Marisol Agostina Irigoyen, héroïne de Un mètre vingt [Arte] : « Cette série est audacieuse »

Publié le 6 décembre 2021 par Claudine Colozzi
Débarquant dans un nouveau lycée, Juana, 17 ans, se trouve mêlée à un groupe de jeunes qui demandent des cours d'éducation sexuelle. © Natalia Rocca

À partir du 7 décembre, Arte propose Un mètre vingt, une mini-série en six épisodes qui raconte l’éveil à la sexualité d’une jeune Argentine en situation de handicap. Avec beaucoup d’aplomb, Marisol Agostina Irigoyen interprète Juana, 17 ans, l’héroïne émouvante et culottée de cette teen série originale qui bouscule les tabous sur le droit à une vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap.

Faire-face.fr : Comment avez-vous été choisie pour jouer le rôle de Juana ?

© Natalia Rocca

Marisol Agostina Irigoyen : J’ai découvert le casting pour Un mètre vingt grâce à une annonce sur Instagram. Je me suis filmée avec mon super vieux téléphone et j’ai envoyé une vidéo qui était probablement la pire du monde ! Malgré tout, la production m’a rappelée et j’ai pu faire un essai.

F-F.fr : C’est votre première expérience en tant qu’actrice. Comment vous êtes-vous préparée pour ce rôle ?

M.A.I : J’ai beaucoup répété avec les deux réalisatrices et les autres acteurs. Ce qui m’est apparu comme le plus difficile était de jouer la colère de Juana. En fait,  j’ai toujours eu très peur du conflit. J’ai donc dû beaucoup travailler la façon d’exprimer cette colère. D’une manière plus générale, il s’agissait d’apprendre à être dans l’instant présent, à être en empathie avec mon personnage et les autres personnages de l’histoire.

Juana est beaucoup plus cash et affirmée que moi. »

F-F.fr : Vous sentez-vous proche de Juana ?

M.A.I : Elle me ressemble sans me ressembler. Je m’identifie à sa quête d’identité et d’appartenance  sociale, ses valeurs, voire son utilisation imprudente de Tinder ! Il y aussi des similitudes entre sa dynamique familiale et la mienne, même si nos familles sont très différentes à bien des égards. En tous cas, elle est beaucoup plus cash et plus affirmée que moi.

Une histoire féministe et sexpositive

F-F.fr : Êtes-vous une militante des droits des personnes en situation de handicap ?

M.A.I : Je ne me qualifierais pas comme telle. L’une des réalisatrices de la série, Rosario Perazolo Masjoa, est beaucoup plus engagée que moi. Malgré tout, je veux aider à rendre visible le quotidien des personnes en situation de handicap, y compris mon propre vécu. Et j’espère œuvrer pour davantage d’accessibilité dans mon pays.

F-F.fr : Selon vous, en quoi Un mètre vingt est-elle une série particulière ?

M.A.I : Elle est audacieuse à plusieurs points de vue. D’abord, c’est une histoire féministe et sexpositive, réalisée par deux femmes, dont l’héroïne est en situation de handicap. D’ailleurs, l’une des coréalisatrices et scénariste est aussi handicapée tout comme l’actrice principale. Sans oublier les aspects techniques : la plongée dans la réalité virtuelle, l’intégration de l’animation. Je me sens incroyablement chanceuse d’avoir participé à un projet aussi unique.

Des scènes intimes éloignées de tout voyeurisme

F-F.fr : Les scènes intimes ont-elles été difficiles à jouer ?

M.A.I : Pas vraiment. Très peu de membres de l’équipe étaient présents pour ces scènes. Et, tout le monde, les acteurs et l’équipe, étaient des personnes tellement professionnelles et cool, que je me suis toujours sentie à l’aise. J’étais un peu nerveuse avant de les tourner, mais après c’était finalement comme tourner n’importe quelle autre scène.

J’en ai marre que les personnes handicapées soient qualifiées d’inspirantes. Ce que je veux, c’est l’accessibilité, la représentation dans la société et l’égalité des chances. »

F-F.fr : Qu’est-ce qui vous énerve le plus en tant que personne en situation de handicap ?

M.A.I : Entendre la société louer le fait que les personnes handicapées « surmontent leurs obstacles » tout en étant responsable des dits obstacles ! J’en ai marre que les personnes handicapées soient qualifiées d’inspirantes. Ce que je veux, c’est l’accessibilité, la représentation dans la société et l’égalité des chances.

Les six épisodes de 15 minutes de Un mètre vingt sont visionnables uniquement sur arte.tv à partir du 7 décembre.  Disponible également en réalité virtuelle  sur les plateformes vidéo 360 et VR.

Comment 1 commentaire

J’ai beaucoup aime la serie.
Felicitation a toute l’equipe!

J’aime bien la chanson avec l’uklele, d’ailleurs.
C’etait une composition pour le film ou une chanson deja existante?

Amities

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.