Intouchables a dix ans : ce film a-t-il changé le regard sur le handicap ?

Publié le 2 novembre 2021 par Claudine Colozzi
Article réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Sorti le 2 novembre 2011, la comédie d'Olivier Nakache et Éric Toledano est l'un des plus gros succès de notre box-office avec près de 20 millions d'entrées. C'est aussi le film français le plus vu dans le monde. Inspiré de la vie de Philippe Pozzo di Borgo, un homme d'affaires devenu tétraplégique suite à un accident, Intouchables a-t-il contribué à faire évoluer les mentalités ? Faire-face.fr a posé la question à des personnes en situation de handicap.
Beaucoup se sont sans doute reconnus dans la souffrance intérieure de Philippe, mais aussi dans son appétit de vivre. » Florent Charreyre, musicien professionnel.
« Je me souviens avoir vu Intouchables au Japon où je vivais à l'époque. Ce qui m'a plu d'emblée c'est le rapport du personnage joué par Omar Sy au handicap. Une sorte de détachement dénué de toute pitié qui évolue au fil du film. En effet, en tant que personne en situation de handicap, je suis souvent confronté à des réactions pas toujours adaptées. Comme des  mouvements de recul ou d'apitoiement exagéré qui me gênent. Rien de tout cela dans le personnage de Driss. Le film montre aussi l'isolement des personnes en situation de handicap. Malgré tout son argent, Philippe est seul et malheureux. En fait, Intouchables, c'est la rencontre de deux solitudes, deux exclus de la société qui s'apprivoisent et apprennent à se connaître.  En dépit de la différence de classes sociales, beaucoup se sont sans doute reconnus dans la souffrance intérieure de Philippe. Non seulement dans ses frustrations, mais aussi dans sa capacité à endurer sans se plaindre et dans son app
La suite est réservée aux abonnés du magazine. Déjà abonné ? Se connecter