Damien Abad, un ministre handicapé en charge du handicap

Publié le 20 mai 2022 par Franck Seuret
Avant d'être nommé ministre, Damien Abad était président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale.

Emmanuel Macron a nommé Damien Abad, ministre des Solidarités, de l’autonomie et du handicap. Cet homme de droite a connu de nombreuses fonctions électives. Il a également l’expérience personnelle et concrète du handicap. 

Ce n’est pas une première. Mais le fait est tout de même suffisamment rare pour être souligné. Le nouveau ministre en charge du handicap, nommé ce vendredi 20 mai, est lui-même en situation de handicap. Damien Abad, 42 ans, est en effet atteint d’une maladie rare qui raidit ses articulations (l’arthrogrypose).

Surtout, son portefeuille ne se limite pas au handicap mais englobe les solidarités et l’autonomie. Et qu’une personne en situation de handicap se retrouve à la tête d’un ministère qui ne soit pas seulement celui des personnes handicapées, c’est, à notre connaissance, inédit (1).

Président d’un conseil départemental et député

Depuis le début de sa carrière, Damien Abad a pris soin de ne pas se laisser enfermer dans la politique du handicap ou les questions sociales. Pas plus au Parlement européen, où il avait été élu en 2009, qu’au Conseil régional Rhône-Alpes ou au Conseil départemental de l’Ain, qu’il a présidé de 2015 à 2017.

Elu député en 2012 puis en 2017, sous les couleurs de l’UMP puis des Républicains, il a pris une véritable envergue nationale au palais Bourbon. Fin 2019, il est en effet devenu président du groupe Les Républicains, la principale force d’opposition. Fonction qu’il a abandonné il y a moins de 24 heures… pour rejoindre les rangs des soutiens d’Emmanuel Macron. Pas étonnant, persifleront les mauvaises langues, au vu de ses nombreux changements de mentor, de Bayrou à Fillon. Une carrière en zigzag, certes… mais toujours à droite.

Rééducation et auxiliaire de vie

Damien Abad connaît donc parfaitement les arcanes du pouvoir. À tous les niveaux. Et il a l’expérience personnelle et concrète du handicap. Enfant, il a été opéré pour limiter les atteintes de sa maladie invalidante. S’en sont suivies de nombreuses séances de rééducation qui lui ont permis de gagner une certaine autonomie physique. Mais, comme il l’expliquait à Libération en 2020, il a besoin de l’assistance d’un auxiliaire de vie pour de nombreux gestes de la vie quotidienne : s’habiller, couper sa viande…

Macron veut « avancer » sur l’AAH en couple

Les quelques engagements de campagne d’Emmanuel Macron lui serviront de feuille de route. Concernant l’éducation, celui qui était candidat à un second mandat a assuré qu’il allait « proposer aux accompagnants d’élèves en situation de handicap des contrats de 35 heures ». Il a aussi promis un revenu étudiant pouvant aller jusque 500 € et des solutions d’accompagnement pour les étudiants.

Par ailleurs, il veut mettre en place « un fonds territorial d’accessibilité (…) pour accélérer la mise en accessibilité des commerces de proximité, écoles, collèges, lycées, voirie, transports ».

Enfin, le président de la République a assuré qu’il voulait « avancer sur l’AAH en couple » « Avancer » jusqu’où ? Jusqu’à l’attribution de l’AAH quels que soient les revenus du conjoint ? Il ne l’a jamais dit.

Abad était partisan de l’individualisation de l’AAH

En revanche, les positions du nouveau ministre du handicap sont bien connues. En 2021, il a déposé, avec son confère Aurélien Pradié, une proposition de loi visant à déconjugaliser l’AAH. Son « individualisation répond à une aspiration sociétale profonde à davantage d’autonomie financière au sein du couple, écrivait-il alors. Plus clairement, il s’agit pour des personnes déjà dépendantes en raison de leur handicap de ne pas être en plus dépendantes financièrement. »

Reste à espérer que Damien Abad a obtenu du président de la République des garanties sur le sujet avant d’accepter cette nomination. Car ce sera, à coup sûr, l’un des sujets brûlants de son mandat. Zigzag interdit.

(1) Michel Gilibert, tétraplégique, a été secrétaire d’État chargé du handicap, sous François Mitterrand, de 1988 à 1993. Mais il a ensuite été condamné pour avoir escroqué l’État lorsqu’il était en fonction.

 

Comment 10 commentaires

Qu’allez vous faire pour les personnes en invalidité de 2ème catégorie et qui sont au chômage non indemnisé et qui perçoivent une pension d’invalidité versée par la cpam, qui n’augmente pas malgré l’inflation. Aucunes aides ne leur sont versées car malheureusement elles vivent en couple.

Bonjour, étant également reconnue comme handicapée, je suis censée percevoir une aide à 920€/mois.
Elle est perçue qu’à partir de 6 mois (à partir de la date de dépôt de la demande). C’est inadmissible!
Une situation de handicap reste souvent non prévisible et la réactivité des services de l’état n’est pas suffisante pour gérer cette période difficile autant que possible…
De plus, une indemnite de 920€ reste très basse en lien avec le smic et l’inflation qui se fait ressentir de plus en plus. Je pense qu’il y a beaucoup d’avancée à faire en la matière.
Bon courage à l’état et au ministre de l’handicap.

Bonjour Monsieur, je suis exactement dans la même situation au niveau finances sauf que j’ai encore mon dernier garçon qui rentrera au lycée en septembre et que mon état de santé ne va pas en s’améliorant… Alors comme vous, j’ai hâte que ça change car en plus, je n’ai pas de pension alimentaire du père…

Il n’y a rien à attendre d’un gouvernement de droite, tout simplement… malheureusement beaucoup d’invalides ne sont pas en état de le comprendre.

C’est un grand bond en avant annoncé là, selon moi, avec la nomination de Damien Abad. L’inclusion est évidente soudain, je pense, puisqu’elle est nécessaire de nos jours. Et voilà qui doit montrer que les problèmes physiques (qui peuvent toucher tout le monde), n’empêchent pas le cerveau de bien fonctionner. Bravo et encouragements de la part d’une PSH !

En 2021 Mr Abad a fait une proposition de loi à l’assemblée pour deconjugaliser l’AAH,
nous espérons maintenant qu’il est ministre entre autres du handicap, que cette proposition de loi va être acceptée, si ce n’était pas le cas, cela voudra dire qu’une fois que le pouvoir est acquis, les paroles s’envolent, gardons l’espoir sans pour autant croire aux miracles.

Bonsoir

au regard des révélations pour le moins » « choquantes » et qi posent une réelle interrogation concernant ce monsieur je pense qu’il serait bien de mettre ce « portrait  » en parenthèse pour le moment … Sans autre commentaire
merci
Cordialement

ps merci de ne pas citer mon nom de famille

C’est décidément pas de bol. À chaque fois qu’une personne en situation de handicap est nommée à un poste de ministre, elle est rattrapée par des ennuis avec la justice, pour des faits graves.
Ça nuit gravement à notre image et ça me désole tout autant que ça me met vénère

Bon, tout ce tohubohu, est malsain.
Le handicap si visible de Monsieur le Ministre Habad qui concerne son physique, fait un peu « premier degré » par rapport a sa nomination!!!
Pour les autres nommés, leurs handicaps , pour étre moins visibles n ‘en existeraient pas moins!!! Mais on n ‘en saura jamais rien si Mediapart ne nous le dit pas!!!

La naïveté de certains est déconcertante, la politique de LREM sera la même qu’elle a déjà été ces 5 dernières années ! Quelle que soit le ministre, il n’y rien à attendre de ces gens là ! Leur SEUL objectif est de faire des économies sur le dos des plus fragiles !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de Confidentialité de Google et l'application des Conditions d'Utilisation.