Accueil > Santé > Polyarthrite rhumatoïde : bénéfice de l’abatacept en première intention
Radiographie de mains de patient atteint de polyarthrite rhumatoïde. Cette maladie immunitaire entraîne une inflammation des articulations des mains, poignets, genoux et pieds. Elles gonflent, deviennent douloureuses et sont limitées dans leur amplitude de mouvement. Sans traitement, ces articulations ont tendance à se déformer progressivement. © Inserm/ A. Cantagrel

Polyarthrite rhumatoïde : bénéfice de l’abatacept en première intention

Une étude chez plus de 800 patients a comparé le traitement standard de la polyarthrite rhumatoïde à trois molécules anti-inflammatoires. Elle montre un taux de rémission amélioré avec l’une d’entre-elles : l’abatacept, un immunosuppresseur utilisé en rhumatologie.

Maladie auto-immune des articulations, la polyarthrite rhumatoïde reste encore mal connue. Actuellement, le méthotrexate est prescrit chez des patients débutant un traitement (sauf dans les formes très sévères). Son action entraîne une baisse de l’intensité de la réaction inflammatoire.

Mais ce traitement de base pourrait-il être amélioré ? Par exemple, en y associant un immunosuppresseur de dernière génération ? C’est ce qu’on voulu déterminer les scientifiques en évaluant trois molécules ayant chacune un mode d’action différent : le certolizumab pegol, le tocilizumab et l’abatacept.

Soigner la polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère

Plus de 800 personnes (812, âge moyen 54 ans), dont une majorité de femmes (69 %), font partie de l’étude. Les patients présentaient des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde depuis moins de deux ans, sous une forme modérée à sévère. Tous n’avaient encore jamais été soignés.

Ils ont été répartis en quatre groupes de proportion égale. Ainsi, chacun a pris, en association avec le méthotrexate, soit le traitement conventionnel (prednisolone ou sulfasalazine associé à l’hydroxychloroquine et aux corticosteroïdes intra-articulaires), soit un immunosuppresseur (certolizumab pegol, tocilizumab ou abatacept, donc).

L’abatacept, plus d’efficacité pour moins d’effets indésirables

Après 24 semaines, la rémission de la maladie est atteinte avec les molécules traditionnelles chez 42,7 % des patients. Avec le tocilizumab à la place, elle ne change pas. Si le certolizumab pegol l’augmente un peu (46,5%), elle passe à 52,0% avec l’abatacept. Soit pour cette dernière molécule, la plus efficace, une différence absolue de près de + 10 %.

Quant aux effets indésirables sévères, ils s’observent avec l’abatacept chez moins de 5 % patients (4,9%, idem avec le tocilizumab), contre 5,6% à 8,4% dans les deux autres groupes. Surtout, comparativement, moins de la moitié des personnes traitées par abatacept a interrompu précocement le traitement (11 patients contre 20 à 23).
Au final, l’association abatacept et méthotrexate s’avère prometteuse dans le traitement de première intention de la polyarthrite rhumatoïde.

A propos de Olivier Clot-Faybesse

Olivier Clot-Faybesse
Journaliste aides techniques, sciences, santé et recherche.

Lire aussi

Les personnes atteintes de trisomie 21 décèdent plus souvent du Covid-19

Le risque de Covid-19 sévère augmente nettement chez les personnes atteintes de trisomie 21, femmes …

Un commentaire

  1. Avatar

    Où est la référence ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial