Accueil > Accessibilité > Quand la fédération du bâtiment murmure à l’oreille du gouvernement
Emmanuel Macron, lors des 24 heures du bâtiment, rendez-vous organisé par la Fédération française du bâtiment, le 6 octobre 2017.

Quand la fédération du bâtiment murmure à l’oreille du gouvernement

La Fédération française du bâtiment préconisait, dès 2013, de mettre en place un quota de 10 % de logements accessibles. Une proposition retenue par le gouvernement pour son projet de loi Élan.

Mais qui a donc eu cette idée folle ? Pour l’école, il y a longtemps qu’on sait. Pour la mise en place de quotas de logements accessibles, il suffit de se plonger dans les archives de la Fédération française du bâtiment (FFB).

Un rapport de 2013 contient en effet l’essence des dispositions controversées du projet de loi Élan. L’article 18 du texte, examiné en ce moment au Sénat, prévoit d’abaisser de 100 à 10 % la part des logements accessibles dans les immeubles neufs. Les autres devront simplement être évolutifs, c’est-à-dire adaptables via des travaux simples.

L’article 18 de la loi Élan s’inspire fortement des préconisations des professionnels du bâtiment.

90% de logements visitables et adaptables

La FFB avait chargé les professionnels de la construction de faire des « préconisations en matière de simplifications règlementaires ». Ils avaient alors imaginé ce dispositif, en 2013. Depuis, le gouvernement l’a repris. Tout est clairement détaillé page 34.

« Pour les bâtiments avec ascenseurs, il est proposé de limiter le respect du cadre réglementaire pour 10 % des logements à répartir dans les différents niveaux, proposaient-ils alors. (…) Le solde des logements de ces bâtiments devront être visitables [par des personnes handicapées]. (…) Bien évidemment, un logement visitable devra pouvoir être adapté en cas de besoin. » Exactement ce que prévoit le projet de loi Élan.

 

Les promoteurs « ne s’opposent pas » aux dispositions de la loi Élan

« Nous ne sommes pas à l’origine de cette mesure, précise, à Faire-face.fr, Alexandra François-Cuxac, la présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers. (…) Cela ne permettra pas de réduire le prix de construction du mètre carré. Il faut en effet que le logement soit conçu de telle sorte qu’il soit facilement adaptable. Cela a un coût. Mais nous ne opposons pas à cette nouvelle obligation car elle a une vertu. L’évolutivité, et la souplesse qu’elle nous offre, va nous permettre de répondre à tous les besoins qui s’expriment. Et ils sont nombreux tant les profils des acquéreurs sont variés.

De plus, la fin de l’obligation d’accessibilité de tous les logements va alléger les rigidités qui pèsent sur la conception des appartements. Je ne sais pas s’il fallait fixer un quota plus ou moins élevé. Mais il est certain que nous avons, aujourd’hui, beaucoup moins que 10 % d’acheteurs ayant besoin d’un logement accessible. »

A propos de Franck Seuret

Lire aussi

Logements accessibles : le Sénat appelé à respecter les droits des personnes handicapées

Alors que le Sénat va examiner le projet de loi Élan prévoyant de limiter à …

4 commentaire

  1. « Mais il est certain que nous avons, aujourd’hui, beaucoup moins que 10 % d’acheteurs ayant besoin d’un logement accessible. »…

    Et les locataires, ils font quoi ???

  2. Pour les handicapés : des logements de plein pieds. Car à l.étage !!! » quand les ascenseurs tombent en panne la personne qui a un handicap est bloquée dans son appartement. Merci
    Je ne suis pas handicapée mais j’ai un neveu qui a un handicap et connais bien les problèmes. Merci

  3. LE GOUVERNEMENT ET LA FEDERATION DU BATIMENT NE SAVENT PAS CE QUE C EST QUE LE HANDICAP , ILS SE MOQUENT DES HANDICAPEES EN NE FAISANT PAS 100% DE LOGEMENT HANDICAP ,

    ILS PRENNENT LE HANDICAP PAR DESSUS LA JAMBES ,

    ils n ont pas de coeur LE GOUVERNEMENT ET LA FEDERATION DU BATIMENT

  4. Rappelez-vous, cette même mesure de la Fédération du bâtiment était dans le programme du candidat Fillon.
    Un président doit protéger les plus faibles de la rapacité de certains mais celui-ci a choisi le profit du privé comme fil rouge de ses décisions. La liste est longue. Il n’a de cesse d’aggraver la situation des handicapés.
    Il est incapable d’empathie, c’est tout dans la posture théâtrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *