Accueil » Accessibilité » Seine-et-Marne : la bataille du rail accessible
Seine-et-Marne : la bataille du rail accessible
Les élus locaux, ceints de leur écharpe, ont manifesté aux côtés des militants handicapés, vendredi 8 septembre, devant la gare de Savigny-le-Temple, pour dénoncer le report du chantier de mise aux normes. © DR

Seine-et-Marne : la bataille du rail accessible

Publié le 11 septembre 2017

En Seine-et-Marne, la SNCF a réussi à faire l’unanimité contre elle en reportant de quatre ans les travaux de mise en accessibilité de trois gares. Dont celle desservant la MDPH. Les élus locaux, l’APF et même le principal financeur des travaux demandent à ce que le chantier soit maintenu.

Un étonnant carton d’invitation a circulé sur les réseaux sociaux. Une invitation à manifester à l’appel de la Mairie et du Conseil municipal de Savigny-le-temple, de l’Association des Paralysés de France (APF) et de la Fédération des usagers des transports et des services publics. Élus, personnes handicapées et voyageurs, même combat ! Le mot d’ordre : « Pourquoi pas moi ? Je veux une gare accessible. »

Vendredi 8 septembre, en fin d’après-midi, quelque 150 personnes se sont donc retrouvées devant la gare de Savigny-le-Temple, une ville de 30 000 habitants en Seine-et-Marne. En cause, la décision de la SNCF, SNCF Réseau plus exactement, de reporter de quatre ans la mise en accessibilité de trois gares desservies par le RER D. Dont celle de Savigny-le-Temple, située à 400 mètres de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du département.

Des travaux pas avant 2021 au lieu de 2017

Ces travaux figurent pourtant dans l’agenda d’accessibilité programmée (SDA-Ad’ap), adopté en juillet 2015 par le syndicat des transports d’Île-de-France, l’autorité organisatrice des transports collectifs dans cette région, devenu depuis Île-de-France mobilités. En novembre 2016, lors d’une réunion, SNCF Réseau avait même présenté aux élus de Savigny-le-Temple les travaux d’accessibilité qui devaient démarrer à l’été 2017.

Et puis, quelques mois plus tard, changement de programme. SNCF Réseau décide, unilatéralement et sans en informer les associations de personnes handicapées, de reporter le chantier à « 2021 pour une mise en service en 2022 ». Un article du Parisien, paru fin juillet, dans lequel Marie-Line Pichery, la maire de Savigny-le-Temple, fait part de sa colère et alerte les représentants départementaux de l’APF.

Marie-Line Pichery, à gauche, la maire de Savingy-le-Temple, n’accepte pas que les travaux soient décalés. © DR

Pas assez de personnels pour mener à bien les chantiers

Ils obtiennent dans la foulée un rendez-vous avec la SNCF. La direction des gares d’Île-de-France confirme qu’elle manque de personnels pour mener à bien tous les chantiers. « En particulier les agents qui assurent la sécurité des entreprises intervenant sur le domaine ferroviaire. » Et qu’elle est donc contrainte de décaler certains d’entre eux. Dont la mise en accessibilité de ces trois gares.

Valérie Pécresse monte au créneau

Début septembre, Île-de-France mobilités, qui finance 50 % des travaux, a également dénoncé ce report. Son conseil d’administration, dirigé par la présidente de la Région, Valérie Pécresse, a officiellement demandé à SNCF Réseau « d‘engager les moyens financiers et humains nécessaires au maintien prioritaire des travaux de mise en accessibilité prévus au schéma directeur d’accessibilité d’Île-de-France, notamment en gare de Savigny-le-Temple-Nandy (77). » 

Les élus de la MDPH ont publié un communiqué de presse.

Les élus de la MDPH et le département aussi

Et vendredi 8 septembre, les élus de la MDPH de Seine-et-Marne rejoignaient le front commun. « LA MDPH ne peut que (…) considérer comme indispensable le maintien du calendrier des travaux qui constituent une nécessité. » Un soutien de taille car la MDPH est présidée par le président du conseil départemental.

La SNCF planche sur une « solution acceptable »

SNCF Réseau se retrouve donc bien isolée. Dans un article du Parisien, le 7 septembre (1), Jean Faussurier, directeur à la SNCF de l’accès au réseau en Île-de-France, défend le report : « Dans le cas particulier du RER D, sur lequel de très nombreux chantiers sont déjà en cours, il nous est difficile de rajouter des travaux sans impacter lourdement les conditions de circulation. »

Il assure toutefois avoir « entendu les doléances des élus et des associations ». Il promet que SNCF Réseau « travaille, au moins pour la gare de Savigny, à une solution acceptable ». Quid des deux autres gares ? Ce qui est acceptable pour la SNCF le sera-t-il pour les voyageurs handicapés ? Franck Seuret

(1) Contacté par Faire Face, SNCF Réseau n’a pas donné suite.

Pour aller plus loin : la mairie de Savigny-le-Temple, l’APF et la Fédération des usagers des transports et des services publics ont lancé une pétition pour demander le maintien du chantier de mise en accessibilité.

Île-de-France : à peine plus d’une gare SNCF sur deux accessible en 2024

Une quinzaine de gares ferroviaires sont rendues accessibles, chaque année, en Île-de-France. Uniquement des stations accueillant au moins 5 000 voyageurs par jour puisque la réglementation n’impose la mise aux normes que de ces « points d’arrêt prioritaires  ».

Comme Faire-face.fr l’avait expliqué, seules 207 gares SNCF franciliennes, soit à peine plus de la moitié des 375 existantes, seront donc accessibles d’ici l’échéance de 2024. Si les chantiers ne sont pas reportés…

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*