Accueil > Droits > Le handicap, 3e cause de discrimination au travail selon le baromètre Ifop pour Le Défenseur des Droits et l’OIT

Le handicap, 3e cause de discrimination au travail selon le baromètre Ifop pour Le Défenseur des Droits et l’OIT

Comment les salariés du public et du privé perçoivent-ils la discrimination au travail qu’ils en soient témoins ou victimes ?

Pour la 7e année consécutive, le baromètre Ifop réalisé pour le Défenseur des Droits et l’Organisation internationale du travail (OIT), rendu public ce lundi 3 février, apportent des réponses. Elles ne sont guère positives.

Trois actifs sur dix affirment en effet en être témoins : une proportion qui n’a pas baissé ces dernières années. Cela concerne 31 % des agents de la fonction publique et 29 % des salariés du privé contre respectivement 29 % et 30 % en 2013.

Au-delà de toute expérience discriminatoire, les actifs identifient de nombreux critères déclencheurs de tels actes. Dans le domaine de la discrimination à l’embauche, le handicap arrive en troisième position pour plus de six personnes sur dix, précédé ex-æquo par l’âge et la maternité. Être âgé(e) de plus de 55 ans et enceinte constituent ainsi les deux premiers obstacles pour quelque 80 % des agents, public et privé confondus.

Le supérieur direct, ce bourreau ; le salarié, cette victime résignée

Le plus souvent, l’auteur désigné est le supérieur direct (cité par 48 % des victimes) ou la direction puis des collègues de travail. Relevant que les discriminations sont « toujours aussi fréquentes », les auteurs de l’étude soulignent la « relative absence de réaction des victimes ».
Près de quatre sur dix disent ne pas avoir réagi. La cause de cette atonie ? La résignation dans trois cas sur quatre suivie par la peur de représailles pour un tiers des personnes interrogées travaillant dans le secteur privé.
L’enquête réalisée par téléphone du 25 novembre au 12 décembre auprès d’échantillons représentatifs de 501 salariés du privé et de 500 agents de la fonction publique, selon la méthode des quotas a montré que seul un actif sur deux n’a par ailleurs jamais été témoin de discrimination au travail. Valérie Di Chiappari avec AFP – Photo Xavier Schwebel

A propos de Valérie Dichiappari

Valérie Dichiappari
Rédactrice en chef.

Lire aussi

[FAQ] 1 handicap et coronavirus : « Puis-je arrêter de travailler pour assister mon mari handicapé ou le protéger du virus ? »

« À cause du coronavirus, une auxiliaire de vie qui intervenait à la maison auprès …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial