Les personnes handicapées ont le moral en berne

Publié le 9 mars 2022 par Franck Seuret
Plus d'un répondant sur deux en situation de handicap à l'enquête Ifop estime que la société française traite les citoyens handicapés avec injustice, mépris ou pitié.

Niveau de vie dégradé, moindre compensation financière du handicap, fort sentiment d’injustice… : la dernière enquête Ifop pour APF France handicap dresse le portrait de citoyens handicapés désabusés et inquiets. Mais deux sur trois envisagent de voter à la présidentielle. Le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, arrive en tête des intentions de vote, devant Emmanuel Macron.

Les fins de mois compliquées, les Français handicapés connaissent. 74 % d’entre eux s’en sortent difficilement avec les ressources de leur foyer, selon la dernière enquête Ifop pour APF France handicap. C’est bien plus que dans l’ensemble de la population (58 %).

Amélioration vivement souhaitée du pouvoir d’achat

Rien d’étonnant donc à ce qu’ils priorisent des mesures économiques. Parmi les neuf revendications soumises à leur avis, ils plébiscitent la suppression de la prise en compte des ressources du conjoint dans le calcul de l’AAH (43 %).

Vient ensuite la création d’un revenu individuel d’existence pour les personnes handicapées (35 %). À égalité avec une meilleure prise en charge financière pour compenser le handicap. Loin devant le développement de l’accessibilité (22 %) ou bien encore l’accès à l’emploi (14 %).

Ressenti négatif de l’évolution de la société sur dix ans

Globalement, les citoyens handicapés ont un ressenti plutôt négatif de l’évolution de la société depuis dix ans. La proportion des personnes estimant que la situation s’est dégradée est toujours supérieure à celle des individus qui pensent qu’elle s’est améliorée. À une exception près, pour l’accès aux contenus numériques.

Et elle est même souvent plus élevée que la part des répondants convaincus que la situation est restée stable. C’est notamment le cas pour leur niveau de vie : 71 % assurent qu’il s’est dégradé et 23 % qu’il n’a pas bougé. Idem pour la prise en charge des aides à l’autonomie (49 % contre 43 %) mais aussi l’accès à l’emploi, au logement et aux soins.

Sentiment d’injustice et de mépris

Cet état d’esprit se retrouve dans la manière dont les citoyens en situation de handicap se sentent considérés. Le négatif l’emporte largement sur le positif : l’injustice (22 %), le mépris (22 %) et la pitié (14 %) dépassent largement la bienveillance (10 %) ou la justice (1 %).

Défiance envers la classe politique

Cela contribue sans doute à expliquer leur niveau de confiance très bas à l’égard de la classe politique : 12 % contre 28 % dans l’ensemble de la population française. Reste qu’ils se déclarent majoritairement intéressés par l’élection présidentielle (64 % contre 63 %). Et deux sur trois envisagent d’aller voter les 10 et 24 avril, autant qu’en population générale.

Bulletin de vote plus à gauche

Et cet électorat penche davantage à gauche. Jean-Luc Mélenchon est le candidat qui bénéficie de la plus forte audience : 19 % d’intentions de vote contre 8 % parmi l’ensemble des électeurs français*. Les autres candidats de gauche bénéficieraient, eux aussi, de scores plus élevés : Yannick Jadot, 11 % contre 7 % ; Fabien Roussel, 7 % contre 2,5 % ; Anne Hidalgo, 6 % contre 3,5 %.

Emmanuel Macron pointe en deuxième position, derrière Jean-Luc Mélenchon, avec 18 % des intentions de vote (contre 25 % ). Les autres candidats de droite obtiennent également des scores moins importants qu’en population générale : Valérie Pécresse, 12 % contre 15,5 % ; Marine Le Pen, 10 % contre 15,5 % et Éric Zemmour, 10 % contre 13 %. Un électorat très fragmenté.

Si le premier tour de l’élection présidentielle devait se dérouler dimanche prochain, pour quel candidat y aurait-il le plus de chances que vous votiez. Réponses des personnes en situation de handicap.

La consultation ayant eu lieu durant la seconde quinzaine de janvier, nous comparons ces résultats avec un sondage réalisé à la même période pour Le Monde.

Une petite lueur d’espoir

La proportion de sondés estimant s’en sortir « facilement » avec les ressources du foyer est passée de 21 % à 26 % entre 2017 et 2022. « Peut-être faut-il imputer cette amélioration du ressenti à la revalorisation de l’AAH », avance l’Ifop. Son montant a en effet progressé plus vite (+ 11 %) que l’inflation de 2017 à 2021 (+ 6 %). Il est passé de 810 € à 903 €.

Comment 6 commentaires

En conclusion, moi qui suis handicapée auditive, en fin de compte, et comme chez tous les handicapés qui sont comme moi + ou – ‍♂️, nous nous sentons comme des écartés de la Société et notamment quand, on est en cours en pleine campagne électorale, il s’avère que c’est + ou même – volontairement parfois dans le but de ramasser le + de voix que c’est biaisé. Nous nous sentons discriminés et ne voulons pas être les dindons de la farce en particulier sur le p;an politique !!!

Photographie de l’IFOP intéressante. Mais je ne comprends pas comment, avec un tel ressentiment contre l’action du gouvernement, il se trouve quand même 18% de voix potentiellement pour Macron. Et le total des voix pour la gauche, auxquelles on rajoute celles pour Jadot, on obtient 46% des intentions de vote. Soit 56% pour la droite, extême droite comprise. Cela traduit non seulement une forte fragmentation de l’électorat, mais, à l’image de la société, une incohérence totale entre le constat et le vécu des personnes (en l’occurence en situation de handicap) et ce qu’on privilégie comme projet de société. Aucune question sur l’écologie, et semble-t-il pas d’ approche territoriale des réponses selon les lieux de vie : urbain/rural ? Enfin il aurait été intéressant de préciser l’origine sociale des sondés, car ces réponses doivent cacher bien des inégalités de situations entre les personnes touchées par le handicap. Je pense que l’étude de l’IFOP doit pouvoir nous éclairer à ce sujet.

Aprés tout le mal fait aux personnes handicapées par macron/cluzel depuis 5 ans et encore plus ces 2 derniéres années ,COMMENT peut-il encore rester des personnes handicapées pour voter macron ???

l’IFOP oublie sciemment comme cluzel la menteuse de dire que la revalorisation de l’AAH a été SEULEMENT pour les personnes handicapées vivant seulles ( les moins handicapées ) et en AUCUN cas pour celles vivant en couple !

Le gouvernement macron oublie de dire que suite à ses magouilles avec le sénat LR pendant 2 ans à refuser l’autonomie aux personne handicapées par  » la déconjugalisation de l’AAH  » du salaire du conjoint , à ce mois de Mars 2022, 46000 personnes handicapées se sont séparées de leurs conjoints (es) auprés de leur CAF ,les rendant ainsi éligibles à toucher l’AAH compléte de 903 euros , mais aussi à faire payer les frais de déménagement , les APL , les frais d’énergie et d’aides à domicile par la CAF pour celles souhaitant quitter leur domicile conjugal !
Au nombre de 80000 personnes handicapées qui se serront séparées de leurs couple , l’état devra finalement débourser plus que si il avait accordé l’autonomie et l’AAH à taux plein de 903 euros aux 270000 personnes handicapées concernés et n’aura pas , de loin , créè de nombreux problémes à cause de ses faux calculs.

LOGEMENT : Le parc immobilier PMR est indigent, RETOUR aux 100% de logements neufs accessibles aux handis !!!
Qui peut croire qu’un propriétaire engage des dépenses pour rendre son logement accessible, à part mme Cluzel et les petits soldats de députés LREM à l’Assemblée nationale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.