Accueil > Vie Sociale > Culture/Loisirs > Sophie continue dans le Meilleur Pâtissier : « Je vais au bout de ma passion. »
« Je souhaite passer mon CAP de pâtisserie en candidate libre mais je dois justifier de mon handicap, de mon besoin d'un tiers temps... Je m'accroche car je suis très déterminée. » © Marie Etchegoyen- M6

Sophie continue dans le Meilleur Pâtissier : « Je vais au bout de ma passion. »

Très beau début de parcours pour Sophie Schalckens, 54 ans, première candidate en situation de handicap du concours Le Meilleur Pâtissier. En cinq semaines, cette femme pétillante a su se faire une place grâce à ses talents culinaires en remportant deux fois le fameux « tablier bleu ». Et démontrer qu’elle n’était pas la caution handicap de ce concours. Faire-face.fr est allé prendre de ses nouvelles et l’a surprise en pleine préparation de macarons.

Faire-Face.fr : Comment allez-vous, Sophie ? Vous êtes en train de pâtisser ?

Sophie Schalckens : Depuis le début de la diffusion de l’émission, je suis très sollicitée. Mon entourage connaissait mon goût pour la pâtisserie, mais certains m’ont vraiment découverte grâce au Meilleur Pâtissier. Alors le téléphone sonne beaucoup, mais ça tombe bien, je ne pourrais plus passer une journée sans pâtisser.

« Les gens oublient totalement que je suis en fauteuil. »

F-F.fr : Sophie, vous découvrez les émission en même temps que les spectateurs chaque mercredi. Comment jugez-vous le parti-pris de ne pas mettre en avant votre handicap ?

S.S : C’était le deal de départ. Je voulais être considérée comme une candidate ordinaire, sans traitement particulier à l’exception des aménagements que la production a accepté de réaliser.

Au final, je découvre qu’ils ont joué le jeu. Et, ça me satisfait pleinement. D’ailleurs, les gens oublient totalement que je suis en fauteuil et ne me parlent que pâtisserie. Y compris ceux que je croise dans la rue et qui m’encouragent.

« Sophie, elle n’est même pas paralysée ! »

F-F.fr : Y-a-t’il eu une polémique sur les réseaux sociaux comme Whitney, la candidate de The Voice, a pu connaître ?

S.S : Un peu, car les spectateurs ont forcément leur candidat ou candidate préféré.e. Mais j’ai vite balayé les commentaires négatifs. Du genre « Mais, elle n’est même pas paralysée ! » ou « Elle est avantagée par la production ».

De toutes façons, Mercotte m’avait dit de ne pas trop faire attention à ce qui peut être écrit sur les réseaux sociaux. Alors, je ne prends que le positif ! Et, 95 % des commentaires sont bienveillants et adorables.

F-F.fr : Sophie, vous avez envie de passer votre CAP de pâtisserie. Est-ce plus simple quand on a été candidate du Meilleur Pâtissier ?

S.S : Non, c’est très galère ! Je souhaite le passer en candidate libre, mais il me faut justifier de mon handicap, de mon besoin d’un tiers temps pour passer les épreuves d’admission, ce qui n’a pas été le cas dans le Meilleur pâtissier. Bref, c’est loin d’être encore réglé. Mais je m’accroche. Je crois que vous avez  bien compris que je suis une personne du genre déterminée (rires).

« Les personnes handicapées ont une vie. »

F-F.fr : Qu’apporte votre participation à un public pas forcément concerné par le handicap ?

S.S : Elle montre que les personnes handicapées ont une vie. Je ne fais rien d’extraordinaire, pas d’exploit physique ou sportif. Je vais au bout de ma passion, tout simplement. 

Bien sûr, le tournage a été une sorte de marathon. C’était épuisant en terme de rythme. Mais tous les candidats étaient logés à la même enseigne. Durant certaines émissions, j’ai souffert du froid sous la tente. Et mes douleurs ont été plus fortes. Mais le bénéfice que je retire de la participation à ce concours est largement supérieur à tout ça.

Les recettes de Sophie

Retrouvez toutes les recettes de Sophie sur le site Cuisine AZ. Elle recommande aussi le « délicieux » gâteau le Don Juan, recette issue de l’épreuve technique de Mercotte.

Le Meilleur Pâtissier est diffusé tous les mercredis à 21h05 sur M6. Disponible aussi en replay.

 

A propos de Claudine Colozzi

Lire aussi

Nouvelles technologies : des oreillettes à l’écoute du cerveau

Avec des capteurs intégrés dans des écouteurs, la start-up Naox technologies veut faciliter l’usage de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *