Accueil > Autonomie > Aidants : Aidez-vous, le gouvernement vous aidera
Le gouvernement veut soulager les aidants en leur assurant une meilleure reconnaissance et en mettant en place des dispositifs de soutien.

Aidants : Aidez-vous, le gouvernement vous aidera

Outre la rémunération du congé de proche aidant, la stratégie aidants présentée aujourd’hui contient deux mesures réclamées de longue date. Le dédommagement de l’aidant versé au titre de la PCH ne sera plus imposé ni soumis à prélèvements sociaux. Et la possibilité de cumuler ce dédommagement avec le RSA va « être confirmée en droit ».

Pour le congé de proche aidant, l’affaire était déjà acquise. Le ministère des solidarités avait annoncé, en septembre, que les personnes en activité prenant ce congé pour assister un proche seraient désormais rémunérées.

La stratégie aidants 2020-2022, présentée ce mercredi 23 octobre par le gouvernement, confirme que la rémunération sera calée sur l’allocation journalière de présence parentale. Soit 43 € par jour si le travailleur est en couple et 52 € s’il vit seul. Pendant une période correspondant à trois mois ouvrés. Que les jours soient pris consécutivement ou de manière fractionnée. L’indemnisation pourra également intervenir en complément d’une activité à temps partiel.

Finie la CSG sur le dédommagement PCH

De plus, le gouvernement répond à une revendication de longue date des associations concernant les personnes dédommagées au titre de la prestation de compensation du handicap (PCH). Le régime fiscal et social du dédommagement sera « aligné avec celui en vigueur pour l’allocation d’éducation enfant handicapé pour éviter toute distorsion de choix ». À compter de janvier 2020.

Demain, il ne devrait donc plus être imposé, ni soumis à prélèvements sociaux. Aujourd’hui, sur 100 € de dédommagement, l’aidant paie 6,4 € de CSG et CRDS. Et 66 %, soit 66 € dans cet exemple, est imposable au titre des revenus non commerciaux non professionnels.

Les Caf ne pourront plus s’opposer au cumul RSA et dédommagement

Un autre dossier épineux trouve une issue favorable. La possibilité de cumuler le dédommagement de l’aidant familial versé au titre de la PCH avec le RSA va « être confirmée en droit ». À compter de mai 2020.

Dans une décision de 2017, le Conseil d’État avait confirmé que ce cumul était légal. Mais la Caisse nationale d’allocations familiales refusait de se plier à la décision de la plus haute juridiction administrative française. Elle continuait à enjoindre à à ses caisses de considérer comme une ressource le dédommagement PCH. Ce qui entraînait donc la diminution, voire la suppression, de leur RSA.

« Reste à voir si le revenu universel d’activité [qui va remplacer le RSA] ne va pas remettre en cause toutes ces belles intentions, avertit toutefois Marion Aubry, la vice-présidente de l’association Toupi. Le gouvernement envisage en effet de soumettre systématiquement le versement du RUA à obligation de recherche d’emploi. »

Développer les solutions de répit 

Par ailleurs, le gouvernement veut favoriser l’accueil temporaire des personnes aidées. Il va lancer un plan national de renforcement et de diversification des solutions de répit. Il y consacrera 105 M€ sur la période 2020 – 2022.

Pour pouvoir y bénéficier d’une place, en accueil temporaire, il ne sera plus nécessaire de demander à la Maison départementale des personnes handicapées une orientation vers une structure de répit.

Enfin, une expérimentation aura lieu en 2020 pour favoriser l’accueil dans les centres de vacances ordinaires des familles avec enfants en situation de handicap.

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Prestation de compensation du handicap au Sénat : des ajustements techniques en attendant mieux

La proposition de loi Milon, adoptée par le Sénat, va supprimer l’âge limite de 75 …

4 commentaire

  1. Dans la plus grande urgence s’est de s’intéresser au organisme tel que L’U.D.A.F en particulier de la GARDE dans le Var car cet organisme se renumer sans assistance au personne auquel il devrais prendre SOIN sur leur misérable AAH et grassement au point qu’a la fin du mois on ne sais a part les 100euro hebdo le reste néant pas de traces.pourriez vous répondre a cette question car il m’en reste encore des question a posé. Je me contenterai de celle ci pour l’instant merci.

  2. Bonjour .
    La question reste toujours trouble pour notre couple …..parent de 2 enfants adultes lourdement handicapé nous sommes aidants familiaux et on perçoit la pch …
    Serons nous dispensés de déclarer le dédommagement à la caf à compter de mai 2020 .
    Pour le moment notre caf nous l’a exigé et on n’a plus droit à rien .
    Merci de nous répondre .

    • Je vis avec une personne handicapée, qui se retrouve avec 170 euros d AAH . Si il est handicapée, c est qu il a besoin de soins. Ca fait 15 ans que je sacrifie ma vie, je suis son aidant, en maladie. Qui paye toutes les charges médicales, loyer, charges ect..Je dois assumer tout ces transports. Il n a aucun droit, pas de pch, rien. Une exposition du calcaneum qui n as pas été reconnue par les médecins de la mdph..il ne peux pas conduire. Attendre des dossiers urgents de la mdph..pour entrer en esat, 5 ans d attente…où sera t on d ici là. En hôpital psychiatrique, c est là que l ont envoient pour se taire.. le sacrifice de l amour..ou mettre à la rue une personne handicapée…réagissez vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *