Accueil > Vie Sociale > Culture/Loisirs > Cinéma : l’appel d’une YouTubeuse pour de « vrais » comédiens handicapés
« Il est important de se trouver des héros et antihéros, et pas seulement de nous voir au travers les yeux des valides, des histoires qu’ils nous inventent. »

Cinéma : l’appel d’une YouTubeuse pour de « vrais » comédiens handicapés

Qu’émerge enfin un cinéma avec des comédiens en situation de handicap est capital. Une leçon d’éducation à l’image très personnelle, par la YouTubeuse d’On se laisse la nuit. Elle témoigne de sa propre histoire, et des films qui ont compté.

Le constat est connu : rares sont les comédiens et comédiennes en situation de handicap. Des rôles d’handicapés, oui. Et certains font même des cartons. Mais la plupart du temps, interprétés par des acteurs valides, voire pire, caricaturaux, sentant l’imitation. Youtubeuse, Elsa, de la chaîne féministe On se laisse la nuit (17 700 abonnés), va plus loin.

En effet, dans sa vidéo Handicap et cinéma, postée le 8 avril, elle prend le temps d’explorer les ressorts de cette éviction, et les enjeux d’une meilleure représentation. En 31 minutes et de nombreux extraits, elle plaide pour de “vraies”personnes en situation de handicap à l’écran. « Il est important de se trouver des héros et antihéros, et pas seulement de nous voir au travers les yeux des valides, des histoires qu’ils nous inventent. »

Le handicap, une couche de sens ?

Elsa souffre depuis sa naissance d’une maladie chronique l’obligeant régulièrement à marcher avec une canne et lui causant d’intenses douleurs. « J’ai voulu faire du théâtre, mettre en scène, jouer. On m’a dit qu’il fallait une santé solide pour faire ce métier. Que je ne serais jamais fiable. » Mais aussi qu’un personnage qui boîte « rajoute une couche de sens » et que le spectateur ne peut pas faire abstraction.

D’une part, pour Elsa, le handicap est une spécificité physique comme une autre. Au même titre que la couleur des cheveux ou l’âge d’un personnage, sans donner ni plus ni moins de sens.

D’autre part, les acteurs handicapés sont certainement plus crédibles que quiconque pour incarner certains rôles de personnes handicapées. Enfin, le cinéma gagnerait aussi à être pensé, à toutes ses étapes, notamment par des personnes en situation de handicap, comme au moment de l’écriture des scénarios.

Le cinéma idéal, de Freaks à Presque

Étonnamment, ce sont deux films diamétralement opposés qu’elle érige en exemples. Freaks, de 1932, et ses personnages de cirque reprenant le contrôle de leur vie, et Presque, à venir en 2021. Dans le premier, le handicap s’affiche sans fard, et au summum de sa dimension communautaire. « Quand je l’ai vu à 18 ans, ce fut une véritable catharsis. »

Le second, de et avec Bernard Campan et Alexandre Jollien, est une quête initiatique de deux amis, dont l’un est porteur d’une infirmité motrice cérébrale. Et il implique des personnes en situation de handicap à diverses étapes de sa création.

 

A propos de Elise Descamps

Journaliste société, un pied dans le Grand Est, le cœur au plus près de ceux qu’elle interroge.

Lire aussi

Béatrice, naturiste et lourdement handicapée : « Je n’ai pas honte de mon corps »

La Fédération française de naturisme a lancé une campagne pour promouvoir la nudité saine et …

5 commentaire

  1. Je m’appelle margot j’ai 34 ans et je suis handicapées, à 85% depuis un avc à 28 ans… J’aimerais tentée l’expérience
    Merci

  2. Au delà des clichés

    Superbe analyse, lucide d’Elsa , de la représentation du handicap dans la société.
    Je cite souvent Merleau Ponty qui écrit dans « La phénoménologie de la perception » à peu près ceci « Le corps se donne à voir ». C’est tellement vrai!
    Handicapé(e) ou non, nous portons tous en nous des clichés, des habitudes où le « paraître » saute aux yeux au détriment de « l’être ».
    Je trouve que nous vivons une époque où les communautarismes sont de plus en plus présents. Je trouve important d’expliquer ses différences mais qu’elles ne nous enferment pas dans une position de rejet de celles et ceux qui ne nous ressemblent pas, c’est ce qui se passe parfois. Lire et écouter Alexandre Jollien nous apprend beaucoup sur le vivre ensemble. J’ai hâte de voir son film « Presque ». A quand sa sortie en 2021?

  3. Bonjour je suis informe moteur cérébrale j’ai 20ans j’ai créé mon entreprise je fais les marchés j’aimerais bien participer à cette aventure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial