Première mondiale : il remarche après une greffe de cellules nerveuses

Publié le 21 octobre 2014 par Valérie Dichiappari

Son nom est Darek Fidyka et il est bulgare. Il y a quatre ans, un coup de couteau sectionnait totalement les nerfs de sa moelle épinière, le rendant paraplégique. Une transplantation de ses propres cellules lui a rendu une grande partie de sa mobilité.

Rétablir une connexion rompue entre deux fibres du système nerveux central avait été déjà réalisé in vitro puis chez l’animal, rat ou chien, dans des conditions précises. Mais jamais chez l’homme jusqu’à ce jour. Comment cette prouesse médicale a-t-elle pu devenir réalité ? Grâce à une greffe de cellules du nez.

Pas de risque de rejet du greffon

Plus précisément à partir de cellules olfactives engainantes, dites OEC (Olfactory ensheathing glia). Ces dernières ont un double avantage : tout le monde en possède et donc on peut greffer à un patient ses propres cellules, ce qui élimine de facto tout risque de rejet du greffon. Ensuite, et surtout, ce type cellulaire possède la capacité d’aider à la régénérescence des axones, c’est-à-dire au rétablissement des connexions des neurones entre eux.
L’opération, menée par une équipe de médecins polonais dirigée par le Dr Pawel Tabakow (Université de Wroclaw), en collaboration avec des scientifiques britanniques, a donc consisté à utiliser les cellules OEC de Darek Fidyka pour permettre la restauration des jonctions dans les fibres motrices lésées.

« Comme une nouvelle naissance »

Près d’un an après la chirurgie, Darek Fidyka peut désormais bouger les hanches et a repris le contrôle des muscles de sa jambe gauche. Il marche avec un déambulateur, comme le montre cet extrait du reportage exclusif de la BBC qui l’a suivi tout au long de sa rééducation :


« Quand ça commence à revenir, vous vous sentez revivre, comme si c’était une nouvelle naissance. C’est une sensation incroyable, difficile à décrire », a déclaré Darek Fidyka. Ultime étape, la plus cruciale : montrer que ces résultats sont reproductibles chez d’autres patients. O. Clot-Faybesse

Comment 7 commentaires

Bonjour ,je suis maman d’une fille lourdement handicapée se déplace en fauteuil, à une luxation chronique et récidive .Et votre annonce m ‘intéresse Est-ce possible d’avoir les coordonnées des médecins, qui s’est occuper de la personne qui s’est remis à remarcher . MERCI D AVANCE .

Bonjour,
Le cas spectaculaire relaté ici est le fruit d’un travail expérimental de longue haleine. Soigner un patient français ou d’ailleurs n’est pas encore d’actualité par cette équipe polonaise.
De plus, et comme précisé en fin de sujet, cette première expérience devra être absolument renouvelée pour prouver que la régénération de la moelle épinière est définitivement possible.
Ce que souligne d’ailleurs ce jour de nombreux experts en France en réaction à la découverte de ce résultat.
La rédaction

Bonjour Garnier, renseignez vous au Portugal a la clinique egas muniz à Lisbonne. Ça fait quelques années qu ils opèrent les blessures médullaires a l aide de cellules olfactives… Le dr Carlos Lima qui est parti a la retraite avait initié cette méthode révolutionnaire. Son remplaçant a continué. Par ailleurs, regardez le site du neurogel (biomatériau qui remplace la moelle epiniere) , les essais pré-cliniques (sur animaux) ont été validés par l’affsaps et des essais cliniques ont été effectués sur 30 patients (à l’étranger) avec des succès… Enfin, il y a également la clinique SIREN de Cuba qui fait des miracles mais ça dépend du handicap de votre fille. Rien ne vous coute de vous renseigner. Si vous souhaitez communiquer avec moi en privé, c est avec plaisir. Ma fille est également paraplegique suite à un accident de voiture. Nous attendons de voir les résultats des opérés du neurogel. mon pseudo fb : sandra lindalice

Bonjour, moi aussi paraplegique à cause d’un accident de la route récemment, j’ai 30 ans, je suis très intéressé par le neurogel ou d’autres essais cliniques.. avez-vous des info fraîches svp?

Bonjour,

Il s’agit pour l’instant, d’une expérience unique. De plus, il n’y a pas à ce jour et à notre connaissance d’étude équivalente sur un ou plusieurs patients, menée en France, désolé.
Si des informations allant dans ce sens nous arrivent dans le futur, nous les relayerons sur le site.
La rédaction

paralyser du coter gauche suite a un avc en 2012 j’ai 53 ans je voudrais remarcher je cherche de l’aide qui peut m’aider

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.