Accueil » Droits » La pauvreté des personnes en situation de handicap pour la première fois à l’Onu
La pauvreté des personnes en situation de handicap pour la première fois à l’Onu
Les objectifs de développement durable sont fixés à l'Agenda 2030, feuille de route partagée par de nombreux États dans le monde pour construire une société durable, solidaire et inclusive.

La pauvreté des personnes en situation de handicap pour la première fois à l’Onu

Publié le 10 juillet 2017

À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 19 juillet se tient à l’Onu, à New York, le Forum politique de haut niveau.  Son thème cette année : l’éradication de la pauvreté. Cet objectif de développement durable (ODD) y sera croisé avec d’autres, tous fixés à l’Agenda 2030. 272 organisations ont élaboré une contribution internationale et parmi elles, une seule française : l’Association des Paralysés de France. Pour la première fois, il sera question de la précarité des personnes en situation de handicap. L’APF portera leur voix et défendra leurs droits à ne plus vivre sous le seuil de pauvreté. Explications de Farbod Khansari, Conseiller national Politiques européennes et internationales à l’APF.

« Selon l’OMS, plus d’un milliard de personnes dans le monde sont en situation de handicap et 80 % d’entre elles vivent dans la pauvreté.» ©Jérôme Deya

Faire Face : Quand on parle de développement durable et de personnes en situation de handicap, de quoi parle-t-on exactement ?
Farbod Khansari : Le développement durable ne se limite pas aux questions environnementales. Il concerne aussi deux autres domaines : l’économie et la société. Parmi les 17 objectifs de développement durable (ODD) devant être atteints d’ici 2030 et sur lesquels les États, dont la France, se sont engagés, plusieurs concernent les personnes en situation de handicap. Exemples : l’éradication de la pauvreté bien sûr mais aussi l’accès à la santé, à une éducation de qualité ou encore à un emploi décent.

Cet Agenda 2030 est une feuille de route partagée par de nombreux États dans le monde pour construire une société durable, solidaire et inclusive. Il faut quand même savoir que selon l’OMS, plus d’un milliard de personnes dans le monde sont en situation de handicap et que 80 % d’entre elles vivent dans la pauvreté !

FF : En quoi un tel événement peut-il faire avancer les politiques publiques en France dans la lutte contre la précarité ?
F.K : La France est membre de l’Onu et a des engagements au niveau international. Les ODD, mais aussi la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, représentent des leviers pour dire au gouvernement de mettre ses politiques en conformité avec ses engagements et le pousser à aller plus loin. D’ailleurs, en 2019, la France fera l’objet d’un examen par la Commission des droits de l’Onu sur l’application de cette Convention.

FF : C’est la première fois que l’APF va prendre la parole à l’Onu. Quels sont les enjeux pour l’association ?
F.K : L’augmentation des ressources et la lutte contre la pauvreté des personnes en situation de handicap constituent un combat historique de l’APF. Elle le porte aussi bien au niveau local, régional que national et désormais international. À l’Onu, nous allons présenter notre contribution et nos propositions en matière de lutte contre la pauvreté. Comme la création d’un revenu minimum d’existence pour celles et ceux ne pouvant pas travailler en raison de leur handicap ou de leur maladie.

Nous espérons que ce Forum sera une opportunité pour les États d’affirmer leur volonté de mettre en place des réponses durables pour lutter contre la pauvreté des personnes en situation de handicap. Propos recueillis par Valérie Di Chiappari

9 commentaires

  1. On a le droit de réver…

  2. Et la supression du plafond de ressources des conjoints (es) des personnes handicapés,que nous prive de vivre comme un etre humain digne comme tout les autres etres humains.
    Seras debat aussi le scandaleux et redicule plafond de ressources pour le suprimer?
    Ou pour la APF sa ne compte plus cette redicule loi des revenues des conjoints (es)?
    C’est à des moments et endroits comme celui la (Onu) que les choses inhumaines doivent etre debatées,et sans craintes,hehehe.
    A mediter,merci.

    • Valérie Dichiappari

      @font : l’APF demande la création d’un revenu d’existence, au-dessus du seuil de pauvreté et déconnecté des revenus du conjoint. CDLT La rédaction

  3. cela se voit qu’il n’est pas dans nos cas il ne parlerai pas comme ça

  4. oui je l’ai écrit et le maintiens je suis handicapée moteur et bientôt
    et opération et on veut m’ôter la c S G une honte comment peut on manger fruits et légumes par jours je voudrai voir comme ce Monsieur ferai avec toutes les retenues il ne me reste que les yeux pour pleurer

  5. Cela pourrait se présenter comme une fiction et pourtant c’est un détail qui livre l’horreur la plus crue en France. Bien que ce pays soit partout présent de façon active dans des instances internationales depuis longtemps pour prétendre défendre certains principes fondamentaux des droits humains dans le monde, la vérité des faits de pauvreté qu’on cache en France est perceptible dans la vie quotidienne des centaines de milliers de personnes en situation de handicap physique ou psychique surtout celles qui sont sous tutelle et curatelle met à nu le discours officiel et de certaines associations complices.
    Les conditions dans lesquelles vivent des centaines de milliers de personnes placées sous tutelle et curatelle dans le cadre de la mesure dite «protection juridique des majeurs » sont génératrices de l’appauvrissement extrême et de la dépossession de cette catégorie des citoyens, homme et femmes, jeunes et adultes dans un silence violent de la société et de la justice.

  6. suite

    Le cas de Nathalie Dale , déjà mis sur ce site respectueux le 13 août 2015 est symptomatique des injustices cruelles infligées à des personnes, coupables d’avoir cru à la logique de protection et aux mesures de protection dans ce pays. Maltraitée par la psychiatrie de le ville d’Aix-en-Provence, dépossédée par une association criminelle de tutelle. Cette conjugaison institutionnelle de plusieurs années a abouti à la destruction totale de cette citoyenne le 31 janvier 2014 à l’âge de 43 ans dans un silence mortifère en dépit des alertes et des signalements à tous les étages de responsabilité collective et institutionnelle et les services concernés. Le lien ici : http://cvjn.over-blog.com/2016/02/nathalie-texte-explicatif-cvjn.html

  7. Fin

    Le rapport de la France à la Convention des droits de personnes handicapées (CDPH-ONU) est source d’interrogations que de représentations. La France ment sur ces pratiques inhumaines et non conformes ni à la constitution ni à aux principes des droits de l’homme et du citoyen . Seules des luttes et des mobilisations des collectifs des personnes concernées et leurs proches donneront un jour l’espoir de vivre dans la dignité.
    Laisse mourir de faim en France des personnes en situation de vulnérabilité et mises sous «protection» et «soins» sans consentement est un crime contre l’humanité et une défaite totale des fondements de cette société et ses institutions.

  8. né en 1959/,handicap modéré ..depuis adolescence.(épilepsies)/qui m:a fait rencontrer la précarité/le rejet des:autres:et pour finir l:exclusion (la:rue )..personne /aux ministères /gouvernement ..ne daigne entendre/écouter.. les,constats/demande:des:..adressées (écrivain mpublic:gracieux depuis 1986/26 ans)..j ai:soutenu des personnes handicapees/invalides:lourdeslourdes:et leurs familles/dans:leurs combats (notemment /berk:et salpêtrière). Quels amères constats/de plus en plus..en France (qui prône /droits:de:l:homme).

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*