Accueil > Vie Sociale > Le court métrage Première Lueur en accès libre via Faire-face.fr
Première Lueur a obtenu, en 2016, le prix de la meilleure réalisation au festival Entr'2 Marches, dédié à des courts métrages sur le handicap. @ Ankii Production

Le court métrage Première Lueur en accès libre via Faire-face.fr

Il y a trois ans, Faire-face.fr s’enchantait pour Première Lueur, premier court métrage de Waheed Khan. Une histoire d’amour à ses prémices, bouleversée quand survient le handicap. Depuis, le film a parcouru les festivals, remporté des prix. Ankii Production et Faire-face.fr vous offre de le visionner en ligne.

Une Première Lueur et une jolie étincelle cinématographique. Le premier court métrage du réalisateur Waheed Khan, sorti en 2015,  parlait d’un amour naissant et questionnait ce qui peut lui arriver quand s’invite l’imprévu. En l’occurrence un accident de moto et un amoureux qui devient tétraplégique. Vingt minutes pour décrire avec intensité un cheminement à deux.

Qui aime-t-on quand on aime ?

Voici ce que nous écrivions il y a trois ans après visionnage :  “Cette Première Lueur, quelle est-elle finalement ? Celle d’Adam quand il ouvre les yeux à l’hôpital ? Du regard de Sophia, insouciante et joyeuse, allongée avec lui dans des herbes folles surplombant les falaises d’Étretat avant l’accident ? De tous les amoureux quand ils aiment si fort pour la première fois ? Du jour naissant apportant son lot de joies et de peines ? À chacun d’y trouver ce qu’il cherche. Première Lueur nous invite aussi à nous poser cette question : “Qui aime-t-on quand on aime ?”. Sans avoir l’indélicatesse d’y apporter une réponse.”

Meilleure réalisation au festival Entr’2 Marches 2016

Depuis, Première Lueur a obtenu, en 2016, le prix de la meilleure réalisation au festival Entr’2 Marches, dédié à des courts métrages sur le handicap. Le film a aussi parcouru d’autres festivals : Rome, Londres, Barcelone, Marseille…, et même servi à faire de la sensibilisation au handicap en milieu scolaire.

Waheed Khan, lui, a démarré un autre projet. Un long métrage tiré d’un fait divers. Celui du humanitaire français emprisonné au Bangladesh pour activité suspecte. « La souffrance d’un individu, accusé à tort, et qui va à l’encontre d’un pays qu’il ne connaît pas. » Une autre façon de sonder les émotions.

A propos de Valérie Dichiappari

Lire aussi

La Nuit du handicap, c’est samedi soir

Réunir les personnes handicapées et valides autour d’un moment de partage. Tel est l’objectif simple …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *