Accueil » J'ai regardé pour vous » « Nous avons tant à nous dire » ou la communication plus forte que le handicap
« Nous avons tant à nous dire » ou la communication plus forte que le handicap
Morgane Doche, privée de parole à l'âge de 3 ans, s'interroge dans son documentaire "Nous avons tant à nous dire" sur la communication, le rapport au corps et ce qu'est se sentir vivant © France 2

« Nous avons tant à nous dire » ou la communication plus forte que le handicap

Publié le 11 avril 2017

Dans un documentaire saisissant, tout en sensibilité et poésie, diffusé mardi 11 avril sur France 2, la réalisatrice Morgane Doche met en parallèle le parcours de deux jumeaux autistes sur la voie de la parole, avec sa propre quête. Et rend ainsi hommage au combat des parents pour rendre leurs enfants autonomes

Morgane a 29 ans. Elle ne parle pas. « Non pas parce qu’on m’a coupé la langue comme le pense la plupart des enfants, explique-t-elle en ouverture de son documentaire « Nous avons tant à nous dire », diffusé ce soir sur France 2. Mais parce qu’un chirurgien s’est lamentablement loupé sur mon cœur quand j’avais 3 ans. L’AVC qui s’ensuivit déconnecta tout mon corps » .

Des explications qu’elle ne donne pas avec sa voix, du coup, mais avec des incrustations de texte dans lesquelles on croit l’entendre. Une voix off d’un nouveau genre qui constitue l’une des singularités de cet étonnant documentaire.

À la suite de cet accident chirurgical, Morgane va passer des années à « récupérer ce qui peut l’être ». Quand elle est rendue à ses parents, elle ne peut en effet ni tenir sa tête, ni se tenir assise, ni se tenir debout.

Tout cela reviendra, notamment grâce au dévouement et à l’obstination de sa mère, qui en témoigne. Mais pas la voix, même si Morgane entend les mots qui sortent de sa bouche. « Ils se cognent dans ma tête sans trouver d’issue », dit-elle.

Séance d’orthophonie pour Issa © France 2

« C’est quoi communiquer ? »

Du coup, elle a quelques questions comme : c’est quoi communiquer ? C’est quoi penser ? C’est quoi se sentir vivante ? Des questions auxquelles elle est allée chercher  des réponses auprès de deux jumeaux autistes de 4 ans, Issa et Hedi. Eux non plus ne parlent pas et le diagnostic est tombé sur la tête de leurs parents, Élodie et Oijdi, six mois avant le début du tournage.

Le parcours du combattant pour Issa et Hedi passe par l’acquisition du langage, condition sine qua none pour aller à l’école. Seront-ils prêts à temps, pour la rentrée de septembre ? Morgane parie que oui, filmant patiemment les jumeaux à la maison, à la crèche où ils doivent apprendre la vie en groupe, durant les séances d’orthophonie… Elle s’enthousiasme de voir la métamorphose opérer plus vite qu’elle ne l’avait imaginé. S’étonne, comme les parents des enfants, de voir que la gémellité n’empêche pas la différence.

Jumeaux, mais différents et néanmoins de plus en plus complices © France 2

« Une éducatrice, une psychologue et une institutrice. »

Élodie, la maman, confie qu’elle n’est pas capable de prendre du temps pour elle. Qu’elle se doit d’être « une éducatrice, une psychologue et une institutrice ». Et Morgane fait le parallèle avec sa propre mère. « Au début, nous ne savions pas que tu ne reparlerais pas », dit celle-ci avant d’ajouter que lorsque Morgane est devenue adulte, il a bien fallu couper le cordon, la pousser un peu en dehors de la maison. « Et tu t’es découverte ! », conclut-elle.

De fait, si Morgane, retire de la rencontre avec Issa et Hedi que « trouver un langage commun avec des êtres différents, c’est certainement simplement ça, se sentir vivant », on retient surtout qu’en cherchant sa voix, elle a bien trouvé sa voie comme réalisatrice. Corinne Manoury

À voir sur France 2 mardi 11 avril à 22.55 et à revoir pendant une semaine sur FranceTV Pluzz

2 commentaires

  1. Bonjour je suis Elodie la maman , les enfants ne sont pas suivis par d une rive a l autre !!!

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*