à partir du 01/01/2015.
      Ainsi, si chacun joue son rôle, en cas de non respect de la loi, les pénalités devraient alimenter les caisses de l’Agefiph.
      Donc soyez vigilant et que chacun prenne ses responsabilités.

  2. Bonjour Isabelle,
    J’utilise l’expression « d’autres sources » estimant que je n’ai pas à faire la pub de tel ou tel support. Dans le cas précis, il s’agit d’une source officielle. Je partage votre point de vue que les bonnes intentions des gouvernements successifs ne produisent pas toujours des résultats; parfois à cause de la lourdeur administrative, parfois de par les conseillers d’insertion comme Pole Emploi et Cap Emploi. Leur efficacité est très différente d’un département à l’autre, comme pour les MDPH.
    L’intégration dans un ESAT: dommage pour votre fille d’autant plus que parfois il n’y a pas trop la possibilité de contacter un autre Esat proche du domicile.
    L’appréciation de « rendement » est fonction du type d’activité et quand un Esat ou une Entreprise adaptée est très spécialisé, il reste difficile de proposer des tâches différentes.
    Votre fille a-t-elle pu rester un temps suffisant pour s’intégrer, avant d’être jugée?
    A bientôt

  3. les prélèvements de 30M euros/an pendant 3 ans ne serviraient-ils pas a accorder des subventions pour les travaux à réaliser dans le cadre des Ad’Ap ?principe des vases communicants.

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*