Accueil > Arrêt sur la toile > Loi sur la fin de vie : une frontière floue entre sédation profonde et euthanasie passive

Loi sur la fin de vie : une frontière floue entre sédation profonde et euthanasie passive

Les questions de l’euthanasie et du suicide assisté évacuées pour se concentrer sur une troisième voie : celle de la sédation profonde jusqu’au décès. C’est le sens de la proposition le loi des députés Alain Claeys et Jean Leonetti (UMP) remise ce vendredi 12 décembre à François Hollande et approuvée par le président de la République.
Avec, à la clé, une inquiétude partagée par certains : puisque l’actuelle loi sur la fin de vie (loi Leonetti) mentionne déjà qu’un traitement anti-douleur puisse « avoir pour effet secondaire d’abréger la vie du patient », la possibilité de combiner le double effet des sédatifs et des antalgiques au cours des soins palliatifs risque de rendre floue la frontière entre sédation profonde et euthanasie passive.
Enfin, les médecins auront l’obligation de respecter les directives anticipées laissées par les malades à leurs proches. À deux exceptions : en cas d’urgence vitale (si le médecin n’a pas eu le temps d’avoir accès aux souhaits de son patient) ou si ces directives sont « manifestement inappropriées », c’est-à-dire pas assez claires, précises ou adaptées à la situation de la personne. Pour une bonne interprétation, les directives devraient donc à l’avenir être rédigées selon un « cadre de rédaction », à définir. Signalé par O. Clot-Faybesse

À lire sur le site du Monde

A propos de Valérie Dichiappari

Valérie Dichiappari
Rédactrice en chef.

Lire aussi

Dyslexie : la lampe Lexilight promet d’aider à lire

Lors du dernier salon Consumer Electronics Show (CES) à Las Vegas, une start-up française a …

2 commentaire

  1. Avatar

    Un petit pas en avant, mais il y a risque, de par la richesse de la langue française, qu’une loi éventuelle restera « floue » comme l’évoque le titre.
    Pour ma part et si nécessaire, j’irai en Belgique pour un suicide assisté, plus accessible (en kms et €) que certaines formules en Suisse.

    • Avatar

      Une loi utile bien sur mais a mon avis ce n’est pas compliqué Autorisé le patient a prendre cette décision sans s’y opposé seul le patient pourrais vouloir éviter la souffrance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial