Un bilan positif en 2020 pour le FIPH-FP

Publié le 28 septembre 2021 par Emma Lepic

Le 28 septembre, le fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPH-FP) a livré ses chiffres pour l’année dernière. Résultat : un nombre de fonctionnaires en situation de handicap en légère hausse. Et un budget qui reste équilibré, malgré les dépenses liées à la crise sanitaire.

261 000  personnes en situation de handicap occupaient un poste dans l’une des trois fonctions publiques en 2020. Ces employeurs flirtent ainsi avec le quota obligatoire des 6 % de travailleurs handicapés, avec 5,58 %, contre 5,52 % en 2019.

Outre ce taux général, le bilan 2020 du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPH-FP), présenté le 28 septembre, montre que les agents territoriaux demeurent les plus nombreux, avec 6,70 % de taux d’emploi. En deuxième place, tout aussi habituellement, arrive la fonction publique hospitalière, avec 5,54 %. Et comme toujours, en bonne dernière se situe celle de l’État qui atteint 4,67 %, tirée vers le bas par l’Éducation nationale.

32 000 recrutements en 2020

En dépit de la crise sanitaire, 32 000 recrutements ont été effectués en 2020. Le FIPH-FP a aussi soutenu 14 000 personnes pour favoriser leur maintien dans l’emploi. Au total, il a dépensé 95 millions d’euros.

Là comme ailleurs, 2020 représente une année particulière. Il a fallu équiper nombre de personnes obligées de travailler à domicile le temps du confinement, mais aussi financer l’achat de masques inclusifs pour les agents. Pour autant, le budget 2020 se révèle à l’équilibre. Contrairement à certaines années précédentes, aucune inquiétude particulière n’a pointé sur l’avenir économique de ce fonds.

Quatre chantiers prioritaires

Pour les années à venir, le FIPH-FP affiche quatre priorités. D’abord, la généralisation du recours à l’emploi accompagné. Ce dernier permet, dans la durée, un suivi  de l’employeur et de la personne, pour favoriser une insertion pérenne. Cela passera notamment par la formation des médecins de prévention à l’existence de ce dispositif.

Autre volonté récurrente : poursuivre le déploiement de l’apprentissage. Enfin, le handicap psychique et l’autisme retiendront l’attention de l’institution, qui entend soutenir l’accueil de ces personnes à besoins spécifiques, en particulier au travers de l’emploi accompagné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sujets :
Emploi