Accueil > J'ai regardé pour vous > « Debout » : le yoga, un allié dans la voie de la guérison
« Le yoga nous apprend à soigner ce qui ne doit être enduré et à endurer ce qui ne peut être soigné. » B. K. S. Iyengar © Septieme Factory

« Debout » : le yoga, un allié dans la voie de la guérison

À 40 ans, Stéphane Haskell, photographe reporter, est terrassé par une hernie paralysante. Condamné au handicap, drogué aux antidouleurs. Le yoga lui offre une planche de salut inespérée. Redevenu un homme « debout », il signe un documentaire très personnel, en salles aujourd’hui. Il y montre ceux qui ont renoué avec la vie grâce à cette pratique.

« Tout a commencé par une promesse… J’ai poursuivi mon rêve de faire ce film, d’années en années… Il est là, aujourd’hui. J’espère qu’il donnera des clefs à ceux qui souhaitent avancer sur ce chemin de vie que le yoga nous amène à découvrir. Bon Voyage ! »

Que serait devenu Stéphane Haskell si son chemin n’avait pas croisé celui de Thérèse Poulsen, professeure de yoga, après avoir souffert du syndrome de la queue de cheval et perdu l’usage de ses jambes ? Sûrement pas l’homme qu’il est aujourd’hui, ayant renoué avec son corps et une certaine forme de sérénité. Un homme debout comme le clame son documentaire en salles le 24 avril.

Dépasser la souffrance physique

La découverte du yoga thérapeutique Iyengar a poussé Stéphane Haskell à partir à la rencontre de différents pratiquants à travers le monde qui, comme lui, ont dépassé leur souffrance physique grâce au yoga. Il a même interviewé le grand maître de la disciple B. K. S. Iyengar, aujourd’hui décédé. Une séquence très émouvante. Sa philosophie ? « Le yoga nous apprend à soigner ce qui ne doit être enduré et à endurer ce qui ne peut être soigné. »

Des prisons américaines aux orphelinats sri-lankais, il pose sa caméra dans des lieux insolites pour montrer tous les bienfaits que l’on peut retirer de cette pratique. À Los Angeles, il rencontre Éric Small qui, atteint très jeune d’une sclérose en plaques, a trouvé un mode de guérison à travers le yoga. Une méthode qu’il enseigne aujourd’hui, à plus de 80 ans, à des malades atteints de cette maladie.

Retrouver un équilibre

Jusqu’à ce collège du sud de la France où des enfants agités, violents, peinant à se concentrer, retrouvent un équilibre grâce à des séances hebdomadaires. À chaque fois, les témoignages déroutent et poussent à réfléchir. Avons-nous raison dans les choix de vie que nous menons ? Le yoga peut-il être cette voie qui permet d’aller mieux ?

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

La Vie scolaire : chronique douce-amère sur la vie d’un collège de banlieue

Dès le premier jour de sa sortie, La Vie scolaire de Grand Corps Malade et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *