Ordonnance accessibilité : le vote des parlementaires condamné

Publié le 24 juillet 2015 par Corinne Manoury

Les personnalités sont nombreuses à élever la voix pour dénoncer le vote des parlementaires qui va repousser la mise en accessibilité des établissements accueillant du public et des transports de trois à neuf ans. Aperçu.

« Honteux », « inadmissible », « insupportable »… Les mots ne sont pas assez forts pour qualifier l’adoption définitive de l’ordonnance accessibilité par les députés et sénateurs. Il y a tout d’abord eu la réaction de Dominique Farrugia sur Twitter, au soir du 21 juillet. L’ex-animateur de Canal+, atteint de sclérose en plaques et contraint de se déplacer en fauteuil roulant, qualifiait de « simplement inadmissible » le report de la mise en accessibilité. Avant d’appeler à une action coup de poing sur le mode de la dérision : « Je propose qu’on bloque des portes de Paris avec nos fauteuils roulants… Oui mais comment y arriver… Aux portes. »

Bloquer les routes avec des fauteuils ?

« Dommage que les fauteuils roulants soient moins efficaces que les tracteurs pour bloquer les routes », a, pour sa part, réagi le généticien Axel Kahn, le 23 juillet, à la lecture d’une interview du président de la Fnath (Association des accidentés de la vie) dans L’Humanité. Tandis que l’éditorial de La République des Pyrénées faisait le tour des réseaux sociaux, repris notamment sur le site de L’Obs.

Y a-t-il des parlementaires qui pratiquent le fauteuil ?

Jean-Michel Bouguereau qui signe cet éditorial demande : « Y a-t-il dans notre pays des députés ou des sénateurs handicapés qui pratiquent le fauteuil roulant ? » « Il faut sans doute être handicapé soi-même pour prendre la mesure du retard scandaleux qui est le nôtre dans ce domaine (…). J’en parle en connaissance de cause, après un AVC qui m’a laissé de sérieux problèmes de mobilité », ajoute-il. D’ailleurs, a-t-on vu en France un président en fauteuil comme Roosevelt aux États-Unis ?

« Une loi se vote et s’aménage. »

Autre réaction, celle de Vincent Boileau-Autain, premier marié gay de France et président de la Lesbian and Gay Pride de Montpellier. Sur son blog hébergé par le Huffington Post, il se dit « estomaqué, abasourdi, scandalisé » par les votes de l’Assemblée nationale et du Sénat. « À la question « La France aime-t-elle ses handicapés ? », nous avons désormais la réponse », assure-il. Le temps aurait filé trop vite. Oui, mais la faute à qui ?

« La puissance publique n’est-elle pas là pour veiller à l’application des lois, à leur mise en œuvre ? Visiblement non. Une loi se vote et s’aménage… pour la rendre « accessible » à ceux qui ne connaissent pas la galère du quotidien infligée aux personnes handicapées ! », dit-il. Et d’appeler à plus de civisme et de solidarité : « Ayons la même attention pour les personnes en situation de handicap que celles que nous aimerions que la société ait pour nous dans pareille situation. » Corinne Manoury

Comment 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *