Accueil » Arrêt sur la toile » Patients atteints d’une maladie chronique en augmentation
Patients atteints d’une maladie chronique en augmentation

Patients atteints d’une maladie chronique en augmentation

Publié le 1 juin 2017

Aujourd’hui, plus de 10 millions de Français souffrent d’une maladie chronique. À l’avenir, les choses ne devraient pas s’améliorer. Mercredi 31 mai, Le Monde a révélé une projection inédite réalisée par la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam). En 2020, il devrait y avoir 584 000 personnes supplémentaires atteintes d’au moins une maladie chronique (cancer, diabète, accidents vasculaires cérébraux, etc) ou nécessitant un traitement longue durée.

Objectif de cette projection ? Identifier au mieux les dépenses futures. Entre 2012 et 2015, les dépenses de santé des bénéficiaires du régime général ont augmenté de 10,2 milliards. « Entre 2015 et 2020, le nombre de personnes atteintes d’une maladie cardio-neuro-vasculaire devrait, par exemple, grimper de 13 % et passer de 4,5 millions à 5,1 millions de patients. Les deux tiers de cette hausse s’expliquant par la seule évolution démographique, soit en l’occurrence le vieillissement de la population », rapporte Le Monde. Par ailleurs, le diabète devrait connaître une augmentation de 12 %.

Le poids des maladies mentales

À qui la faute ? Un accroissement des hospitalisations ponctuelles et le poids, toujours plus lourd, des maladies psychiatriques. Le nombre devrait encore augmenter de 11 % d’ici à 2020 (soit 246 100 patients psychiatriques de plus). Pour les maladies inflammatoires, il devrait y avoir 234 000 patients en plus. Une nuance toutefois, le quotidien souligne que les patients cumulant plusieurs pathologies sont comptabilisés plusieurs fois. « Le nombre de personnes prenant des traitements psychotropes ou des traitements du risque cardio-vasculaire devrait ainsi reculer respectivement de 8 % et de 6 % », tempère Le Monde.

Pour le moment, la Cnam n’a pas précisé le montant des dépenses supplémentaires. Cependant, si l’assurance maladie ne se livre pas aux prédictions, elle a confié au Monde qu’elles avaient été les augmentations a posteriori. Ainsi, pour le traitement du cancer du sein, la hausse de la dépense moyenne des soins est passée de 11 288 euros par an en 2012 à 12 035 euros en 2015. Signalé par Johanna Amselem

À lire sur Le Monde.fr

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*