Accueil > Autonomie > Aides Techniques > Des prothèses personnalisées et stylées avec The Cover Studio Paris®
Un habillage esthétique qui permet aussi de retrouver le galbe du membre. ©Benoît Granier

Des prothèses personnalisées et stylées avec The Cover Studio Paris®

Protéger son appareillage tout en l’habillant d’un accessoire de mode. C’est ce que propose la boutique en ligne The Cover Studio Paris® avec ses produits design et sur mesure. Des “covers” de prothèse pour mieux assumer son handicap et, surtout, affirmer son style.

Un bijou de prothèse. Un accessoire tendance que l’on peut changer au gré de ses envies et de ses activités. C’est ainsi que Thibault Granier, fondateur de The Cover Studio Paris®, qualifie les produits dont il a lancé la conception au printemps 2017. Des habillages de prothèses, appelés covers, qui permettent de retrouver le galbe du membre manquant, protègent la prothèse et lui donnent surtout un aspect esthétique.

Le jeune entrepreneur dit avoir eu l’idée de se lancer dans cette aventure en regardant un reportage sur la préparation des Jeux olympiques de Rio. « J’ai été surpris de constater que nos athlètes paralympiques étaient équipés de prothèses de courses hyper-fonctionnelles mais terriblement austères », explique-t-il.

Une coque résistante et deux sangles polyuréthanes extensibles © Benoît Granier

Déficit de design chez les amputés

À l’époque, Thibault Granier travaille dans le design. Il est chargé de projet concept-cars dans un groupe automobile. Occupé donc à concevoir des objets qui restent en vitrine. « C’était frustrant parfois de ne pouvoir mettre ces beaux objets dans les mains des particuliers », dit-il. Il réalise alors qu’il y a une population chez laquelle il existe un vrai déficit de design, celle des amputés et des personnes agénésiques.

Un petit sondage mené auprès de cette population le conforte dans son projet de personnaliser les prothèses. Quatre-vingt pour cent des personnes interrogées se disaient prêtes à utiliser un produit de ce genre. Elles estimaient aussi que la personnalisation de leur appareillage leur permettrait d’accepter plus facilement leur handicap.

Des covers choisies

Il se rapproche aussi, via les réseaux sociaux, de personnalités comme la basketteuse fauteuil Grace Wembolua. Qui lui dit qu’avec les covers, elle s’est autorisé à remettre des jupes et des robes. Parce qu’elle peut les choisir, contrairement à ses prothèses.

En novembre dernier, Thibault Granier ouvre sa boutique en ligne. Tout y est expliqué. Que les covers sont fabriquées avec des processus de conception 3D, avec un thermoplastique très résistant utilisé d’ordinaire pour la fabrication des pare-chocs. Qu’ils sont faciles à mettre en place. Que les deux sangles qui les maintiennent les empêchent de tourner. Qu’il suffit enfin de deux mesures – longueur et circonférence – pour faire un cover sur mesure.

Projet de cannes et fauteuil lookés

Les prix des covers vont de 260 à 380 euros. N’étant pas des dispositifs médicaux, elles ne sont pas, aujourd’hui, prises en charge par l’Assurance maladie. Mais Thibault Granier travaille à les faire connaître des orthoprothésistes. De manière à ce que ces derniers puissent les inclure dans les propositions faites à leurs patients.

À terme, The Cover Studio Paris® envisage de proposer des habillages de prothèses pour les membres supérieurs mais aussi de personnaliser des cannes, fauteuils roulants, etc. Avec l’ambition que ce soit bientôt le monde du handicap qui influence la mode. Corinne Manoury

La customisation, grande tendance

S’il explique s’être, pour sa part, inspiré de la philosophie des coques de téléphone – qui protègent tout en permettant de se différencier – Thibault Granier n’est pas le seul à s’inscrire dans une grande tendance de personnalisation des appareillages.

Dans cette volonté de faire de sa différence un atout, il y a l’histoire de ce Belge qui proposait sa prothèse comme espace publicitaire. Une fake news pour améliorer le regard porté sur le handicap. Mais comme faire-face.fr, nombreux sont les médias à avoir mordu à l’hameçon.

Il y a aussi cette prothèse Lego conçue pour un petit garçon. Ou encore, celle inspirée d’un jeu vidéo. Depuis deux ans également, La-Minca, boutique en ligne, recense tous les accessoires design et innovants dans le domaine des aides techniques. « Parce que le handicap n’est pas une identité », dit le site.

A propos de Corinne Manoury

Lire aussi

Ema, fillette handicapée albanaise, menacée d’expulsion

Ema, fillette handicapée d’origine albanaise, et sa famille sont menacées d’expulsion à partir du 20 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *