AAH en couple : que vaut la réforme du Gouvernement ?

Publié le 18 juin 2021 par Franck Seuret
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
À défaut d'accepter la déconjugalisation, le Gouvernement veut réformer le mode de calcul de l'AAH pour les couples. Il promet que leur allocation augmentera et qu'il n'y aura aucun perdant. Faire-face.fr a vérifié, simulations à l'appui. 

La déconjugalisation de l'AAH, le Gouvernement n'en veut pas. Absolument pas. Et il est prêt à tout pour qu'elle ne voit jamais le jour. Il l'a montré hier en utilisant les armes à sa disposition pour forcer la main à l'Assemblée nationale, qui examinait la proposition de loi visant à supprimer la prise en compte des ressources du conjoint.

Il a même été jusqu'à allumer un contre-feu en proposant de réformer le mode de calcul pour les couples. Le nouveau dispositif assurera >« une amélioration significative du quotidien », avance-t-il.

Un rétropédalage, puisqu'en 2018, le Gouvernement avait au contraire durci le dispositif. Il avait en effet gelé le plafond de ressources alors que celui-ci aurait dû augmenter sous l'effet de la hausse du montant de l'AAH à taux plein. Mais que vaut cette réforme ?

Comment la Caf calcule-t-elle le montant de l'AAH aujourd'hui  ?

Pour calculer le montant de l’allocation d’une personne en couple, la Caf inclut les ressources du conjoint. Elle leur applique l’abattement classique de 10 %, comme le fait l’administration fiscale pour tous les couples, puis un abattement spécifique de 20 %.

Exemple : Sarah, qui ne travaille pas en raison de son handicap, est en couple avec Hakim. Ce dernier perçoit un salaire net imposable de 1 280 €. La Caf n’en prendra en compte que 921,50 €, après abattement de 10 % et 20 % [= 1 280 € – (0,1 x 1 280 €) – (0,2 x 1 152 €)].

La suite est réservée aux abonnés du magazine. Déjà abonné ? Se connecter