Accueil > Vie affective et sexuelle > Concours Saint-Valentin : les gagnant(e)s
Isabelle PAGNIEZ (Vaucluse), Maxime LEROY GUERLOT (Indre-et-Loire) et Aurélie DECHAMBRE (Loiret) sont les gagnants du concours Saint-Valentin. Merci à toutes et à tous pour votre participation. © Pixabay

Concours Saint-Valentin : les gagnant(e)s

Le 14 janvier dernier, la rédaction du bi-média Faire Face lançait sur son site internet un concours à l’occasion de la Saint-Valentin. Avant de dévoiler les prénom et nom des trois gagnant(e)s et de vous donner à lire leurs mots doux pour l’être aimé, nous remercions chaleureusement toutes celles et tous ceux ayant couché leurs sentiments amoureux sur le papier.

Prendre la plume n’est pas chose aisée. Mais ne dit-on pas que l’amour déplace des montagnes ? Oui, l’amour plus fort que le handicap. Ce concours avait en effet deux principaux critères : la lettre devait être écrite par une Valentine/un Valentin et le handicap de l’une ou de l’un, voire des deux, n’avait pas empêché Cupidon de décocher ses flèches ardentes.

Nous avons donc eu le privilège de lire de bien belles déclarations. Parmi elles : un amour de dix ans, une symbiose, le souvenir de la première fois, un amour soutien, un besoin vital de l’autre, un amour inconditionnel, un cadeau de trente ans, un amour fait de mercis… Et beaucoup de mal à les départager. C’est pourquoi le jury a décidé de décerner un prix spécial.

1er prix : Isabelle PAGNIEZ (Vaucluse)

Elle reçoit ainsi une carte cadeau Sephora d’une valeur de 80 euros.

 

 L’air de rien…

On s’aime l’air de rien,

S’envolant sans aile, toujours plus loin sur le chemin de l’amour.

On oublie le regard des autres, seul l’être aimé, seul toi peux me voir…

Nos particules si infimes, s’entrechoquent dans le chaos des étoiles,

Notre sphère, teintée d’éclats de joies et de peines parfois,
Laisse s’échapper des bulles d’air qui rejoignent une douce atmosphère…

 

Libres et libérés,

Dans l’infini de la vie,

 

Alors l’air de rien naît un océan d’espoir… où le bonheur jaillit à tout instant.

Tu es la lumière qui éclaire le reflet de mon miroir

Tu es la lumière qui éteint la violence des jugements qui font mal

Mon corps meurtrit, mon cœur épris

Alors l’air de rien…

Tu m’as réappris à aimer à m’aimer

À voix haute, à cor, à cœur et à cri je t’aime !

 

2e prix : Maxime LEROY GUERLOT (Indre-et-Loire)

Il reçoit donc une carte cadeau Fnac d’une valeur de 50 euros.

Agathe ton sourire est le plus doux,
Tu me sucres la vie c’est fou !
Même si tu rougis, je te le dis,
Pour moi tu es tout !
Je t’aime je t’aime je t’aime

Même si le destin tente de nous freiner,
Je sais que tu seras toujours là, pour me faire dépasser,
Les montagnes, les collines, les vallées,
Toujours plus haut, plus loin, tu me pousses, m’emmènes,
Par la main, par les roues, jusqu’au septième ciel, tu m’entraînes.
Je t’aime je t’aime je t’aime

Demain peut-être nous serons trois,
Tes jolies mains composent si bien,
La mélodie de notre union,
Les douleurs d’hier, demain nous vaincrons,
De ta chaleur, je te le dis serein,
On s’aime, pour toujours ainsi qu’il en soit.

3e prix : Aurélie DECHAMBRE (Loiret)

Elle reçoit ainsi une carte cadeau Jeff de Bruges de 30 euros.

Je t’aime,
Au présent, chaque instant,
D’un amour brûlant.

Je t’aime,
Au beau milieu de la nuit,
Dans le silence, ou dans le bruit.

Je t’aime,
Lorsque tes mains douces me touchent, et m’explorent,
Lorsque tes paumes me sculptent, me découvrent.

Je t’aime,
En toute simplicité,
Au détour d’un moment partagé,
Au gré de nos envies d’intensité.

Prix spécial du jury : Clément DAUPHIN (Aube)

Il est publié sur faire-face.fr

Bien que son écrit nous ait touchées, il ne répondait pas à la consigne de dire son amour à la personne qui partage son cœur. D’ailleurs, Clément DAUPHIN s’en explique : « Mon texte ne s’adresse à personne en particulier mais je l’ai écrit pour sensibiliser l’opinion  publique sur le fait que derrière une personne handicapée il y a une âme avec des sentiments qui a besoin d’aimer et de se sentir aimée en retour. »

Andie, Cape Es-(tu) ?   (Handicap es-tu ?)

Andie, Cape es-tu ? De me sourire quand tu me croises dans la rue ?

Andie, Cape es-tu ? De me prendre par la main pour parcourir ensemble un bout de chemin ?

Andie, Cape es-tu ? D’inonder de baisers mon visage défiguré ?

Andie, Cap es-tu ? De te blottir tout contre mon corps tordu ?

On pourrait alors commencer ensemble une nouvelle vie. Qu’est-ce t’Handi ?

Je pourrai peut-être même devenir ton mari. Qu’est-ce t’Handi ?

Puis de notre amour peut-être naîtra-t-il de beaux petits ? Qu’est-ce t’Handi ?

Si c’est une fille, on l’appellera Andie !

Si notre Amour, pour toi, n’est pas un handicap !

Alors, qu’est-ce que t’Handi ? On se capte ?

À toutes et à tous, un grand merci

À celles et ceux qui n’ont pas gagné, nous sommes persuadées que, ce jour, vous ne serez pas en panne de jolies choses à susurrer à votre moitié. N’oubliez pas que l’amour se cultive. Puisse le vôtre continuer à s’épanouir. Le jury

A propos de Axelle Minet

Lire aussi

Fleuve noir : derrière le polar, les violences sexuelles envers les personnes handicapées mentales

Dans Fleuve noir d’Érick Zonca, à l’affiche depuis mercredi 18 juillet, il y a une …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *