Accueil » Arrêt sur la toile » L’Atlantique à la voile : pari réussi pour Jean d’Artigues
L’Atlantique à la voile : pari réussi pour Jean d’Artigues

L’Atlantique à la voile : pari réussi pour Jean d’Artigues

Publié le 30 novembre 2016

Malgré la maladie de Charcot qui l’a rendu quasiment tétraplégique, Jean d’Artigues vient de boucler la traversée de l’Atlantique à la voile. Un pari risqué vu son état de santé mais lui ayant permis d’attirer l’attention du public et des médias sur cette atteinte sans thérapie à ce jour.

Une volonté à toute épreuve, doublée d’une inépuisable énergie intérieure. Voilà comment cet exploit a été réalisable. Ou comme le dit Jean d’Artigues, « l’impossible est devenu possible » puisque l’aventure dans laquelle il s’était lancé début octobre semblait loin d’être gagnée. En effet, comment imaginer qu’une personne frappée par la maladie de Charcot ou sclérose latérale amyotrophique (SLA) pourrait traverser l’Atlantique à la voile ? Cette atteinte neurodégénérative incurable ne lui laissant que l’usage de ses avant-bras et mains. C’est pourtant exactement ce que notre navigateur a accompli.

Faire parler de la maladie

Soit cinquante jours de mer pour relier la Bretagne à la Martinique ! Cinquante jours passés, pour des questions d’accessibilité, sur le pont « à rouler comme une bouteille d’eau à cause d’un corps sans muscle ». Une épreuve physique donc avec, à la clé, la réalisation d’un rêve de gosse. En effet, ce projet de traversée tenait à cœur à Jean d’Artigues depuis de nombreuses années : « À cause de cette maladie qui galope, je me suis dit que je n’avais pas beaucoup de temps devant moi. »
Enfin, cet exploit lui a apporté une seconde satisfaction : « Des milliers de personnes se sont mobilisées autour de ce projet. Ça redonne de l’espoir et ça a déclenché chez énormément de monde une envie de s’engager, de se mobiliser au profit de la maladie de Charcot et, plus largement, pour le handicap et la maladie ». Signalé par O. Clot-Faybesse

À lire et écouter sur France Info

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*