Accueil » Arrêt sur la toile » Problème de lecture ? À Toulouse, Eô simplifie le métro
Problème de lecture ? À Toulouse, Eô simplifie le métro
Régie de transports, associations, historiens, urbanistes... ont travaillé ensemble pendant quatre ans pour réaliser le projet Eô. © Radio France

Problème de lecture ? À Toulouse, Eô simplifie le métro

Publié le 24 novembre 2017

Se repérer dans le métro grâce à des dessins. Programmer son trajet via une application. La régie de transports de Toulouse, Tisséo, vient d’innover au service des voyageurs avec un handicap cognitif mais aussi d’un public plus large.

Ce qui sert aux personnes en situation de handicap sert à tous. Le régie de transports de Toulouse, Tisséo, vient, s’il en était besoin, de prouver encore une fois la réalité d’un tel constat. Depuis mercredi 22 novembre, les personnes ne sachant pas lire, les touristes ne pratiquant pas l’alphabet latin, les enfants ou les plus âgés distinguant mal les noms de stations… peuvent plus facilement se repérer dans leur trajet grâce à des dessins. Ces derniers ornent les entrées et les quais des trente-huit stations du métro.

Cette innovation baptisé Eô a été d’abord conçue pour celles et ceux avec un handicap cognitif. Au final, elle servira à un public plus large, estimé à plusieurs milliers de personnes par jour. Toulouse est la première ville française à la mettre en place.

Une appli, un plan, un jeu de cartes

À la disposition des voyageurs : une application. Avec Eô, disponible sur smartphone, quelques gestes suffisent pour programmer un trajet en choisissant le dessin des stations de départ et d’arrivée. Des photos de lieux avec un numéro de téléphone à activer aident si l’on se perd.

S’y ajoute un plan version papier. Les lignes de métro y sont matérialisées avec le dessin correspondant. Et dans quelques semaines, un jeu de cartes aidera les associations à apprendre aux personnes handicapées à mieux se repérer.

Un projet collectif

Un projet sur lequel la régie de transports toulousaine a planché pendant quatre ans. En partenariat avec des associations de personnes handicapés mais aussi des historiens, des psychologues et des urbanistes. Quant aux dessins et à l’application, ils ont été mis au point par les étudiants du Lycée des Arènes de Toulouse. Un travail collectif au service de la collectivité. Signalé par Valérie Di Chiappari

À lire sur france.bleu.fr

Un commentaire

  1. Putain, c’est magnifique !
    Parole de dys qui a du mal a s’orienter 😁

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*