Accueil > Ressources > Emmanuel Macron sort l’AAH du RUA
En décidant de ne pas mettre l'AAH dans le panier commun du RUA, Emmanuel Macron reconnaît la spécificité de cette allocation.

Emmanuel Macron sort l’AAH du RUA

Emmanuel Macron l’a assuré en clôturant la Conférence nationale du handicap, le 11 février : « Jamais l’allocation adulte handicapé ne sera transformée, diluée, supprimée au bénéfice du revenu universel d’activité. » Un engagement qui rassure… mais ne clôt pas le débat sur l’insuffisance des ressources des personnes handicapées.

Il n’aura pas fallu attendre la fin de la concertation sur le revenu universel d’activité (RUA) pour savoir si, oui ou non, il allait intégrer l’allocation adulte handicapé (AAH). Dans son discours de clôture de la Conférence nationale du handicap, Emmanuel Macron a mis fin au suspens.

« L’AAH demeurera. »

« Quand j’ai proposé de mettre en place le revenu universel d’activité, je n’ai jamais parlé de l’allocation adulte handicapé. L’objectif assigné et poursuivi n’est pas de remplacer l’allocation adulte handicapé ou de la diluer dans le revenu universel d’activité. Je vais être ici très clair : ça n’arrivera pas. Et donc l’allocation adulte handicapé (…) demeurera. Cela n’est pas une situation transitoire, ce n’est pas une situation d’activité. (…) Jamais l’allocation adulte handicapé ne sera transformée, diluée, supprimée au bénéfice du revenu universel d’activité. »

Toutes les options étaient sur la table

Le changement de ton est radical. Car, jusqu’à présent, ministres, secrétaires d’État et autres personnes en charge du dossier assuraient que toutes les options étaient sur la table : intégrer l’AAH ou la laisser en dehors du RUA. Et que la décision ne serait prise qu’à l’issue de la concertation menée depuis juin 2019. Mais tout laissait penser que l’idée de l’intégration avait la faveur des décideurs.

Quatre associations avaient quitté la concertation…

La semaine dernière, quatre grandes associations de personnes handicapées – l’Apajh, APF France handicap, l’Unafam et l’Unapei – avaient d’ailleurs annoncé qu’elles quittaient la table des discussions. Elles dénonçaient « un simulacre de concertation ». Leur coup de pression semble avoir été payant, à en croire la clarification opérée par le président de la République.

…Emmanuel Macron les invite à revenir

« Je souhaite que ces associations reviennent à la table », a-t-il d’ailleurs ajouté. Mais les objectifs de la concertation seront, cette fois, différents. « Le revenu universel d’activité touche aussi des personnes en situation de handicap qui ne sont pas forcément à l’allocation adulte handicapé mais ont une activité adaptée, partielle. Et il faut qu’on prenne en compte leur situation quand on définit le revenu universel d’activité. »

La revendication d’un revenu d’existence individuel

« Le cadre de discussion qu’il nous propose n’est plus le même qu’auparavant, se félicite Marie-Jeanne Richard, la présidente de l’Unafam. Il n’est plus question de voir comment faire rentrer l’AAH dans le RUA puisqu’il a écarté cette idée. »

« Nous nous réjouissons de cet engagement présidentiel, ajoute Pascale Ribes, administratrice d’APF France handicap. Cela apporte un point final au débat sur l’intégration de l’AAH au RUA mais pas à l’insuffisance des ressources. Nous réclamons de longue date un revenu d’existence individuel afin que les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante puissent vivre dignement. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. »

Le président reconnaît l’insuffisance des ressources

Emmanuel Macron l’a d’ailleurs reconnu dans son discours. « Le chemin n’est pas terminé parce qu’on reste sous le seuil de pauvreté. Je le dis à tous ceux qui expliquent qu’on a été trop loin ou qu’on dépense trop d’argent pour ces allocations. On reste sous le seuil de pauvreté, qu’on ne se trompe pas. Donc c’est de continuer à aller sur le chemin de l’allocation digne pour toutes les personnes en situation de handicap. »

Une journée de mobilisation le 5 mars

« C’est bien de le reconnaître mais nous voulons des actes », insiste Pascale Ribes. APF France handicap prend donc le Président au mot et maintient son appel à une journée de mobilisation, le 5 mars. Parce que l’AAH n’est pas assez élevée. Que son montant se calcule en incluant les ressources du conjoint. Que de nombreuses pensions d’invalidité sont dérisoires. Bref, que les personnes handicapées sont plus exposées à la pauvreté, comme l’a montré l’Insee. Le mot d’ordre : « Pouvoir vivre dignement, c’est la base ! » 

A propos de Franck Seuret

Franck Seuret
Journaliste éco-social et documentariste. Spécialiste de la politique sociale du handicap.

Lire aussi

Coronavirus : les droits à l’AAH et à l’AEEH seront prolongés de six mois

Vos droits à l’AAH et à l’AEEH arrivent bientôt à échéance ? Ils seront automatiquement …

18 commentaire

  1. Avatar

    Merci aux associations qui se sont mobilisées en notre faveur, aux personnes qui ont manifestées leurs désaprobations au travers des pétitions en ligne, de Gabrielle Henry, de la rédaction journalistique de Faire Face qui nous tient au courant des intentions parfois mortifère du gouvernement. Maintenant comme je l’ai précisé dans de précédents commentaires nous devons continuer à nous battre pour corriger l’insuffisance de nos ressources en dessous du seuil de pauvreté et rester vigilants, attentifs et continuer à signer pour ceux qui ne l’auraient pas fait a la pétition de Gabrielle Henry car sa lettre illustre bien nos difficultées. Ne lachons rien. Bon courage et salutation à tous

    • Avatar

      Oui moi aussi je ai signé la pétition de Gabrielle Henry je suis en contact par mail avec elle .elle a assisté à la conférence du 11 février à Paris conférence sur le handicap. Méfions nous du discours de macron et continuons le combat.ne nous laissons pas faire

    • Avatar

      Merci pour votre travail et votre soutien.

  2. Avatar

    C’est beaucoup de communications sur un sujet qui devrait être porté en haut qu’en bas. Le gouvernement sait jouer avec les mots et il ne faut surtout pas tomber dedans. Nous n’en pouvons plus d’être dépendant de notre âme sœur et parler de la non prise en compte des revenus du conjoint qui doit absolument être posé sur la table pour que les associations ouvrent enfin le débat en amenant le meilleur pour notre avenir incertain malgré les promesses d’un président qui sait faire oublier les combats….

    • Avatar

      Je suis tout à fait d’accord. Veuve avec 1000 € je n’ai pas le droit à l’AAH.. Loyer EDF eau assurances etc il me reste 200 € pour vivre..
      Handicapée 80 % depuis 30 ans.
      MERCI…

  3. Avatar

    Je suis en invaliditee 2 depuis août 2008.cancer de l os plus autres problème de santé.j ai toujours travaillé avant .au 1 avril 2020 je vais être à la retraite et je suis dégoutée du montant de la retraite carsat.578 euros net.sa me déprime de voir cela.il serai temps que le gouvernement réagisse un peu.je ne connais pas encore le montant de ma complémentaire mais j aprehande.

  4. Avatar

    je trouve cela lamentable mon marie touche 2000 euros net par moi on ma supprimer mon allocation disant que ont pouvez vivre a deux dessus en sachant que ont a un loyer de 800 euros plus les facture eaux électricité assurance voiture est la nourriture du coup il a falus que je retravaille avec mes problème de santé du coup mon etat se deteriorre depuis ou est le sans de dire que aah est atribuer pour la vie foutesse que tout cela autant crever

    • Avatar

      Bonjour, je suis veuve avec 1000 euros, pas D’AAH
      Handicapée 80 % depuis 30 ans. Loyer, eau, électricité, assurances etc il me reste 200 € par mois pour vivre ! Comment faire si un appareil ménager est à changer, si j’ai une panne de voiture.
      Je pleure tous les jours. Merci les conditions !

  5. Avatar

    « Le revenu universel d’activité touche aussi des personnes en situation de handicap qui ne sont pas forcément à l’allocation adulte handicapé mais ont une activité adaptée, partielle. Et il faut qu’on prenne en compte leur situation quand on définit le revenu universel d’activité.»

    Merci de citer ce passage du discours de Mr Emmanuel Macron, Mr Franck Seuret. Je dirais même qu’il touche également des gens qui n’ont pas d’activité du tout. On définit le revenu universel dans un socle commun avec des spécificités propres à chaque problématiques. Mr Emmanuel Macron a rappelé cette urgence qui est actuellement et depuis longtemps d’une ignominie sans nom au RSA.

    Beaucoup sont concernés par le handicap au RSA. C’est le dispositif le plus méprisé de France, tout statut ou revenus confondus.

    Ce n’est pas toujours une situation dite transitoire. C’est là toute la complexité de la reconnaissance d’un handicap ou pas par une commission. Si c’est non, alors c’est le RSA envers et contre tout.

    Je rappelle donc quelques informations liés en ce qui me concerne à une schizophrénie et une arthrose bien avancée aux genoux.

    La loi Handicap, promulguée en 2005, apporte une définition du handicap : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »

    La législation prévoit que l’AAH peut être attribuée :

    si le taux d’incapacité est au moins égal à 80 %
    si le taux d’incapacité est au moins égal à 50 % et strictement inférieur à 80 % et que le handicap entraîne une restriction substantielle et durable d’accès à un emploi.

    Merci Mr Emmanuel Macron car le RMI, RSA, RUA etc reste une ignominie dans cet état, activité pleine, partielle ou pas.

    RMI comme MISERE
    RSA comme RSAKOZY
    RUA comme URSSAF

  6. Avatar

    En tous cas, un grand bravo aux associations qui ont osé claquer la porte de la concertation, ce qui à l’évidence a permis ce retournement de situation, bien qu’il faille à mon avis rester extrêmement méfiant… Attention à l’entourloupe…

    Restent bien-sur les problèmes extrêmement importants de la prise en compte des revenus du conjoint pour le calcul de l’AAH, celui de l’AAH bien inférieur au seuil de pauvreté, ainsi que celui du basculement de l’AAH vers le minimum vieillesse (extrêmement désavantageux !) à l’age de la retraite pour tous les bénéficiaires au taux entre 50% et 80%, ségrégation incompréhensible et inadmissible frappant une grande partie de la population des personnes handicapées !

    A signaler peut-être dans vos lignes l’intervention louable du député François RUFFIN à l’Assemblée Nationale pour demander l’abolition de la prise en compte des revenus du conjoint pour le calcul de l’AAH.

  7. Avatar

    Emmanuel Macron est entrain de nous endormir sur loi de l’handicape ,je touche une AAH elle a baisser .
    le président de république ce fou des handicapé.La conférence il de fauteuil roulant,mais i l n’a pas inviter des personne handicapé des ESAT . Qui il va voir comment ça fonctionne un ESAT.

  8. Avatar

    Moi mon aah a baisse de 75 euros comment voulez vous vivre avec moins de 1000 euros je remecie mr macron pour sa bienveillance au pres des personnes handicapesil en a rien a faire nous sommes des incapables des gens a mettre au rebus merci a vous

  9. Avatar

    Effectivement comme le dit Paski, il semble y avoir anguille sous roche entre aah1 et aah2. Le statut d ‘aah c ‘est pour toutes les personnes. Vigilance. Bon courage et salutations à tous

    • Avatar

      Bravo et chapeau aux associations qui ont osé une fois de plus monter au créneau pour défendre nos droits peut être la prise en compte des revenus du conjoint sera abolie .il faut parler des femmes handicapés plus que les autres car elles subissent la soumission et la dépendance de leur conjoints lorsque les ressources du conjoint dépassent le plafond.il faut saluer handicap.fr de nous avoir mis au courant ainsi que tous vos témoignages dont le mien pour alerter de notre situation. Je demande simplement à conserver mes droits aah car je ne peux plus travailler je suis rejetée de partout et mon conjoint M à quitter quand il a su mon handicap et ma maladie invalidante la aah est ma survie quand je ai tout payé il ne me reste plus rien en fin de mois certains médicaments de mon traitement ne sont pas remboursé complètement et une partie est à ma charge je ne vais plus chez le coiffeur et je ne me acheté plus de habits.il me reste plus rien en fin de mois mais je reste digne car je suis la je suis en vie même que mon traitement est difficile. Des personnes bien attentionnées me donnent des livres et journaux pour me distraire je reste digne il y a quand même des personnes bienveillante. Merci à tous pour vos témoignages et de avoir exprimé ici vos inquiétudes. Courage .courage est déjà un pas en avAntoine il ne faut pas voir notre aah disparaître il ne faut pas que elle soit inclue dans rua.ce est notre survie qui en dépend.courage à tous

  10. Avatar

    Méfiance absolue. D’abord Macron aurait pu dire « L’AAH ne sera pas intégrée dans le RUA ». Là, ça aurait été clair et net. Mais il n’a pas ça, il a dit qu’elle ne serait pas « diluée », ce n’est pas pareil. Ensuite, les promesses n’engagent que ce qui les croient, et surtout à quelques semaines des municipales. Une des façons de procéder de ce gouvernement est de donner de la main droite pour retirer plus de la main gauche (complément de ressources): donc effectivement il y a augmentation du montant de l’AAH, et peut-être plus de prise en compte des ressources du conjoint, mais ce qui se profile, c’est de faire une distinction entre les 50-79% et les plus de 80% (les premiers seront soumis à pression pour retrouver du travail), et aussi il y aura un contrôle beaucoup plus strict de l’attribution de l’AAH, notamment pour les handicaps invisibles (par exemple, si vous n’êtes pas hospitalisé dans l’année, on considérera que vous allez bien et on vous supprimera une partie de votre allocation.)

  11. Avatar

    Merci aux associations et a gabrielle henry de nous avoir soutenu nous les sans voix les personnes en situation de handicap, mais le combat n est pas fini.une pensee a eric marianno copello toujours presents sur le site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial