Stationnement et handicap : faites respecter la gratuité

Publié le 5 juillet 2018 par Franck Seuret
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Les titulaires de la carte européenne de stationnement (CES) et de la carte mobilité inclusion (CMI) conservent le droit de stationner gratuitement sur n'importe quelle place de la voie publique. © Frédéric Bisson

Des titulaires de la carte européenne de stationnement ou de la carte mobilité inclusion se sont vu infliger, à tort, des forfaits post-stationnement. Suivez ces quelques conseils pour limiter les risques.

« Des agents m'ont collé trois forfaits post-stationnement depuis janvier 2018. Et pourtant, ma carte stationnement handicapé était bien visible. » Passy et d'autres lecteurs ont laissé des commentaires agacés, sur faire-face.fr, suite à la parution de notre premier article sur le sujet. Dans leur viseur, la réforme du stationnement.

Gratuité pour les titulaires d'une carte

Depuis le 1er janvier, un automobiliste n’est plus sanctionné par une amende de 17 € s'il n'a pas glissé de pièces dans l’horodateur. Il doit s’acquitter d’un forfait post-stationnement (FPS). Son montant varie d'une commune à l'autre. En revanche, les titulaires de la carte européenne de stationnement (CES) et de la carte mobilité inclusion (CMI) conservent le droit de stationner gratuitement sur n'importe quelle place.

De nombreuses villes ont confié les contrôles à des sociétés privées, comme Moovia à Paris.

Une formation des agents trop tardive

Chaque mairie peut déléguer le contrôle à des sociétés privées. Mais la mise en œuvre a connu de nombreux ratés, c

La suite est réservée aux abonnés du magazine. Déjà abonné ? Se connecter