Accueil > Autonomie > Comité interministériel du handicap : du réchauffé, peu de nouveautés
Édouard Philippe et Sophie Cluzel ont répété que « le handicap est l'une des grandes priorités du gouvernement ».

Comité interministériel du handicap : du réchauffé, peu de nouveautés

Le comité interministériel du handicap s’est résumé, mardi 3 décembre, à une compilation de mesures déjà annoncées. À deux exceptions près : la suppression de la barrière d’âge de 75 ans pour la prestation de compensation du handicap et une meilleure rémunération des consultations hospitalières dispensées aux patients handicapés.

Ce gouvernement aime les symboles. Son troisième comité interministériel du handicap (CIH) s’est réuni le 3 décembre 2019, journée mondiale des personnes handicapées. Et la seconde conférence nationale du handicap se tiendra le 11 février 2020, a-t-il fait savoir hier. Soit quinze ans, jour pour jour, après l’adoption de la grande loi de février 2005.

« Le handicap est l’une des grandes priorités du gouvernement », ont rappelé Édouard Philippe, le premier ministre, et Sophie Cluzel, la secrétaire d’État en charge du sujet. Et de rappeler les mesures prises depuis mai 2017. Comme l’augmentation de l’AAH, la simplification des démarches administratives ou bien encore le rétablissement du droit de vote sans conditions pour les personnes sous tutelle.

22 mesures pour 2020

Mais le CIH, ce n’est pas qu’un bilan. C’est aussi l’occasion de « tracer une feuille de route ». Le premier ministre a donc annoncé 22 mesures hier soir. Ou, pour être plus juste, il les a compilées car la plupart d’entre elles avaient déjà été dévoilées précédemment lors de plans thématiques. 

Comme la création d’une indemnisation de trois mois pour le congé proche aidant ou le plan pour limiter les départs en Belgique. Également, la mise en place d’un centre de ressources sexualité et parentalité dans chaque région. La CIH demeure avant tout un exercice de communication, durant lequel le gouvernement met en scène son action. C’est la loi du genre.

8 000 bénéficiaires de la suppression de la barrière d’âge

Reste, au final, de rares nouveautés. À commencer par la suppression de la barrière d’âge de 75 ans pour la prestation de compensation du handicap (PCH). Aujourd’hui, les femmes et les hommes dont le handicap survient après l’âge de 60 ans ne peuvent prétendre à la PCH.

En revanche, une personne qui remplissait les conditions avant 60 ans a jusqu’à son 75e anniversaire pour la demander. Cette limite de 75 ans sautera, au premier semestre 2020, a assuré Édouard Philippe. 8 000 personnes en bénéficieront.

Cette mesure était dans l’air depuis plusieurs années. Manuel Valls l’avait déjà annoncée fin 2016… sans l’avoir mise en œuvre. Et une proposition de loi sénatoriale sur le sujet, adoptée en novembre, devait prochainement être examinée par les députés.

De plus, la PCH pourra désormais être attribuée à vie aux bénéficiaires dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement. Dès le second semestre 2020.

Des consultations mieux rémunérées à l’hôpital… pas en ville

Côté soins, une tarification graduée des consultations hospitalières va être mise en place. En clair, les consultations de patients handicapés seront mieux rémunérées pour tenir compte de la complexité de l’acte et du temps passé.

« Il est dommage que cela ne concerne que les soins hospitaliers et pas les soins de ville, auxquels l’accès est pourtant très compliqué, commente Aude Bourden, conseillère nationale santé d’APF France handicap. Et nous serons vigilants à ce que cela n’entraîne ni reste à charge, ni avance plus élevés pour les patients. Il faudra aussi bien voir quelles seront les personnes handicapées concernées. » Pour que la mesure ne soit pas juste symbolique.

Pour APF France handicap, il faut « aller bien au-delà »

« Ces annonces sont en deçà des attentes des personnes en
situation de handicap qui continuent de faire les frais des politiques du handicap menées jusqu’à aujourd’hui », commente APF France handicap. L’association demande prioritairement un bilan des agendas d’accessibilité programmée, l’application d’un droit à compensation intégrale du handicap et la non-intégration de l’AAH dans le revenu universel d’activité.

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Prestation de compensation du handicap au Sénat : des ajustements techniques en attendant mieux

La proposition de loi Milon, adoptée par le Sénat, va supprimer l’âge limite de 75 …

2 commentaire

  1. Les personnes autistes dont je représente vont être dans l’inclusion et d’un autre côté les personnes handicapées dont je représente aussi vont être dans l’exclusion de la société. Il y a comme une hypocrisie à cette évolution qui est de donner la chance à ceux qui sauront s’intégrer au système et pour d’autres qui ne pourront pas à porter au système. Madame Cluzel a certainement placé son enfant dans une école spécialisée dont les familles concernées ne peuvent même pas se le permettre financièrement alors je pense que son but est juste de glorifier sa situation en aidant ceux qui pourront faire de la France une victoire et non l’inverse car les invalides sont bel et bien les oubliés de ce pays !

  2. ——————————————————————-
    Quelle mascarade….
    Et Cluzel qui s’affiche tout sourire, bien sur, pour la photo et la com ! Quelle insolence !!! Ecoeurant !
    Tout cela me fait penser à un décor de théâtre, avec derrière un bulldozer en train de tout détruire !
    Juste de la poudre aux yeux et une accumulation de mensonges éhontés.
    Un exemple ? En voila un : Ils se vantent de l’augmentation de l’AAH ! Super, se dit le bon peuple ! Dans les faits, sans que notre situation n’ait changée, mon épouse vient de se voir notifier par la CAF une baisse de son AAH de 60 euros !!! Et bien sur sans aucun justificatif ni explication…
    Merci Macron ! Merci Cluzel ! ça en fera toujours un peu plus pour vos très chers amis milliardaires !
    Juste une bande de crapules sans aucun scrupules !
    Et les associations qui continuent à avaler toutes ces couleuvres sans trop de réactions. Tristesse…
    Ne voyez-vous pas le train de la révolte qui gronde ??? Il s’agirait peut-être de ne pas rester, une fois de plus, sur le quai, tristes dindons de la farce.
    Rappelez-vous, NPNS, la grande manif ! A l’époque, on ne se laissait marcher dessus sans broncher, au contraire.

    Copello
    ————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *