Accueil » J'ai regardé pour vous » « Les vies dansent » : trois femmes handicapées en quête d’elles-mêmes
« Les vies dansent » : trois femmes handicapées en quête d’elles-mêmes
En février 2016, Sandra Escudé est devenue la première danseuse handicapée à danser sur la scène du Palais Garnier. © DR

« Les vies dansent » : trois femmes handicapées en quête d’elles-mêmes

Publié le 20 mai 2017

La chaîne Public Sénat diffuse Les Vies dansent samedi 20 mai à 21h30. Réalisé par Fanny Pernoud et Olivier Bonnet, ce documentaire suit le parcours de trois femmes handicapées qui s’emploient à faire tomber les obstacles, avec une détermination et une force impressionnantes.

En 2008, Sandra, jeune cavalière et danseuse de 18 ans, court pour sauter dans le dernier RER. Elle glisse, tombe sur les rails et perd sa jambe droite… Cet accident va-t-il mettre un terme à ses envies de danse ? Sandra le pense un moment, mais va très vite renouer avec le mouvement malgré son handicap. Mais comment réussir sa vie professionnelle, sa vie de femme avec un corps amputé ?

Faire ses propres choix

« Là où il y a une volonté, il y a un chemin. » C’est cette phrase qui revient en mémoire après avoir vu Les vies dansent. De la rencontre avec Sandra à l’occasion d’un 26 mn pour l’émission Thalassa est née l’idée de ce documentaire. Fanny Pernoud et Oliver Bonnet ont décidé de rencontrer ponctuellement cette jeune femme, de la regarder grandir et faire ses propres choix.

Pendant six ans, ils ont aussi suivi Neeta, une jeune Suisse née sans jambe qui trace sa route sur les mains sans se soucier de sa différence et Priscille, handicapée suite à un accident de métro qui se préparait à fonder une famille.

Un message d’espoir fort et inspirant

Au fil des rencontres, la caméra s’est faite de plus en plus familière pour raconter ces trois parcours. Avec pudeur, mais sans fard, ce documentaire dessine trois portraits de femmes puissantes qui apprennent à vivre avec leur handicap, qui s’épanouissent et avancent sans se soucier de ce qu’aurait pu être leur chemin autrement.

Chacune à leur manière, Sandra, Neeta et Priscille ont compris qu’elles restaient maîtresses de leur vie malgré les difficultés liées au handicap. « La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre comment danser sous la pluie. » Par leur rayonnement, ces trois femmes contredisent ceux qui ne verraient dans le handicap qu’une restriction de liberté, et livrent un message d’espoir fort et inspirant. Claudine Colozzi

Rediffusions sur Public Sénat : dimanche 21 mai  à 9h31, samedi 27 mai à 23h15 et dimanche 28 mai à 10h20.

 

 

 

 

Déposer un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*