Accueil > Santé > Protéor lance une série de corsets médicaux très « fashion »

Protéor lance une série de corsets médicaux très « fashion »

Qui a dit que les corsets médicaux devaient être… moches ? À l’occasion du lancement de son site internet sur la scoliose, le spécialiste Protéor lance une série limitée de cinq modèles signés Bensimon.

Corsets Proteor - Bensimon

La marque de prêt-à-porter Bensimon, connue pour ses tennis intemporelles et son esprit « baroudeur », fait une incursion dans le monde du handicap : mardi 10 février, cinq corsets aux motifs colorés dessinés par Serge Bensimon himself ont été présentés à la presse. Destinée aux adolescent(e)s souffrant de scoliose, cette série limitée fabriquée par Protéor vise à banaliser l’orthèse, pas toujours facile à porter.

2 à 4 % de la population souffrirait de scoliose

C’est aussi une façon de parler et de faire parler autour d’un problème de santé  mal connu, malgré sa fréquence :  2 à 4 % de la population souffrirait d’une déviation de la colonne vertébrale. Des torsions de vertèbres qui, non traitées, peuvent finir par menacer le fonctionnement des organes vitaux. Or, plus la détection de la scoliose est précoce, plus la prise en charge médicale est efficace. « Et seul le port régulier du corset permet de la contrer durablement », rappelle Protéor.

Recto du corset Proteor - Bensimon

Questions d’ados, réponses d’experts

Le fabricant français d’orthèses a lancé, en décembre, un site pour permettre aux familles, et notamment aux plus jeunes, de s’informer et de partager leur expérience avec un forum dédié. On y suit, en cinq vidéos, le parcours d’Audrey, 15 ans, depuis le diagnostic de la scoliose jusqu’à la pose du corset.
« Ce site répond aux demandes des adolescents qui se sentaient souvent seuls avec leurs questions : comment faire ma toilette avec un corset ? Puis-je faire du sport ? », souligne Fatiha Raji, chargée de communication pour Protéor. Pour y répondre, les 130 orthoprothésistes du fabricant se relaient sur le forum du site web. Sans doute, pour les jeunes, la façon la plus rapide et discrète qui soit d’obtenir l’avis fiable d’un professionnel. Aurélia Sevestre – Photos DR

A propos de Valérie Dichiappari

Lire aussi

Bioéthique : réviser la loi pour favoriser la recherche

La mission parlementaire sur la loi de bioéthique avait pour rôle de préparer le débat …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *