S’adapter de Clara Dupont-Monod, magnifique roman sur le handicap salué par trois prix littéraires

Publié le 26 novembre 2021 par Claudine Colozzi
S'adapter raconte avec beaucoup de justesse comment la trajectoire fugace d'un enfant handicapé va influer sur la vie du reste de la fratrie. © Marcus Wallis - Unsplash

Le prix Goncourt des lycéens 2021 a été attribué jeudi 25 novembre à Clara Dupont-Monod pour son roman S’adapter (Stock). Ce livre pudique, délicat et d’une profonde justesse a déjà reçu le prix Femina et le prix Landerneau des lecteurs. Inspiré par le parcours personnel de la romancière, il met en lumière la présence d’un enfant handicapé dans une fratrie.

« Ce roman laisse une trace lumineuse qui ouvre les portes de la tolérance face au handicap. » S’adapter de Clara Dupont-Monod a remporté jeudi 25 novembre le prix Goncourt des lycéens. Ce roman raconte l’histoire d’un bouleversement au sein d’une famille : la naissance d’un enfant en situation de handicap. Le livre juxtapose les trois ressentis des enfants de la fratrie : l’aîné, la cadette et le petit dernier, né après le décès de son frère handicapé.

Inspiré par son histoire personnelle

Sorti en septembre, S’adapter est l’un des succès de cette rentrée littéraire puisqu’il a déjà remporté le prix Femina et le prix des lecteurs de Landerneau. Si elle reste discrète sur le sujet, Clara Dupont-Monod n’a pas caché que ce récit lui a été inspiré par son histoire personnelle. Enfant, elle a aussi partagé la courte vie d’un frère atteint d’encéphalopathie infantile.

J’ai mis un peu de moi dans chacun des personnages. »

Grâce à une trace narrative chorale, la romancière parvient à nous plonger dans les réactions des trois membres de la fratrie. C’est l’une des originalités du texte. Donner la parole aux frères et à la sœur de cet enfant. Évoquer les sentiments contradictoires, les attitudes contrastées, la culpabilité, l’abnégation ou la rébellion face à ce petit frère « inadapté ». Les parents sont présents, bien sûr, mais en filigrane. Témoins vigilants mais résignés de ces bouleversements.

Un roman au lyrisme pudique

« J’ai mis un peu de moi dans chacun des personnages », confiait Clara Dupont-Monod aux lycéens lors d’une rencontre en visio une semaine avant la remise du Goncourt des lycéens. Un peu de protection excessive, de rejet ou de volonté de réparer. Le roman raconte avec beaucoup de justesse comment la trajectoire fugace de cet enfant va influer sur la vie du reste de la fratrie. Comment les trois protagonistes vont nourrir un rapport au monde en fonction du lien noué avec leur frère différent. Rarement l’ambiguïté face au handicap a été narrée avec autant d’authenticité. Un roman aux allures de conte qui touche par son lyrisme pudique et un peu mélancolique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.